ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Les Dr Maura Tomasen Leon et Jorge Tamayo Collado ont donné des détails sur les priorités de l’Enseignement pour les jeunes et les adultes pour la rentrée prochaine. Photo: Yuliet Gutiérrez Delgado

L’ENSEIGNEMENT pour les jeunes et les adultes (EJA) à Cuba est l’un des secteurs de l’éducation qui assure aujourd’hui les tâches à plus fort impact social. Le processus de perfectionnement des facultés ouvrières et paysannes, la préparation des élèves aux examens d’entrée dans l’enseignement supérieur, les écoles de langues, le travail dans les établissements pénitentiaires et la recherche confirment le large spectre de ce sous-système de l’enseignement.

Dans le cadre de la coopération internationale, l’EJA est également chargé de l’alphabétisation, de l’enseignement de base, du baccalauréat et de la formation professionnelle et universitaire.

Selon le Dr Jorge Tamayo Collado, chercheur au Centre pédagogique latino-américain et caribéen, l’EJA du 21e siècle ne ressemble en rien à celui du 20e siècle

« L’école cubaine de l’EJA est devenue un paradigme et un exemple pour l’Amérique latine et la Caraïbe. C’est pourquoi nous la renforçons pour développer la collaboration internationale, ainsi que la coopération pour atteindre les objectifs éducatifs à l’horizon 2030 », affirme-t-il.

On peut effectivement parler d’un nouvel Enseignement pour les jeunes et les adultes. Cette idée, née en 1962, peu après la Campagne d’alphabétisation, compte à l’heure actuelle sur des enseignants de niveau scientifique : 30 docteurs et plus de 3 000 professeurs diplômés de Sciences de l’éducation, un personnel hautement qualifié qui répond aux besoins, conditions, caractéristiques et objectifs de ce type d’enseignement.

À l’heure actuelle, 97 784 étudiants sont accueillis dans cette modalité dans 409 centres dans tout le pays, y compris 82 écoles de langues.

DE NOUVEAUX PROGRAMMES

Lors d’une conférence de presse offerte par la Direction nationale de l’Enseignement pour les jeunes et les adultes du ministère de l’Éducation, il a été annoncé que l’élaboration des programmes, des plans d’étude, des orientations méthodologiques et des manuels scolaires du premier et deuxième trimestres des facultés ouvrières et paysannes seront achevés en juillet prochain. Des matériaux qui seront revus et corrigés au mois de septembre.

« En octobre 2017, le plan d’études des facultés ouvrières et paysannes du premier et deuxième semestres sera remis à la maison d’éditions Pueblo et Education, qui le fera corriger par les sous-commissions de l’Institut central des Sciences pédagogiques et le destinera ensuite à la mise sous presse », explique le Dr Tamayo Collado.

Des laboratoires sont installés dans les écoles de langues dans huit des quinze provinces et il est prévu d’en installer dans six autres, un élément très positif aussi bien pour les étudiants que les enseignants. Photo: Alberto Borrego

« Nous apporterons à l’étudiant ce dont il a besoin, ce qui lui sera utile pour ses études au sein du modèle d’enseignement qui se met en place dans le pays pour la formation des jeunes et des adultes, comme le prévoient les Orientations de la Politique économique et sociale du Parti, et en tenant compte des méthodes pédagogiques appliquées pour ces tranches d’âges. »

L’ÉTUDE DES LANGUES DANS LES COMMUNAUTÉS

Depuis quatre ans, l’Enseignement pour les jeunes et les adultes dispense des cours dans les facultés ouvrières et paysannes et dans les écoles de langues durant les cours d’été aux enfants, adolescents et jeunes. La Dr Maura Tomasen Leon, directrice nationale de l’Enseignement pour les jeunes et les adultes a donné des précisions à Granma international sur les nouveautés de ces cours d’été :

« Cette année, nous envisageons d’ouvrir les cours d’été dans les trois langues principales ; anglais, français et portugais. La nouveauté, c’est que la communauté a demandé que ce programme ne concerne pas seulement les enfants, les adolescents et les jeunes. Les présidents des conseils populaires effectuent des démarches pour que la communauté ait accès à ces cours de langues.

« L’impact a été très positif. De plus, nous nous proposons de maintenir les cours de formation professionnelle des enseignants durant l’été. Tous les professeurs qui souhaitent démarrer l’apprentissage de l’une de ces trois langues pourront le faire de manière complètement gratuite dans le cadre de leur formation professionnelle ».

En général, les coopérants qui partent en mission à l’étranger (surtout des médecins) s’inscrivent dans les écoles de l’EJA qui existent dans toutes les communes du pays, ce qui prouve la relation qui existe avec des professionnels d’autres secteurs de la société.

De 2015 à ce jour, le nombre d’écoles de langues est passé de 43 à 82, outre les classes annexes qui fonctionnent dans les facultés ouvrières et paysannes.

«Alors que nous n’avions qu’une école de langues installée dans les chefs-lieux de province, aujourd’hui dans chaque région nous en avons de trois à cinq, en tenant compte des classes annexes », affirme la Dr Tomasen Leon.

Et d’ajouter : « À partir de l’année scolaire 2015-2016, nous avons pu disposer de laboratoires dans les écoles de langues. Aujourd’hui, des laboratoires sont installés dans huit provinces et nous envisageons d’en installer dans six autres, une excellente nouvelle aussi bien pour les étudiants que pour les enseignants.

« Nous insistons sur les cours de formation et sur l’enseignement destiné aux enfants, adolescents et jeunes dans les cours qui ont lieu dans les communautés afin de développer les compétences en français, anglais et portugais. »

CE QUI NE PEUT MANQUER

Comme tous les niveaux de l’enseignement du pays, l’Enseignement pour les jeunes et les adultes a également défini ses priorités pour la prochaine rentrée scolaire.

L’éducation politique et idéologique visant le renforcement de la conscience révolutionnaire, notamment la connaissance de la pensée et l’œuvre de José Marti et Fidel Castro, revêtent une importance capitale.

Autre priorité : la formation méthodologique pour améliorer la qualité de l’enseignement, ainsi que le travail avec les personnes illettrées ou déscolarisées. Par ailleurs, poursuivre le programme de perfectionnement du système national d’enseignement et approfondir le contenu des programmes pour chaque matière, des orientations méthodologiques et des manuels scolaires restent des axes thématiques essentiels.