ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Internet

Le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez s'est joint ce dimanche, à travers son compte Twitter, à la demande de libération de Luiz Inacio Lula da Silva, emprisonné injustement depuis un an déjà. « Nous exigeons la liberté pour Lula », a-t-il écrit.

À l’occasion du début de la campagne internationale pour la libération de l'ancien président brésilien, environ une dizaine de milliers de personnes en provenance de diverses régions du Brésil sont arrivées en cette fin de semaine à Curitiba, où Lula est emprisonné, pour se joindre à la veillée organisée depuis 365 jours par des intellectuels, des dirigeants de mouvements sociaux et politiques, dirigés par les principales figures du Parti des travailleurs (PT) du Brésil.Les manifestants ont élevé leur voix pour exiger la libération du leader du PT, mais aussi pour protester contre les reculs sociaux et économiques du gouvernement de Jair Bolsonaro, qui achevait cette semaine ses cent premiers jours au pouvoir.

Photo: Internet

Ce dimanche, Lula da Silva a adressé une lettre aux Brésiliens dans laquelle il affirme que sa voix est celle de millions de Brésiliens et que les revers subis ne font que les renforcer dans leur lutte car ils sont « vivants et forts ».

« Ils craignent les millions de Lula, parce qu'ils savent de quoi nous sommes capables lorsque nous nous unissons pour transformer ce pays. (...) Ensemble, nous allons inverser chaque recul, chaque pas en arrière sur le difficile chemin vers le Brésil dont nous avons rêvé et dont nous avons fait la preuve que nous pouvions le construire. Nous allons gagner », a-t-il souligné.

Photo: Internet

« Pas même mille condamnations ne jetteront de l'ombre sur ton rôle dans l'histoire du Brésil et sur la force de ton leadership populaire. Plus ils tentent de t’abattre, plus tu grandis », a déclaré l'intellectuel et théologien Frei Betto dans une lettre envoyée à Lula da Silva cette fin de semaine.

«  Nous devons sauver l'espoir et l'utopie (...). Rien ne te fera taire, Lula ! Même lorsque la mort te surprendra. Fais en sorte que ta voix soit toujours celle de ceux qui n'ont ni voix ni droit de vote, celle de ceux que l’on empêche de parler et d'agir. Tu représentes des millions de Brésiliens qui n'ont pas vendu leur âme aux mensonges », a poursuivi Betto.

Dès le début, Cuba s'est joint aux dizaines de pays qui ont lancé cette campagne pour la vérité et la justice, et à l'occasion du 60e anniversaire du triomphe de notre Révolution, le général Raul Castro Ruz a lancé un « appel à toutes les forces politiques honnêtes de la planète pour exiger sa libération et la fin des attaques et des poursuites judiciaires » contre les dirigeants politiques de la gauche dans la région.

Depuis La Havane, les participants au 13e Atelier international sur les paradigmes émancipateurs, qui s'est tenu en janvier dernier, ont également exigé, avec raison et le sentiment de l’urgence, que la solidarité entre les peuples se transforme en faits concrets, en une œuvre collective qui ajoute à l'unité nécessaire entre eux, la lutte de tous les hommes et toutes les femmes dignes de la planète contre l'impérialisme