ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
La spécialiste du lancer du disque Denia Caballero s’est emparée de la tête du classement mondial en 2015 avec un jet de 70,65 mètres.

Le 1er mars 1565 marqua la fondation de la ville de Rio de Janeiro par le militaire portugais Estacio de Sa, neveu de Mem de Sa, un chevalier envoyé par le roi du Portugal pour empêcher les établissement étrangers, en l’occurrence français, sur son territoire.  

Située au sud-est du pays, Rio de Janeiro est la capitale de l'État de Rio de Janeiro. Elle est mondialement connue pour son carnaval, ses plages (Copacabana et Ipanema), ainsi que sa statue du Christ Rédempteur.

Tout au long de son histoire, la ville a accueilli de nombreux événements de toutes sortes.

Du 5 au 21 août, le Christ Rédempteur, qui domine la baie de Rio, sur le mont Corcovado, accueillera à bras ouverts, une nouvelle édition des Jeux olympiques d’été (officiellement la 28e, trois éditions ayant été annulées à cause des guerres mondiales).

Une fête quadriennale qui réunira plus de 10 500 sportifs de 206 pays qui concourront dans 28 disciplines et 306 épreuves. À noter le retour du golf dans le programme olympique après 112 ans d’absence, et du rugby à VII, après 92 ans.

Les autorités n’ont ménagé aucun effort pour assurer le succès de cet événement multisports, surtout à l’heure actuelle devant la présence du virus Zika. Le ministère de la Santé a décrété l’état d’urgence nationale en lançant une vaste campagne nationale de lutte contre le moustique Aedes Aegypti, vecteur de ce virus.

Pour revenir sur la question sportive, selon de Carlos Arthur Nuzman, président du Comité olympique brésilien et du Comité d’organisation, près de 7,5 millions d’entrées seront mises en vente, et 45 000 volontaires, 85 000 employés indirects et 6 500 employés directs seront mobilisés pour assurer le bon déroulement des Jeux.

Les compétitions se dérouleront dans 35 installations sportives réparties dans quatre zones de la ville : Barra, Deodoro, Maracana et Copacabana. Ainsi, Rio de Janeiro sera la première ville d'Amérique du Sud à accueillir desJeux olympiques.

À CUBA : DERNIÈRE LIGNE DROITE POUR LES QUALIFICATIONS

À Las Tunas, lors du meeting d’athlétisme Memorial Aurelio Janet, les lanceurs du disque Jorge Fernandez (65 mètres) et Yarelis Barrios (62,50) ont réussi à composter leur billet, ce qui porte à soixante (43 hommes et 17 femmes) le nombre de sportifs qualifiés pour Rio. Ce chiffre devrait augmenter, si l’on sait que 143 sportifs cubains sont encore engagés dans la course à la qualification.

Le gymnaste Manrique Larduet a été la grande surprise aux Championnats du monde de Glasgow, où il s’est offert son tout premier podium mondial.

José Miranda, directeur du Département des sportifs de haut rendement de l’Institution national des sports, de l’éducation physique et des loisirs (INDER), a expliqué qu’à ce jour l’athlétisme, avec douze spécialités chez les garçons, et treize chez les filles, ainsi que le volley-ball masculin, enregistrent le plus grand nombre de sportifs qualifiés, devant la boxe et le tir sportif (7 chacun), l’aviron (3), le pentathlon moderne et la lutte gréco-romaine (2) et la gymnastique artistique et le canoë-kayak (1).

Les Cubains ont encore des possibilités de qualification dans 23 sports. Toutes ces épreuves mettront en lice une présélection de 268 sportifs (146 garçons et 122 filles) d’une moyenne d’âge de 25 ans en quête du sésame olympique.

Miranda a précisé que notre pays sera absent dans 138 épreuves sur les 306 prévues au programme olympique, et que la délégation cubaine espère figurer parmi les 20 premiers pays au tableau des médailles. Rappelons qu’à Londres 2012 Cuba avait terminé 16e au classement général (sur 204 pays) avec cinq médailles d’or, trois d’argent et six de bronze, ce qui avait constitué la meilleure performance d’un pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Concernant la préparation de notre présélection olympique, Miranda a signalé que jusqu’à présent tous les paramètres prévus pour chaque phase ont été respectés et que les 39 sportifs ayant des chances réelles de monter sur le podium font l’objet d’un suivi et d’une attention particulière.

SPORTS PHARES

La boxe est sans conteste le sport cubain le plus titré aux Jeux olympiques, avec 34 médailles d’or, 19 d’argent et 14 de bronze, sur les 72 médailles d’or, 67 d’argent et 70 de bronze accumulées par nos délégations sportives en 19 participations olympiques. Cuba se situe actuellement à la deuxième place derrière les États-Unis (50-23-38).

À l’heure actuelle, trois catégories sont encore à pourvoir : 49 kg, 56 kg et 91 kg, et ces quotas seront en jeu au Tournoi préolympique de boxe de Buenos Aires, en Argentine, prévu du 6 au 20 mars.

Nos judokas sont également appelés à jouer un rôle important dans l’éternelle course aux médailles olympiques. Ils occupent la cinquième place par pays grâce à six médailles d’or, 13 d’argent et 16 de bronze, derrière le Japon (34-18-18), la France (12-8-24), la Corée du Sud (11-14-15), et la Chine (8-3-9).

Ainsi, un groupe de dix judokas (5 filles et 5 garçons), seront engagés dans les prochaines compétitions internationales pour augmenter leurs chances de récolter les points nécessaires à leur qualification. Le dernier tournoi avant le coup d’envoi olympique sera le Championnat panaméricain de La Havane, qui mettra 400 points en jeu pour le vainqueur dans chaque catégorie.

Idalys Ortiz (+78 kg), solidement installée à la troisième place du classement mondial avec (1 926 points), Asley Gonzalez (90 kg), neuvième (1 232 points), José Armenteros (11e-944 points) chez les 100 kg ; Alex Garcia (32e-472) dans la catégorie de plus de 100 kg ; Magdiel Estrada, chez les 73 kg (39e-394) et Ivan Silva chez les 81 kg (41e-431). Ce rendez-vous offrira une qualification directe aux 21 premiers de chaque catégorie.

Dans la course aux 14 places en jeu dans chaque catégorie au rendez-vous de La Havane, notre championne Idalys Ortis sera escortée par Dayaris Mestre, chez les 48 kg (19e-708), Yalennis Castillo chez les 78 kg (22e-505), Maricet Espinosa chez les 63 kg (23e-454) et Onix Cortés chez les 70 kg (25e-495).

La lutte est aussi l'undes sports qui assure un nombre important de médailles à notre délégation. À noter que c’est la seule discipline à avoir décroché au moins un titre depuis les Jeux de Barcelone 1992. Avec un bilan de 6 médailles d’or, 5 d’argent et 7 de bronze, Cuba occupe le 15e rang olympique dans cette discipline sur une liste commandée par l’ancienne Union soviétique (80-31-23).

Nos représentants qualifiés à ce jour sont le double champion olympique (Pékin 2008 et Londres 2012) Mijain Lopez (130 kg), et Ismael Borrero (59 kg), champion du monde à Las Vegas en 2015.

Concernant un autre sport de combat, le taekwondo, rappelons que des représentants de 15 pays seulement sont parvenus à décrocher un titre depuis que le taekwondo s’est vu accorder le statut de sport officiel olympique aux Jeux de Sydney en 2000. À Séoul 1988 et Barcelone 1992, il avait été choisi comme sport de démonstration.

Pour Cuba, qui occupe la 10e place au classement des médailles (1-2-2), seul Angel Volodia Matos a réussi à s’adjuger une médaille d’or.

Quatre Cubains iront jouer leur qualification au tournoi d’Aguascalientes, prévu au mois de mars au Mexique : Rafael Alba (+ 80 kg), Glenhis Hernandez (+67 kg), José Angel Cobas (80 kg) et Yamicel Nuñez (57 kg).

Avant d’achever cette liste de nos sports d’avant-garde, j’aimerais en revenir à l’athlétisme, où Cuba occupe la 20e place (10-14-15). La saison dernière et cette première partie de l’année nous ont offert des satisfactions avec les belles prestations de la perchiste Yarisley Silva et de la lanceuse du disque Denia Caballero, toutes deux championnes du monde, ainsi que du spécialiste du triple saut Pablo Pichardo.

À noter que notre spécialiste du 100 mètres haies Dayron Robles (12.93 secondes) a été notre dernier champion olympique au Nid d’oiseau de Pékin. Aujourd’hui, il est lui aussi en quête d’une qualification.

D’autres Cubains sur lesquels reposent beaucoup d’espoirs sont le gymnaste Manrique Larduet, les tireurs sportifs Leuris Pupo et Eglys de la Cruz et le skiffeur Angel Fournier.

Selon mes estimations, de dix à quinze de nos représentants ont des chances de briguer le titre à Rio. Il reste à voir maintenant comment vont évoluer les choses, et gageons que nos sportifs se montreront à la hauteur de leur talent et que les Jeux nous réserveront leur lot de bonnes surprises.