ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Alexis Trujillo Morejon, Premier vice-ministre cubain du Tourisme. Photo: Juvenal Balán

FACE à l'arrivée imminente de l'ouragan Irma sur la côte nord de l’Ile, non seulement des mesures ont été prises d’urgence pour assurer la protection des familles cubaines, mais aussi celle des milliers de touristes qui avaient choisi Cuba comme destination de vacances.

Les pôles touristiques du pays – majoritairement situées le long du littoral nord –, leurs clients et leurs personnels, ont aussitôt été placés au centre des efforts de sécurité et de préservation.

Interviewé par Granma International, Alexis Trujillo Morejon, Premier vice-ministre cubain du Tourisme (Mintur), a cité parmi les mesures prioritaires adoptées par cet organisme, conjointement avec la Défense civile, la protection des 45 827 touristes hébergés sur la côte nord, un chiffre qui représente 88% du total de vacanciers recensés dans l’Île (51 807) le 5 décembre dernier. 

Par ailleurs, les 2 216 campeurs qui séjournaient dans cette région ont également été évacués.

Le déplacement des touristes vers d’autres installations plus sûres a commencé par la province de Camagüey et les îlots du nord de Ciego de Avila et Villa Clara : les cayos Coco, Guillermo et Santa Maria, des zones que les pronostics situaient sur la trajectoire de l’œil du cyclone.

Ainsi, 10 625 touristes se trouvaient dans les cayos, dont 5 134 ont été évacués vers La Havane et Varadero, une démarche qui a exigé une organisation et une discipline accrues par rapport aux expériences précédentes en la matière. Le reste (5 491), des Canadiens pour la plupart, ont été rapatriés par leurs tour-opérateurs préalablement à l’arrivée de l’ouragan.

Le vice-ministre a rappelé que tout le monde a vécu un moment particulièrement tendu lorsque le puissant phénomène météorologique est resté en position quasi-stationnaire, très près de Varadero, avant de bifurquer vers le nord en direction de la Floride.

Nombre d’installations touristiques offrent déjà leurs services après le passage de l’ouragan Irma. Photo: Germán Veloz Placencia

Alors que les touristes des cayos du nord avaient été évacués, 16 784 visiteurs et 4 179 travailleurs du tourisme sont restés dans la péninsule, où ils ont été conduits dans des lieux sécurisés.

Ainsi, aucun dommage n’a été causé aux personnes, ce qui est à mettre au compte de la préparation, de l’organisation et de la discipline, acquises avec l’expérience, a signalé non sans fierté Alexis Trujillo.

Faisant référence au système hôtelier de La Havane, le Premier vice-ministre de précisé qu’« il a été décidé d’évacuer toutes les installations situées sur le littoral nord, depuis Jibacoa, province de Mayabeque, jusqu’à la Marina Hemingway, en raison du danger imminent d’inondations côtières. Auparavant, nous n’avions procédé qu’à des évacuations partielles ».

LA RÉHABILITATION DANS UN TEMPS RECORD

Malgré les effets dévastateurs d’Irma sur la côte nord du pays, « les pôles touristiques n’ont pas subi de dommages considérables ». L’ouragan n’a pas causé de dégâts structurels importants, à part des baies vitrées détruites, des portes et des fenêtres d’aluminium endommagées, des toitures arrachées, et la destruction partielle ou totale d’installations mineures particulièrement vulnérables aux vents violents.

Dans l’est du pays, qui a échappé à l’impact direct du cyclone, tout se déroule dans la normalité. Les provinces de Guantanamo, Santiago de Cuba et Granma n’ont subi aucun dommage, tandis que Las Tunas procède aux derniers travaux de réhabilitation de son parc d’habitations. Pour sa part, la province d’Holguin, qui n’a connu que de légers dommages, s’est rapidement relevée et conserve toute sa vitalité. Ce pôle a accueilli l’ouragan avec 3 935 touristes dans ses installations.

À en juger par le calendrier du programme de reconstruction, les travaux dans la station balnéaire de Santa Lucia, à Camagüey, devraient être terminés à la fin de ce mois de septembre. En ce qui concerne les cayos du nord, même si les dégâts sont plus sévères, rien n’empêche leur remise en état avant le début de la saison haute.

Varadero a poursuivi ses opérations, y compris durant le passage d’Irma. Dans cet important pôle, les activités de déblaiement des gravats et d’assainissement et d’hygiène ont démarré dès l’entrée en vigueur de la phase de récupération. Son aéroport international a repris ses services et fonctionne normalement.

La Havane devrait aussi se relever en un temps record. Plusieurs de ses hôtels ont été épargnés par le cyclone et les travaux de réhabilitation vont bon train dans les installations endommagées.

Parallèlement, des actions d’assainissement sont menées et des efforts sont déployés pour que toutes les installations hôtelières puissent être opérationnelles dans les plus brefs délais.

« La remise en état complète des pôles touristiques est une priorité, le tourisme constituant un secteur stratégique de l’économie nationale. Nous réitérons que toutes les installations seront prêtes et opérationnelles avant le début de la saison haute. Le pays dispose des ressources humaines et matérielles pour atteindre cet objectif », a conclu le Premier vice-ministre.