ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

La Havane, le 4 septembre 2017

«Année 59 de la Révolution »

Compatriotes,

QUELQUES heures seulement nous séparent du début de la première étape des élections générales, lorsque le peuple procédera à la désignation et l’élection des déléguées et des délégués aux assemblées municipales du Pouvoir populaire, dans le cadre de sa 17e période de mandat.

Pour en arriver là, les commissions électorales ont travaillé intensément à l’organisation, la garantie, la coordination et la préparation de ce processus, qui constitue également une expression de participation populaire massive et d’intégration des organismes, organes et institutions aux niveaux national, provincial et municipal, appelés à assurer le travail de dizaines de milliers de responsables électoraux, notamment dans les plus de 24 000 bureaux de vote qui ouvriront dans les plus de 24 000 circonscriptions.

Nous sommes parmi les rares citoyens du monde qui, lors de réunions publiques, proposons et désignons, ouvertement et directement, les candidats à délégués de circonscription, dans une manifestation de profonde démocratie et revêtant une énorme responsabilité, car ce sont eux qui intégreront l’Assemblée municipale, où ils prendront d’importantes décisions sur la vie des habitants de leur territoire, comme l’approbation et le contrôle des plans économiques et sociaux et du budget local, parmi bien d’autres.

Les personnes proposées, désignées et, par la suite, élues de manière directe et secrète dans nos communautés, pourront ensuite être candidates et, par conséquent, être élues comme président ou vice-président de l’organe local municipal, d’un Conseil populaire ou d’une commission permanente de travail. Mais il y a une connotation encore plus grande : l’Assemblée provinciale et l’Assemblée nationale sont composées de jusqu’à 50% de délégués de circonscription, si cet habitant(e) de notre quartier en venait à être élu(e) délégué(e) provincial(e), ou député(e), cette personne sera aussi éligible au plus hautes charges de l’instance provinciale, voire à l’organe suprême du pouvoir de l’État. Conformément à notre Constitution, les candidats que nous élirons bientôt ont pour mission de favoriser la participation de leurs concitoyens aux processus de direction de la société, et, parmi leurs obligations, il y en a une très peu commune dans la pratique politique d’autres latitudes : celle de rendre périodiquement des comptes sur les résultats de leur gestion à leurs électeurs.

Ils assument la mission de transformer les réunions avec leurs électeurs en un espace de communication propice au dialogue sur la manière de résoudre les problèmes du quartier, lutter contre les mauvais comportements et les indisciplines, tout en reconnaissant les attitudes et les mérites des habitants du quartier, comme des représentants des valeurs morales, intellectuelles et des puissantes idées défendues aujourd’hui par notre peuple, synthétisées dans la définition du concept de Révolution énoncé par Fidel, envers lequel nous nous sommes engagés solennellement.

D’où la responsabilité qui nous incombe, en tant qu’électeurs, de prendre part, avec notre famille, à cet acte civique, démocratique et participatif que représente l’assemblée de désignation des candidats, pour y proposer et désigner des Cubaines et Cubains patriotes, responsables, compétents et sensibilisés aux problèmes des gens ; des personnes qui auront pour mission de mener de l’avant le perfectionnement du Pouvoir populaire sur le chemin de l’avenir choisi par notre peuple.

Libérés à jamais de la politicaillerie, de la démagogie et des campagnes régies par l’argent, la tromperie et la violence, je vous invite tous à participer à ce processus électoral, transparent et propre, avec un enthousiasme renouvelé et la conviction que sa réalisation réussie constituera un nouveau pas pour consolider l’exercice de notre démocratie socialiste.

Fraternellement,

Esteban Lazo Hernandez

Photo: Desconocido