ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Dr José Saborido Loidi, ministre de l'Enseignement supérieur. Photo : www.almamater.cu

Contrairement aux années passées, la nouvelle année universitaire enregistre une augmentation des effectifs. Elle a pour caractéristique principale d'être la première après l'achèvement du processus d'intégration des institutions de niveau supérieur, mis en place depuis 2013.

Autre caractéristique : l'introduction de la réforme des plans et des programmes. D’une façon générale, les universités passent progressivement du plan D (en vigueur depuis  2007) au plan E. Dans le cadre de cette transition, sur les 91 disciplines étudiées aujourd’hui, 60% d’entre elles pourront passer au plan E, avec pour condition principale la formation en quatre ans.

Le changement vers un autre type de plans d’études répond aux besoins et aux exigences de la conception économique et sociale du pays. Le modèle – selon les informations offertes par les responsables du ministère de l'Enseignement supérieur (MES) – doit s’adapter au fait que l'étudiant tient une place plus importante dans son processus d'apprentissage.

« La caractéristique essentielle est que les contenus s’appuient sur les besoins de formation du professionnel pour son emploi au niveau primaire. Le système de formation à Cuba ne s’achève pas à l'obtention du diplôme de licence. On suppose que ce même professionnel va poursuivre sa formation pour un emploi dans le 3e cycle et pour l’accroissement de son capital intellectuel tout au long de sa vie », affirme le Dr José Saborido Loidi, ministre de l'Enseignement supérieur.

Durant cette année universitaire qui vient de démarrer, nous continuerons de progresser dans le système d'accréditation des plans et des programmes. Jusqu'à présent, il existe un nombre important de programmes de 2e et de 3e cycles, ainsi que des établissements ayant des niveaux élevés d'accréditation. Les meilleurs exemples sont l'Université de La Havane, l'Université centrale de Las Villas et l'Université technologique de La Havane José Antonio Echeverría (CUJAE), les premières avec une accéditation d'excellence.

Début de l'année universitaire à La Havane. Photo: Yordanka Almaguer

Par ailleurs, la politique de la maîtrise de la langue anglaise reste une condition préalable à l’entrée à l’université. Pour atteindre cet objectif, les établissements supérieurs doivent créer les conditions d'évaluation des élèves.

Dans un contexte où les connaissances deviennent obsolètes à une rapidité incroyable et que la technologie met de grandes quantités d'informations à portée de main, le pays déploie un effort énorme – quelles que soient la complexité des conditions économiques –  pour qu'aucun jeune qui en ait les capacités ne puisse pas entrer à l’université, une preuve supplémentaire de l'importance que Cuba accorde à l'instruction de sa population.

Ces mêmes jeunes, depuis leurs universités et dans le cadre de leur formation pour leur vie future dans la société, prendront largement part à un moment décisif pour le pays, comme le sont les prochaines élections.

Comme à chaque rentrée universitaire, le statue de l'Alma Mater de l'Université de La Havane a accueilli les nouveaux étudiants inscrits pour la traditionnelle montée du Grand escalier,

L'année 2017-2018 revêt une signification particulière pour ce prestigieux établissement, En effet, la Fédération des étudiants universitaires – la plus ancienne organisation dans le pays – fête le 95e anniversaire de sa fondation, et l'université arrive à ses 290 ans,

Pour tous ceux qui commencent leurs études universitaires, entrer à La Colina, comme on appelle également l'université, n'est pas seulement réaliser un projet personnel. C'est en outre sceller un engagement envers le passé et l'avenir de la patrie, car avant eux, de prestigieuses personnalités ont étudié dans ces mêmes salles de cours, dont Julio Antonio Mella, Rubén Martinez Villena, José Antonio Echevarria, Fidel Castro…  Ils en sortiront riches des connaissances et des valeurs dont notre pays a besoin pour son développement.