ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

Allocution d’Ulises Guilarte de Nacimiento, membre du Bureau politique du Comité central du Parti et Secrétaire général de la Centrale des travailleurs de Cuba, à la cérémonie nationale pour la Journée internationale des travailleurs, sur la Place de la Révolution « José Marti » de La Havane, le 1er mai 2017

Camarade général d’armée Raul Castro Ruz, Premier secrétaire du Comité central du Parti et président du Conseil d’État et du Conseil des ministres ;

Chers invités ;

Travailleuses et travailleurs ;

Comme chaque année, nous célébrons aujourd’hui la Journée internationale des travailleurs, avec le souvenir encore vif et très présent de notre cher, inoubliable et invaincu commandant en chef Fidel Castro.

Sur cette même place, le 1er Mai 2000, bondée d’hommes et de femmes qui ont construit et défendu l’œuvre de la Révolution qu’il a entamé, Fidel nous a énoncé le concept de Révolution. En adhérant à ce concept à la suite de sa disparition physique, nous, les Cubains, en faisons un serment sacré de fidélité à son héritage et à la décision inébranlable de poursuivre la construction d’une nation souveraine, indépendante, socialiste, démocratique, prospère et durable.

Notre défilé compact et coloré sur les places et les avenues, sous le slogan central « Notre force réside dans l’unité », constitue une démonstration populaire authentique et indiscutable de soutien à la Révolution, au Parti communiste cubain et à sa direction historique.

La journée de célébration du 1er Mai apparaît comme un théâtre idéal pour exalter la valeur du travail, libérer le vaste potentiel des réserves de productivité et d’efficience de notre secteur industriel qui permettent de générer plus de richesses, de diminuer les prix et d’augmenter graduellement les revenus, tout en favorisant l’intégralité des chaînes de production, dans un climat de sécurité et de santé dans tous les collectifs de travail.

À cette occasion, nous sommes interpellés par plusieurs événements majeurs qui dignifient notre histoire et nos traditions de lutte, comme les 56e anniversaires de la victoire de Playa Giron et la proclamation du caractère socialiste de la Révolution, le 55e anniversaire de la création de l’Union des jeunesses communistes, dignes et fermes continuatrices de ceux qui, il y a près de 60 ans, ont changé le cours de l’histoire de notre Patrie.

Nous commémorons aussi le 50e anniversaire de la mort au combat du Guérillero héroïque Ernesto Che Guevara, promoteur de la lutte pour l’industrialisation du pays, du travail volontaire et du mouvement des innovateurs et des rationalisateurs, l’homme qui est mort en arborant les plus purs idéaux internationalistes.

Compatriotes :

Dans l’actuel contexte géopolitique mondial, il est impossible d’oublier que nous vivons sous un ordre international injuste et excluant, où la croissante mondialisation d’une économique qui subit les impacts de la crise capitaliste et de ses politiques néolibérales a multiplié les défis et les dangers pour l’Amérique latine et les Caraïbes, renforçant notre conviction que l’objectif de construire la Grande Patrie dont rêvaient nos ancêtres, les libertadors, requiert aujourd’hui plus que jamais la volonté et la ferme détermination de défendre, avec la mobilisation des forces politiques de gauche, les avancées régionales en matière de coopération, de concertation politique et d’intégration.

Aujourd’hui, nous faisons nôtres les paroles du général d’armée Raul Castro Ruz, prononcées au 5e Sommet de la CELAC, lorsque, faisant référence aux relations entre Cuba et les États-Unis, il signalait :

« …peuvent coopérer et coexister de manière civilisée, en respectant leurs différences et en favorisant tout ce qui peut s’avérer positif pour les deux pays et les deux peuples, mais il ne faut pas attendre pour autant que Cuba fasse des concessions inhérentes à sa souveraineté et à son indépendance ».

Nous réitérons une fois de plus notre revendication légitime en faveur de la levée du blocus économique, commercial et financier exercé par le gouvernement des États-Unis, qui a causé tant de dommages et de privations à notre pays et qui constitue le principal obstacle au développement de notre économie. De même, nous exigeons la restitution du territoire illégalement occupé par la Base navale des États-Unis à Guantanamo contre la volonté du gouvernement et du peuple cubains.

Nous, la Centrale des travailleurs de Cuba et les syndicats, manifestons notre soutien et notre solidarité inconditionnels avec la Révolution bolivarienne, nous rejetons les manœuvres politiques et le harcèlement diplomatique orchestrées contre ce pays depuis une instance aussi discréditée que l’Organisation des États américains et d’autres secteurs réactionnaires de la région. Par ailleurs nous appuyons l’union civique et militaire dirigée par le gouvernement du président Nicolas Maduro, qui lutte pour la défense de la souveraineté, de l’indépendance et des intérêts les plus authentiques de son pays.

Dans le même temps, nous réaffirmons notre soutien solidaire aux travailleurs qui, dans le monde, font face aux politiques discriminatoires du capitalisme et sont réprimés dans la lutte pour le respect de leurs droits sociaux et du travail les plus élémentaires.

Nous sommes heureux de célébrer la fête du prolétariat mondial avec la présence, en cette matinée parmi nous, de camarades et d’amis de nombreuses organisations syndicales, de groupes de solidarité et de mouvement sociaux. À vous tous, au nom des travailleurs cubains, nous vous remercions pour votre appui permanent à notre patrie.

Cubaines et Cubains :

Les raisons pour lutter et pour vaincre se multiplient chaque jour parmi nos travailleurs. Cuba ne renoncera pas à ses idéaux d’indépendance et de justice sociale. Nous avons gagné ce droit souverain au prix de grands sacrifices et des pires risques.

En avant, camarades, plus unis que jamais et avec la conviction profonde dans la victoire !

Vivent les travailleurs cubains et du monde !

Vivent Fidel et Raul !

Vive la Révolution cubaine !

Hasta la victoria siempre !