ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Juan Luis Marcelo Penton, directeur de la Santé publique à Sancti Spiritus Photo: Nuria Barbosa Leon

LES touristes et les étrangers qui visitent Cuba, notamment dans les zones touristiques de Trinidad et Varadero, à l’instar de la population, sont assurés de bénéficier de soins médicaux de qualité, a affirmé à Granma international le responsable de la santé publique dans les provinces de Sancti Spiritus et Matanzas.

Juan Luis Marcelo Penton, directeur de la Santé publique à Sancti Spiritus, a déclaré que la municipalité de Trinidad, pôle principal de la région centrale, dispose d’une clinique internationale et d’un hôpital pour les soins généraux de la population qui sont accessibles à n’importe quel patient étranger.  Les deux centres sont équipés de matériel technologique de pointe et peuvent prendre en charge immédiatement toute pathologie. Juan Luis Marcelo, qui est également spécialiste en médecine interne, a précisé que les hôtels offrent des services de soins infirmiers 24 h sur 24 et, dans certains, un médecin est chargé de veiller aux mesures sanitaires. Les visiteurs qui séjournent chez l’habitant peuvent également recevoir des soins médicaux dans les institutions de santé locales.

« Lorsqu’un patient ne peut pas être soigné sur place, il est transféré, sous surveillance spécialisée, à l'hôpital provincial Camilo Cienfuegos, qui est équipé d’une salle aménagée qui prend en charge certaines maladies spécifiques. La province dispose de toutes les conditions nécessaires pour assurer des soins de santé de qualité à la population et aux vacanciers étrangers qui nous rendent visite.

» Pour ce faire, le territoire compte sur 448 cabinets médicaux, subordonnés à 2 polycliniques, ainsi que quatre hôpitaux généraux et d'autres spécialisés. Par ailleurs, les femmes enceintes en situation à risque sont prises en charge dans cinq foyers maternels, avec une capacité totale de 240 lits. Quant aux personnes âgées, elles peuvent être accueillies à temps complet dans huit maisons de retraite ou dans neuf foyers du 3e âge pour un accueil de jour.

« Cette structure permet à Sancti Spiritus d’assurer les consultations médicales de la population et de maintenir les indicateurs de santé dans la moyenne nationale, ce qui traduit la bonne qualité de vie des Cubains », a déclaré le directeur, qui a donné en exemple le taux de mortalité infantile atteint à fin 2016 : 3,4 pour mille naissances vivantes.

Magalys Chaviano Moreno, directrice de la santé publique sur ce territoire. Photo: Nuria Barbosa Leon

Et d’ajouter que les institutions de santé garantissent également une couverture chirurgicale, et que désormais les patients n’ont plus à attendre pour subir une intervention. En outre, l’hôpital suit les protocoles nationaux visant à réduire la mortalité chez les patients atteints de cancer, d’infarctus aigu du myocarde, de traumatisme crânien, de diabète, d'hypertension et autres maladies. « Dans les hôpitaux, nous mettons en œuvre des programmes visant à assurer un suivi spécialisé et des soins différenciés à toute personne qui en a besoin », a-t-il dit.

Il a également donné des détails sur la prise en charge des malades dans les communautés isolées et difficiles d’accès, où des médecins d’une vingtaine de spécialités se rendent pour assurer des consultations.

La province a entrepris un programme de réparations des établissements de santé – rénovation architecturale, achat d’équipements de pointe, réparation des sanitaires et amélioration du confort pour le personnel et les patients – auquel le gouvernement a attribué plus de 20 millions de pesos par an.

Pour sa part, la province occidentale de Matanzas travaille au contrôle de la dengue, du Zika, du chikungunya et autres maladies causées par les moustiques. Des maladies en augmentation en période estivale du fait de la hausse des températures et des pluies fréquentes, a expliqué Magalys Chaviano Moreno, directrice  de la santé publique sur ce territoire.

Elle a donné des informations sur le programme mis en place dans le pôle touristique de Varadero pour empêcher la propagation de ces maladies, lequel comprend le dépistage dans les aéroports et les points d’embarquement des voyageurs, la fumigation fréquente de toutes les maisons et les institutions, et le traitement des points vulnérables qui favorisent la prolifération de ces vecteurs.

Le cadre de santé de la province, a-t-elle poursuivi, montre que les maladies cardiaques associées à l'hypertension sont la première cause de décès, suivies par des tumeurs malignes. À ce propos, elle a signalé les travaux de recherche entrepris, auxquels participent l'Organisation panaméricaine de la santé et l’importance accordée à l'éducation et à la promotion de modes de vie sains, en insistant sur la nutrition et la pratique systématique d’exercices physiques.

« Nous avons lancé un projet de recherche pour le contrôle du risque cardiovasculaire dans une polyclinique de Matanzas, dont les résultats devraient aider plusieurs pays du continent, notamment pour le contrôle de la tension artérielle », a-t-elle indiqué.

«Nous avons intégré à cette recherche scientifique les protocoles médicaux et la participation de la population dans les communautés, en lien avec la pharmacie et l'hôpital. Nous étendrons progressivement cette expérience aux 28 polycliniques de la province.

« En ce moment, nous assurons la formation sur ce sujet du personnel qui travaille dans les cabinets des médecins de famille. Notre but est de coordonner le travail de tous les secteurs de l'administration locale et la participation de la population dans le contrôle des facteurs de risque, qui causent le décès par maladie cardiaques à Matanzas. »

Parallèlement, un travail est mené sur la prévention des tumeurs malignes, en particulier dans le diagnostic précoce des marqueurs tumoraux, susceptibles de réduire la mortalité par cancer. Des actions sont mises en place la promotion de modes de vie sains afin de prévenir les maladies chroniques non transmissibles, ce qui pourrait diminuer la mortalité et améliorer la qualité de vie.

La province encourage les changements nécessaires dans le secteur de la santé, comme dans le reste du pays, principalement dans la prise en charge primaire afin de faire en sorte que la population soit soignée dans les cabinets de consultation du médecin de famille, et que les hôpitaux assurent les soins spécialisés, en veillant à une meilleur rationalisation des ressources humaines et matérielles dans le secteur, a précisé Chaviano Moreno.

Pour la directrice provinciale de la santé publique à Matanzas la pierre angulaire du contrôle des maladies repose sur la famille. C’est pourquoi elle a appelé à un meilleur fonctionnement au sein de la famille sur le plan biologique et social, ce qui aura des répercussions sur la qualité de vie et l'espérance de vie à la naissance. « À Matanzas, nous encourageons la population à prendre soin de sa propre santé », a-t-elle conclu.