ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

EN 1987 l’informatique n’intervenait pas, comme à notre époque, dans toutes les sphères de la vie quotidienne. Et Cuba n’était pas une exception. Cependant, cette année-là le pays démarra un ambitieux projet social visant à enseigner l’informatique au plus grand nombre d’enfants et de jeunes. Ainsi, le 8 septembre virent le jour les Clubs des jeunes d’informatique et d’électronique, une idée qui fête aujourd’hui ses 30 ans et ne cesse de se renouveler et de s’adapter aux évolutions d’une société alors en pleine mutation.

« Les 32 premiers Clubs des jeunes furent situés dans chaque chef-lieu de province. Dans le cas de la province de Matanzas, l’un de ces centres fut également construit dans la commune de Colon, et un autre à Varadero », explique Raul Vantroi Navarro Martinez, directeur général des Clubs de jeunes de l’informatique et de l’électronique.

« Avec le temps, les services associés aux technologies de l’information et des communications ont été élargis. À cette époque, les ordinateurs commençaient seulement à être utilisés dans les écoles et les institutions, et cette génération qui ne savait pas se servir de ces outils fut de plus en plus nombreuse à fréquenter ces centres.

« Les Clubs des jeunes d’informatique et d’électronique virent leur nombre augmenter à l’échelle nationale jusqu’à 174 à l’époque. Quelque temps plus tard, en 1991, un ancien magasin de La Havane fut aménagé et transformé en Palais de l’informatique. En l’an 2000 on recensait 300 Clubs de jeunes dans l’ensemble du pays, et 300 autres furent inaugurés entre 2004 et 2005, portant leur nombre à 600. Aujourd’hui, nous en comptons deux par municipalité », ajoute Raul Vantroi.

Raul Vantroi Navarro Martinez, directeur général des Clubs des jeunes, a souligné que les actions de 2018 s’inscriront dans le cadre de la démarche de modernisation du réseau et de sa préparation pour une gamme de services mieux adaptés aux temps actuels. Photo: Morejón, Roberto

« Pendant toutes ces années, les Clubs de jeunes ont connu un développement vertigineux. Aujourd’hui, toutes nos installations sont dotées d’un personnel qualifié composé d’environ 5 000 personnes, dont 47% sont des universitaires. Plus de 1 500 d’entre eux maîtrisent une langue étrangère et 800 sont titulaires d’un master », a-t-il indiqué.

Cet effort de formation d’un personnel qualifié a permis de diversifier les services et les contenus. En plus des formations de base, spécialisée et post-universitaire, il existe des cours et des ateliers pour enfants, pour personnes handicapées et pour personnes du troisième âge.

« Durant ces 30 dernières années, nous avons mis au point des applications informatiques, offert des services d’assistance et de consultation, et diplômé plus de 4,5 millions de personnes. Nous envisageons de lancer sous peu 21 nouveaux services et d’améliorer les services actuellement disponibles », a signalé le responsable.

SERVICES ET PRODUITS

Les services des Clubs des jeunes d’informatique et d’électronique sont axés sur la famille. Ainsi, leurs produits et services se distinguent par leur qualité, leur souplesse et leur adaptabilité aux besoins de ce segment. C’est le cas d’Ecured, l’encyclopédie cubaine qui se veut un projet de diffusion de connaissances universelles destinée à la majorité des Cubains. Comprenant une grande variété d’articles sur notre pays, Ecured compte plus de 532 collaborateurs actifs et plus de 39 000 contacts enregistrés.

« Notre encyclopédie reçoit des visiteurs de divers pays d’Amérique latine comme le Mexique, l’Équateur, le Guatemala, la Colombie, le Chili, le Venezuela et autres. Elle est consultée quotidiennement par plus de 250 000 internautes, et elle s’est adjugée récemment le prix Espacio décerné par l’Association cubaine des communicateurs sociaux », affirme Anamaris Solorzano Chacon, sous-directrice général des Clubs de jeunes.

Un autre service particulièrement apprécié sur le site est La Mochila (Le Sac à dos), un produit culturel de divertissement pour les personnes de tous âges et qui fonctionne comme une chaîne de télévision non traditionnelle, propose une variété de sections et permet à l’internaute de fabriquer et de visionner sa propre programmation.

Fidel se distingua par sa participation active à la création des Clubs des jeunes d’informatique et d’électronique. Photo: Liborio Noval

« Notre plateforme de domaine .cu, qui regroupe les blogs cubains est Reflejos (Reflets). Elle a été conçue comme un espace accessible où les blogueurs peuvent partager leurs opinions, leurs intérêts et leurs besoins sur format texte, images et vidéos. Ainsi, Reflejos apparaît comme un miroir où les Cubains peuvent reconnaître leurs intérêts et leurs désirs communs », assure Anamaris Solorzano.

Reflejos compte un total de 3 163 blogs actifs, environ 22 199 usagers et reçoit plus de 300 000 visites par mois.

El Estanquillo est une autre plateforme qui fonctionne en temps réel et se distingue par le déchargement et la visualisation dans son format numérique de médias nationaux et internationaux. L’application offre plusieurs avantages : facile accès à l’information, actualité, culture, santé, mode, cuisine, sport, politique, travaux manuels, etc.

VIABLE ET POPULAIRE

Même si le succès d’un projet comme le Club des jeunes se reflète dans l’intérêt croissant qu’il suscite, maintenir ce service est coûteux pour le pays. Selon Raul Vantroi Navarro Martinez, directeur général, chaque année cette entité dépense près de 56 millions de pesos.

« Les entreprises de services informatiques dans le monde sont très coûteuses. La mise à jour des logiciels et du matériel informatique, et assurer le bon fonctionnement de tous ces équipements est essentiel. C’est pourquoi, à partir de 2014 il a été décidé de commencer à rendre payants certains services », a ajouté Raul Vantroi.

« Il s’agit d’une décision à la fois essentielle et stratégique pour les Clubs des jeunes, car elle s’inscrit dans la perspective de leur autofinancement graduel. Notre grand défi est d’être à la fois économiquement viables et populaires.

« Un enfant qui joue pendant deux heures avec un ordinateur paie 2 CUP de l’heure, et un enfant de Guantanamo qui en joue en réseau avec un autre de Pinar del Rio ne paie que 3 CUP. Mais ceci coûte beaucoup plus au pays, environ 17 CUP de l’heure, mais notre engagement est de permettre à toute personne d’accéder à ce service, c’est pourquoi il en restera ainsi.

« Le Club des jeunes, tel que nous le concevons à présent, doit s’autofinancer à 100%, avec des tarifs accessibles à la population, et il doit aussi préserver son essence et rester fidèle aux principes qui ont inspiré sa création en tant qu’une organisation populaire, proposer des produits novateurs, attractifs et chaque fois meilleurs, et dont le fonctionnement est assuré par un personnel hautement qualifié », a-t-il précisé.

NOUVEAUTÉS ET DÉFIS

Au mois d’août dernier, les Clubs des jeunes d’informatique et d’électronique ont mené un test pilote dans la ville de Santiago de Cuba, spécifiquement dans le quartier d’El Caney, une zone ayant très peu accès aux technologies modernes. Cette expérience avait pour but de familiariser la population avec divers outils technologiques comme les téléphones portables, les tablettes et les ordinateurs.

Baptisé « Infoalphabétisation », ce programme cherche à alphabétiser technologiquement la population cubaine encore incapable de maîtriser les nouvelles technologies de l’information et des communications.

Selon Maria de los Angeles Pérez Ramirez, qui est aussi sous-directrice générale des Clubs, les familles de la zone ont offert leurs maisons et leurs ordinateurs pour le cours, ce qui a rendu l’expérience beaucoup plus enrichissante.

« Enseigner à tous à maîtriser les nouvelles technologies est sans conteste la plus grande contribution des Clubs des jeunes. Ainsi, 68 instructeurs ont été formés dans cette province et affectés aux ministères de l’Éducation, de la Santé Publique, et de la Culture, ainsi qu’à l’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs (INDER). En une semaine, cet effort a permis d’alphabétiser 48 651 personnes, dont 1 120 enfants, 419 personnes âgées, 88 personnes handicapées et 19 jeunes des centres de réclusion », a ajouté Maria de los Angeles Pérez.

Il est prévu d’étendre ce programme à tout le pays après le mois de septembre jusqu’à la fin de l’année scolaire pour fêter en grand le 30e anniversaire des Clubs des jeunes de l’informatique et de l’électronique.

Par ailleurs, les actions de 2018 s’inscriront dans le cadre de la démarche de modernisation du réseau et de sa préparation pour une gamme de services mieux adaptés aux temps actuels. Nous souhaitons aussi terminer les produits actuellement en phase de développement pour leur mise en exploitation sur le réseau des Clubs des jeunes et assurer la viabilité de notre portefeuille de produits et de services », a souligné le directeur général Navarro Martinez.

Ainsi, le Club des jeunes d’informatique et d’électronique se veut une institution au plus proche de la famille qui contribuent de manière utile et ludique à informer, éduquer et divertir, tout en restant populaire et accessible à tous.