ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: INSMET

L'ouragan Irma a causé des dommages très importants sur l'île, en particulier sur la côte nord, qu’il longe dangereusement, en détruisant tout sur son passage. Les palmiers et les arbres de toutes sortes, les bâtiments fragiles, les routes pavées du bord de mer, tout a été dévasté par la force de ses vents.

« Les fortes pénétrations de la mer sont l'un des effets les plus dangereux auxquels nous sommes confrontés », ont affirmé les responsables lors de la 4e réunion du Conseil national de la Défense pour la réduction des catastrophes, qui s’est tenue jeudi dans la capitale.

Selon les radars météorologiques nationaux, il est possible que l'ouragan incline légèrement sa trajectoire vers l'ouest, si bien que l’aire affectée par les dommages augmente sur la ligne de la côte ouest.

« Bien que l’ouragan Irma se soit maintenu comme un ouragan de catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson, il est resté intense et très étendu, ce qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices dans notre pays, notamment à cause de la pénétration de la mer », a déclaré le général de division Ramon Pardo Guerra, chef de l'État-major national de la Défense civile (EMNDC).

Photo: Pablo Soroa

« Tout au long de la journée, les vagues pourraient atteindre entre 6 et 10 mètres dans les provinces du centre et de l'est », ont informé les spécialistes lors de la réunion, à laquelle assistait le membre du Bureau politique du Parti, Esteban Lazo Hernandez, président de l'Assemblée du Pouvoir populaire, et Elba Rosa Pérez Montoya, ministre des Sciences, de la Technologie et de l'Environnement.

Le moment le plus critique devrait être enregistré dans les cayos nord du pays, où le niveau de la mer pourrait augmenter de 2 mètres.

« Du fait de cette élévation du niveau de la mer et des fortes vagues dues à la persistance des vents, l'eau pourrait traverser de part en part certains de ces îlots », a déclaré Amilcar Calzada Estrada, responsable de l'Institut de météorologie marine.

Une forte houle se propagera à partir de cette nuit jusqu’à demain, dimanche 10 septembre, sur toute la côte nord-ouest, affectant progressivement les provinces de Mayabeque, La Havane et Artemisa.

DES MESURES RAPIDES AU PASSAGE D’IRMA

Depuis le début de la phase d'information dans la zone est du pays, toutes les autorités de l'Île se sont mobilisées afin de garantir la sécurité et la protection des citoyens et des ressources économiques du territoire national.

Le ministère des Communications, en prévision d'éventuelles inondations, a également pris des mesures pour garantir les communications et prévenir les dommages matériels.

Photo: Institut de météorologie

L’entreprise de télécommunications de Cuba Etecsa S.A. a démonté les 34 paraboles des tours de communications situées dans les huit provinces touchées par le passage de l'ouragan.

« Nous avons pris cette mesure de prévention, car ces équipements sont très sensibles aux vents forts », a expliqué Manuel Zayas Martinez, directeur des Fréquences au ministère des Communications.

Le démontage des points wifi dans les régions qui devraient être le plus touchées par l’ouragan est également une priorité pour cet organisme. « Nous démontons les antennes du signal wifi dans environ 100 zones réparties dans les provinces de la côte nord qui recevront le assauts d'Irma », a ajouté Zayas.

Et d’ajouter : « Ce service sera retiré 12 heures avant le début des effets de l’ouragan sur le territoire et restauré le plus tôt possible après son passage, afin que la population puisse communiquer avec leurs familles à l’étranger. »

La pénétration de la mer, les vents forts et les pluies pourraient également affecter le service d’électricité dans les territoires traversés par l’ouragan. Pour prévenir tout dommage, l'Union électrique de Cuba (UEC) a mis en place 25 tours d'urgence pour distribuer de l'électricité en cas d’interruption.

L'entreprise a mis sur pied 155 brigades, composées de 1 066 électriciens, qui seront dépêchés dans les provinces les plus durement touchées. « Les contingents sont prêts à partir et à se mettre à l’œuvre pour apporter une solution rapide aux difficultés qui pourraient survenir », a déclaré Jorge Hernandez, spécialiste en protection civile à l'UEC.

Pour sa part, le ministère de la Santé publique, en collaboration avec le Groupe des industries biotechnologies et pharmaceutiques, a préparé 67 brigades médico-chirurgicales pour assurer une assistance médicale dans des communautés difficiles d'accès, selon les représentants de l’Institution.

Ce ministère a également déplacé 177 unités du système de santé (pharmacies, cabinets médicaux, etc.) vers d’autres institutions des provinces, disposant de bâtiments solides et sûrs.