ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

L’ouragan Irma, avec sa force destructrice, a frappé notre Île pendant plus de 72 heures, depuis la matinée du 8 septembre jusqu’à l’après-midi de ce dimanche. Avec des vents parfois à plus de 250 kilomètres heure, il a longé le nord du pays depuis Baracoa qui, il y a près d’un an, avait déjà été victime d’un autre phénomène de ce genre, jusqu’à proximité de Cardenas. Cependant, en raison de son ampleur, pratiquement aucun territoire n’a été épargné.

Considéré par les spécialistes comme l’un des ouragans les plus puissants jamais enregistrés dans l’Atlantique, ce phénomène météorologique a causé des dommages sévères au pays, lesquels, en raison de leur ampleur, n’ont pas encore pu être évalués. Un coup d’œil préliminaire permet de constater des dégâts aux habitations, au système électro-énergétique et à l’agriculture.

En outre, l’ouragan a frappé certains de nos principales destinations touristiques, mais ces dommages seront réparés avant la saison haute. Nous disposons pour ce faire des ressources humaines et des matériaux requis, le tourisme étant l’une des principales sources de revenus de l’économie nationale.

Ces journées ont été dures pour notre peuple qui, en seulement quelques heures, a vu comment ce qui avait été construit avec effort a été balayé par un ouragan dévastateur. Les images des dernières heures sont éloquentes, tout comme l’esprit de résistance et de victoire de notre peuple, qui renaît devant chaque adversité.

Ce sont l’unité des Cubains, la solidarité entre les habitants des quartiers, la discipline face aux instructions émises par l’État-major national de la Défense civile et les Conseil des défense à tous les niveaux, le professionnalisme des spécialistes de l’Institut de météorologie, la rapidité de réaction des médias et de leurs journalistes, le soutien des organisations de masse, ainsi que la cohésion des organes de direction du Conseil de Défense nationale, qui ont prévalu dans ces circonstances difficiles. Une mention spéciale à toutes nos femmes, y compris les dirigeantes du Parti et du gouvernement, qui avec sang-froid et maturité, ont dirigé et affronté la dure situation.

Les journées qui nous attendent seront intenses ; elles exigeront beaucoup de travail, mais elles confirmeront une nouvelle fois la force des Cubains et la confiance indestructible en leur Révolution. Ce n’est pas le moment de nous lamenter sur notre sort, mais de reconstruire ce que les vents d’Irma ont tenté de faire disparaître.

Avec organisation, discipline et l’intégration de toutes nos structures, nous nous en sortirons, comme nous l’avons fait à maintes reprises. Que personne ne s’y trompe, la tâche qui nous attend est énorme, mais avec un peuple comme le nôtre nous remporterons la bataille la plus importante : la récupération.

En ce moment crucial, la Centrale des travailleurs de Cuba et l’Association nationale des petits agriculteurs, agissant de concert avec les autres organisations de masse, devront redoubler d’efforts pour effacer au plus vite les séquelles de cet événement climatique destructeur.

Un principe reste immuable : la Révolution ne laissera personne à l’abandon, et, d’ores et déjà, des mesures sont adoptées pour qu’aucune famille cubaine ne soit abandonnée à son sort.

Comme à l'accoutumée chaque fois que nous sommes frappés par un phénomène météorologique, nous avons reçu de nombreux témoignages de solidarité, arrivés de partout dans le monde. Des chefs d’État et de gouvernement, des organisations politiques et des amis des mouvements de solidarité ont exprimé leur volonté de nous aider, et nous les en remercions au nom des plus de 11 millions de Cubaines et de Cubains.

Faisons face à la reconstruction, animés par l’exemple du Commandant en chef de la Révolution cubaine Fidel Castro Ruz, dont la confiance permanente dans la victoire et la volonté de fer nous a appris qu’il n’y a pas d’impossibles. En ces heures difficiles, son héritage nous rend plus forts et plus unis.

 
Raul Castro Ruz


La Havane, le 10 de septembre 2017