ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

COMMENT utiliser la technologie pour une meilleure société ? Comment cette technologie peut aussi être mise à profit pour développer des connaissances et des savoir-faire ? Comment faire des citoyens le centre d’une société informatisée ?

Ces sujets et d’autres seront abordés à Cibersociedad 2017, une rencontre organisée par l’Union des informaticiens de Cuba (UIC), qui se déroulera du 16 au 20 octobre à l’hôtel Melia Marina de Varadero.

L’Union des informaticiens de Cuba a vu le jour il y a un peu plus d’un an, dans l’objectif d’associer les professionnels cubains des technologies de l’information et des communications (TIC).

Elle s’est donné comme principaux objectifs universitaires, scientifiques et culturels sa participation active et efficace de ses membres au développement du pays.

Pour en savoir davantage sur les enjeux de cette rencontre, Granma international s’est entretenu avec la Dr ès sciences techniques Ailyn Febles Estrada, présidente de l’UIC.

Elle signale que l’idée est de nous projeter à l'horizon 2030 dans une démarche de participation citoyenne, pour répondre à la problématique « jusqu’à quel point les nouvelles technologies peuvent-elles changer la vie des Cubains. À partir de ce constat, l’Union des informaticiens de Cuba a décidé de créer sa propre rencontre internationale.

« Nous avons mis en place un système de travail, et nous avons décidé d’organiser des rencontres dans tout le pays afin de préparer, tous les deux ans, un événement international de socialisation permettant de rapprocher les nouvelles tendances technologiques des zones d’impact de la société », souligne-t-elle.

Construire le concept de cybersociété est l’un des grands axes du projet de l’UIC, qui vise à accompagner l’effort technologique du pays. Ainsi, deux thèmes essentiels seront abordés cette année : La contribution à l’exécution du Plan de développement économique à l’horizon 2030, et Les objectifs de développement durables pour 2017.

LES NOUVELLES TENDANCES TECHNOLOGIQUES

Les différentes thématiques visent à l’application des nouvelles tendances technologiques dans les axes stratégiques de développement. Il sera question du cloud computing (ou informatique en nuage), de big data (volumes massifs de données), d’intelligence artificielle, d’ « Internet des objets » et de réalité augmentée, entre autres concepts, associés à des secteurs tels que le gouvernement, l’industrie, l’infrastructure, le développement humain, etc.

La Dr ès sciences techniques Ailyn Febles, présidente de l’Union des informaticiens de Cuba. Photo: Ladyrene Pérez Pérez

Dans le cadre de cette réflexion autour de la place de la technologie dans les zones d’impact sont prévus plusieurs ateliers scientifiques avec des journées d’exposés de spécialistes cubains et étrangers.

« Jusqu’à présent, nous avons programmé trois conférences nationales. Une sur les technologies de l’information et des communications dans l’industrie, qui nous permettra de faire une mise à jour sur ces questions, proposée par le ministère des Industries, une conférence du ministre de l’Enseignement supérieur, José Ramon Saborido, sur l’utilisation des technologies dans l’enseignement, et une autre du ministère des Communications sur la politique d’informatisation et son impact sur les Objectifs de développement à l’horizon 2030 et sur le Plan économique du pays », précise la présidente de l’UIC Aylin Febles.

Qu’avez-vous prévu d’autre à Cibersociedad 2017

Outre les présentations scientifiques, l’événement comportera également une foire des solutions avec la remise d’un prix à la meilleure solution innovante. Le projet peut être envoyé directement au concours ou peut également être élu parmi ceux qui seront présentés à la foire.

La foire, qui se déroulera pendant deux jours, se propose de montrer des propositions d’applications achevées, actuellement utilisées dans le pays en vue de son informatisation », ajoute Febles.

Parallèlement aura lieu la 1ère Rencontre des associations professionnelles et d’informatique, qui réunira des organisations cubaines comme l’UIC, la Société d’informatique et de calcul, la Société d’informatique pour la médecine et autres.

« Nous avons aussi invité plusieurs organisations semblables d’Espagne et d’Amérique latine. Parmi celles ayant confirmé leur présence à l’événement figure l’Association espagnole des techniciens et des informaticiens, ainsi que celles d’Argentine, d’Uruguay et du Mexique », ajoute-t-elle.

Également au programme : le 1er Forum des technologies de la société civile, qui prévoit des ateliers, des colloques et d’autres espaces de débat sur des sujets d’intérêt concernant l’ensemble des secteurs de la société.

« Les universités, l’industrie, le gouvernement, les travailleurs à leur compte, tous sont invités à aborder un sujet, à échanger des idées et à chercher des solutions », indique Aylin Febles.

Les deux journées de cette rencontre comportent aussi des conférences, un concours de programmation et d’autres événements participatifs.

« Nous voulons créer une ambiance conviviale et dynamique, à l’image des participants et des professionnels du secteur qui partagerons ces journées avec nous », souligne Febles.

LE CHOIX D’UNE CYBERSOCIÉTÉ

Ailyn Febles souligne que les technologies sont transversales et indispensables.

« Elles garantiront la vitesse des applications de toutes les mesures qui viennent d’être approuvées dans le cadre du Plan de développement à l’horizon 2030 et qui permettront d’atteindre les objectifs du Plan de développement durable », ajoute-t-elle.

« Les technologies permettent aussi un gouvernement plus proche du peuple, plus transparent, et de disposer de davantage d’informations. Grâce à elles, le citoyen peut devenir un membre actif, transformateur de sa communauté, de son lieu de travail. Il est donc important que chacun apprenne à faire un usage correct des technologies.

« Le principal message de cette rencontre est qu’une bonne société sait se servir de la technologie. L’être est au centre de cette société et doit profiter de services, d’informations et de contenus, de tout ce qui lui permette de devenir un acteur économique qui, en même temps sera utile à cette société », explique Aylin Febles.

Depuis sa création, l’Union des informaticiens de Cuba s’est rendue dans plusieurs sites du pays où il pourrait y avoir une solution, soit de laboratoire ou appliquée à petite échelle. Peu importe qui l’a mise en place : un travailleur à son compte, une grande entreprise de logiciels ou autre. Cette organisation s’est donnée pour mission

d’informer et montrer de tout qui se fait dans le pays en matière d’informatisation

C’est pourquoi transmettre l’idée que les technologies ne sont ni bonnes ni mauvaises, mais qu’elles existent et que nous devons être capables de les utiliser de manière correcte et optimale est l’un des objectifs de ce premier événement international.

RÊVONS ET AGISSONS

Parier sur tout ce qui se fait à Cuba en matière de technologies créer une culture des bonnes pratiques, par et pour l’Homme, sont des éléments indispensables pour construire un pays économiquement prospère et durable.

Cette première édition de 2017 se propose de nombreux objectifs. « Le premier est d’inviter toute personne à Cuba ayant mis en place une solution. Le deuxième est de rechercher tout ce qui se fait en matière de sciences, tout ce sur quoi nous travaillons scientifiquement, tout projet innovant et utile en matière de technologie.

« L'objectif est aussi d‘encourager et de faciliter les rencontres et les échanges entre spécialistes étrangers et cubains, afin de garantir un apprentissage collectif. Notre rôle est également d’appuyer la mission que l’Union des informaticiens de Cuba s’est fixée. Nous envisageons de devenir une plateforme permettant d’intégrer, dans les rencontres qu’elle organisera, des activités et des scénarios au secteur non étatique, aux universités, à l’industrie et tous ceux qui souhaitent participer aux débats sur des questions pouvant être utiles au développement du pays », explique-t-elle.

Cette première rencontre de l’Union des informaticiens de Cuba est placée sous le thème « Rêvons et agissons ». Une bonne participation sera déjà un succès pour une organisation aussi jeune. Cependant, pour les organisateurs, l’important est que tous les participants puisse tirer quelque chose d’utile de cet événement.