ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Juvenal Balán

Nous saluons le 13e anniversaire de l’ALBA-TCP, création historique inspirée de l’héritage des leaders de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz, et de la Révolution bolivarienne du Venezuela, Hugo Chavez Frias, dont la pensée et l’œuvre confirment toute l’actualité de la lutte pour l’émancipation des peuples.

Nous demandons la stricte observance des Objectifs et des principes de la Charte des Nations Unies et du Droit international, le règlement pacifique des différends, l’interdiction durecours à la force ou la menace de recours à la force, le respect de l’autodétermination, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, ainsi que la non-ingérence dans les affaires intérieures des États.

Nous réaffirmons la nécessité de renforcer la Communauté des États d’Amérique latine et de la Caraïbe (Celac), qui vise l’unité dans la diversité de notre région à travers la concertation politique et l’intégration, et la défense de notre souveraineté et notre autodétermination, ainsi que le développement de nos peuples, sur la base des postulats de la Proclamation de l’Amérique latine et la Caraïbe comme Zone de paix, signée par les chefs d’État et de gouvernement de la région, au 2e Sommet de la Celac, à La Havane.

Nous exigeons le respect et l’application de l’Accord final de paix entre le gouvernement de la République de Colombie et les Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du peuple (FARC-EP), qui a abouti au cessez-le-feu définitif et bilatéral et au dépôt des armes, dans le cadre d’un stricte mécanisme de surveillance et de vérification, et soulignons que seuls l’application de cet Accord et le succès des dialogues de paix en cours avec l’ELN et le gouvernement colombien, qui se déroulent en Équateur, peuvent garantir l’avenir de paix que mérite la Colombie et contribuer positivement à la stabilité de l’Amérique latine et de la Caraïbe.

Nous rejetons le recul imposé par le gouvernement du président Donald Trump aux relations entre les États-Unis et Cuba, et réitérons la position de la région et de la communauté internationale en faveur de la levée inconditionnelle du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba, qui, de par son caractère extraterritorial, porte préjudice à tous les États. De même, nous condamnons les nouvelles mesures de durcissement du blocus et les récentes décisions unilatérales, infondées, arbitraires et politiquement motivées du gouvernement des États-Unis, qui nuisent au peuple cubain, aux citoyens des États-Unis et à l’ensemble des relations avec Cuba.

Nous renouvelons notre ferme soutien à la Révolution bolivarienne, à son union civique et militaire et à son gouvernement, dirigé par le président constitutionnel Nicolas Maduro Moros.

Nous célébrons avec joie les victoires de la démocratie au Venezuela, à la suite des résultats des élections régionales et municipales qui se déroulées récemment, ainsi que la création de l’Assemblée constituante, qui par la voie des urnes ont vaincu la stratégie impériale de violence putschiste visant à plonger le Venezuela dans le chaos et renverser la Révolution bolivarienne.

Nous rejetons les sanctions économiques imposées par les États-Unis, le Canada et l’Union européenne, à des fins politiques, contre la République bolivarienne du Venezuela, qui affectent la vie et le développement du noble peuple vénézuélien et la jouissance de ses droits.

Nous condamnons également les actions d’ingérence de l’OEA et de groupes de pays, et leurs agressions continuelles à la souveraineté, l’autodétermination et l’ordre constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela et d’autres pays, dont les peuples ont décidé de se gouverner eux-mêmes, sans tutelle d’aucune sorte, des agissements qui pourraient avoir comme conséquence la déstabilisation de la région.

Nous saluons le dialogue entre le gouvernement vénézuélien et l’opposition, qui se déroule en République dominicaine. Nous exhortons la communauté internationale à appuyer ce processus et nous rejetons toute forme d’ingérence, de conditions ou de pression externe sur cette initiative.

Nous déplorons l’ingérence du Secrétaire général de l’OEA dans les décisions démocratiques adoptées par des institutions publiques de l’État plurinational de Bolivie, ingérence qui ne vise qu’à défendre les intérêts de forces étrangères.

Nous saluons les politiques et les pratiques de sécurité souveraines menées par le Nicaragua, qui se sont avérées efficaces pour combattre le trafic de drogue et le crime organisé, et contribuent à la sécurité de la région.

Nous condamnons la situation créée au Honduras. Nous rejetons fermement la répression des manifestations populaires, nous déplorons la perte de vies humaines, et adressons nos condoléances aux familles des victimes et exhortons à respecter la volonté du peuple.

Nous ratifions le caractère universel de l’Accord de Paris à la 21e Conférence des Parties (COP) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur le changement climatique, et réitérons l’appel à sa pleine application, sur la base du principe des responsabilités communes, mais différenciées. Nous accueillons avec satisfaction les résultats fructueux de la 23e Conférence sur le climat, (COP23), tenue à Bonn du 6 au 17 novembre, et exhortons la communauté internationale à prendre en considération les circonstances spéciales des Petits États insulaires en développement, et la nécessité impérieuse d’une application efficace de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Nous renouvelons notre soutien invariable aux pays frères de la Caraïbe, victimes de phénomènes naturels dévastateurs et des effets du changement climatique, et appelons à contribuer activement à réparer les dommages qu’ils ont subis. Nous demandons un traitement juste et différencié pour les États caribéens. De même, nous réaffirmons notre solidarité face aux mesures injustes dites de « gradation », et aux actions des pays extrarégionaux contre plusieurs États de la Caraïbe, les déclarant juridictions non coopératives, et appuyons leurs réclamations relatives aux compensations pour les horreurs de l’esclavage et de la traite transatlantique d'esclaves.

Nous exprimons notre profonde préoccupation et notre rejet de la déclaration unilatérale du président des États-Unis d’Amérique, le 6 décembre

2017, relative à reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, ce qui aura de graves conséquences pour la stabilité et la sécurité du Moyen-Orient et constitue une violation grave et flagrante de la Charte des Nations Unies, du Droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies. Nous tenons également à réaffirmer notre soutien et notre solidarité de longue date envers la cause légitime du peuple palestinien, et nous réitérons notre engagement à continuer d’œuvrer en faveur d’un règlement juste, durable et pacifique du conflit israélo-palestinien, basé sur la création de deux États, qui permettra à la Palestine d’exercer son droit à l’autodétermination en tant qu’État indépendant et souverain, avec Jérusalem-Est pour capitale, sur la base des frontières d’avant 1967

Nous réaffirmons la continuité de notre lutte, aux côtés des forces politiques de gauche et des mouvements populaires de la région, pour une Amérique latine et une Caraïbe unies, solidaires, avec justice sociale et véritablement intégrées.

Nous manifestons également notre engagement à continuer de consolider notre coordination et notre unité d’action, en nous appuyant sur les solides acquis de nos peuples, consignés dans le programme politique Consensus de Notre Amérique et dans la Déclaration de Notre Amérique en lutte, adoptés à la 23e Rencontre du Forum de Sao Paulo, tenue à Managua, au Nicaragua, en juillet 2017.

Nous sommes convaincus que les mouvements sociaux et les forces progressistes de la région assureront une large participation et recevront l’accueil chaleureux et solidaire de Cuba à la 24e Rencontre annuelle du Forum de Sao Paulo, prévue en 2018.

Nous nous réjouissons des résultats des élections qui ont eu lieu au Nicaragua, à Cuba, au Venezuela et en Bolivie en 2017, qui témoignent de la traditionnelle participation citoyenne dans nos pays.

Nous sommes convaincus que l’unité et la solidarité entre nos peuples et nos gouvernements restent le chemin vers la victoire.

La Havane, le 14 décembre 2017.