ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
M. Nasser Mohamed Ousbo, ambassadeur de la République de Djibouti à Cuba, a salué l’amitié qui lie nos deux pays depuis le rétablissement des relations diplomatiques en 1998. Photo: (cortesía ICAP), Karoly Emerson

M. Nasser Mohamed Ousbo, ambassadeur de la République de Djibouti à Cuba, a qualifié les relations bilatérales d’excellentes et offrant des perspectives encourageantes.

Dans une interview accordée à Granma international à La Havane, le diplomate africain a précisé qu’il existe de nombreux accords entre les deux pays qui datent de l’établissement de relations diplomatiques en 1998, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, du sport et de l’ingénierie.

Il a rappelé qu’à partir de 2002 des centaines de coopérants cubains ont travaillé dans ce petit pays de la Corne de l’Afrique, frontalier de l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie, d’une population d’un peu moins d’un million d’habitants et dont l’économie repose essentiellement sur l’activité portuaire.

« Depuis, 110 jeunes Djiboutiens se sont formés dans les universités cubaines, dont 63 comme médecins, et 19 autres suivent actuellement des études », a-t-il dit, avant de souligner « qu’alors que les autorités cubaines privilégient la solidarité dans les relations entre nos deux pays, toute une série d’entreprises de puissances capitalistes qui opèrent dans notre pays poursuivent des intérêts purement économiques ou commerciaux ».

M. Nasser Mohamed Ousbo a mis en exergue la contribution des combattants internationalistes cubains dans la guerre de libération des pays africains, qui déboucha sur l’indépendance de plusieurs pays de cette partie du monde et accéléra la fin du régime honni de l’apartheid en Afrique du Sud.

L’ambassadeur considère son pays comme l’un des principaux bénéficiaires de l’aide cubaine, avant de préciser qu’à l’heure actuelle 88 médecins spécialistes, 6 entraîneurs sportifs de haut niveau et plusieurs professionnels agricoles et en hydraulique apportent un concours précieux au développement de son pays.

À cet égard, il a souligné : « Lorsque les coopérants s’en vont en vacances ou achèvent leur mission, les gens expriment leurs opinions sur les réseaux sociaux en les remerciant pour leur travail, et faire part de leur souhait de voir arriver de nouveaux professionnels cubains. Les Djiboutiens éprouvent une profonde affection pour vos médecins et vos entraîneurs sportifs ».

Plus loin, il a fait observer que les médecins cubains contribuent à améliorer les indicateurs de santé et à réduire les délais d’attente pour les chirurgies ou les consultations. Il s’est également félicité des médailles obtenues par son pays aux compétitions sportives internationales grâce à l’encadrement des entraîneurs cubains. « Pour nous, les coopérants cubains sont précieux et irremplaçables »

La coopération se traduit aussi par des échanges de délégations de haut niveau. L’ambassadeur a évoqué les visites dans son pays du chef de la diplomatie cubaine, Bruno Rodriguez Parrilla, du président du Parlement Esteban Lazo Hernandez, et du ministre de la Santé publique Roberto Morales Ojeda, entre autres.

Il a souligné que son gouvernement s’oppose à l’injuste blocus économique, commercial et financier exercé par les États-Unis et soutient la revendication cubaine pour la restitution du territoire illégalement occupé par de la Base navale de Guantanamo.

Plus loin, M. Nasser Mohamed Ousbo a attribué la lenteur du développement économique du Djibouti au fait qu’il n’y a que 40 ans que ce pays s’est affranchi du joug colonial français. Il a affirmé que Djibouti est pauvre en ressources naturelles mais a su tirer parti de sa stabilité politique et de sa position géographique stratégique à l'entrée de la mer Rouge et du Golfe d'Aden, sur les principales routes de navigation maritime, et offrant une ouverture naturelle sur l’océan Indien.

« Nos ports entretiennent des échanges commerciaux avec les pays d’Asie et avec l’Occident. Notre économie est essentiellement basée sur les services, notamment les opérations avec les navires de marchandises en régime de zone franche. Cette activité est au centre des relations économiques à Djibouti », a-t-il affirmé.

Aujourd’hui, le Produit intérieur brut de Djibouti enregistre une croissance annuelle de 5% et ce pays axe son développement sur la création d’une zone franche industrielle patronnée par la Chine, sur une superficie de 4,8 hectares. Par ailleurs, six ports et trois grands aéroports sont en construction.

Par ailleurs, la République de Djibouti a comme aspiration de devenir un centre financier important et un nœud de télécommunications et Internet performant dans la région, ainsi que de promouvoir et développer ses potentialités touristiques et valoriser la richesse de son patrimoine naturel, y compris ses plages magnifiques. D’où la nécessité de former les jeunes, de renforcer son programme d’attraction de capitaux et de se doter d’une main-d’œuvre hautement qualifiée.

La République de Djibouti a accédé à son indépendance le 27 juin 1977, à l’occasion de cette fête nationale un vaste programme d’activités a été prévu dans le pays comme à l’étranger à l’occasion de ces célébrations. « À Cuba, dans le cadre de cette commémoration nous avons diffusé des audiovisuels pour évoquer l’histoire et organisé des activités sociales, des ateliers de réflexion et d’autres événements », a commenté l’ambassadeur.

Ces célébrations ont été marquées par une soirée politique et culturelle au siège de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP) à La Havane, en présence de responsables et de fonctionnaires du ministère des Relations extérieures, de dirigeants cubains et d’étudiants djiboutiens.

À ce gala, l’ambassadeur a exprimé son soutien à la Révolution cubaine, et il a salué les changements économiques impulsés par les derniers congrès du Parti communiste cubain. Il a déclaré : « Mon pays a toujours défendu après des organismes internationaux la lutte de Cuba pour le respect de sa souveraineté et du Droit international. Cuba reste une amie chère et nous continuerons de nous tenir résolument à ses côtés ».