ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Après deux semaines de travaux intenses, les travailleurs de la construction ont réparé les dégâts occasionnés par l’ouragan sur le Malecon. Photo: Juvenal Balán

LE Malecon de La Havane, l’emblématique boulevard du front de mer a résisté à la violence de l’ouragan Irma. Cependant, les énormes vagues provoquées par ses vents violents ont endommagé le mur de béton à de nombreux endroits, agrandi les cavités sous-marines, par lesquelles la mer est entrée de toutes ses forces, soulevant les trottoirs, une partie de la chaussée et causant des dégâts importants au système de canalisation de drainage le long du littoral.

Après deux semaines de travail intense, les équipes d’ouvriers de la construction ont réparé les dommages causés par la pénétration de la mer sur le Malecon. Grâce à la qualité du travail et à la rapidité de toutes brigades, le Malecon a été rouvert à la circulation sur le front de mer le dimanche 1er octobre.

Cependant les travaux sur le littoral se poursuivent. « Nous voulons que le Malecon soit en parfait état pour éviter de voir les dommages se répéter face à de nouvelles attaques de la nature », a déclaré Granma International, Carlos Diaz Hidalgo, directeur provincial de l'infrastructure routière de la Direction du transport à La Havane.

« Ce furent des journées de travail ardu et de grande agitation », ajoute Diaz, qui nous reçoit dans son bureau, tandis que les appels se multiplient depuis tous les points du Malecon, où les travaux de reconstruction n’ont pas cessé afin d’éviter de nouveaux dégâts en cas d’ouragan.

POURSUIVRE LE TRAVAIL DE PRÉVENTION

Le pont qui donne accès au Torreon de la Chorrera, l'une des forteresses militaires qui faisaient partie du système défensif de La Havane au 17e siècle, a été l'une des infrastructures les plus endommagées par l'impact des vagues, la mer ayant emporté les dalles du sol.

Pour évaluer les dimensions réelles des dégâts, l’entreprise des Projets d’ouvrages du transport du ministère de la Construction, a retiré tout le revêtement du pont. Puis, il a été décidé de couler une dalle en acier renforcé sous le pavage, ce qui permettra à la structure de résister aux assauts de la mer et des tempêtes.

Ce travail a été effectué en un temps record, « seulement une semaine », dit le directeur provincial de l'infrastructure routière, « grâce à une organisation de double journée de travail et parfois jusqu'à 24 heures d'affilée». Actuellement, les réparations du pont du Torreon offrent une sécurité totale à la circulation des véhicules.

Cependant, compte tenu des expertises du ministère

de la Science, de la Technologie et de l'Environnement et de l'Institut national des Ressources hydrauliques, la Direction des transports, « mène des études pour remplacer le pont actuel par un autre, plus résistant aux assauts de la nature », explique-t-il.

RÉFECTION DU DRAINAGE ET DU PAVAGE

La violence de la mer a également gravement affecté le système de drainage du littoral havanais. La force de la pénétration de l’eau a détruit 98 bouches d’égout, situées sur les trottoirs nord et sud du Malecon havanais.

Ainsi, 11 tronçons de trottoirs (environ un kilomètre) ont été endommagés et deux de chaussée, notamment au centre du Malecon (rue F, dans le quartier du Vedado), une zone où des dégâts ont été enregistrés sur 2500 mètres carrés d'asphalte.

« En ce moment, nous travaillons avec l'Institut national des ressources hydrauliques pour restaurer complètement les canalisations d’évacuation du littoral », explique Carlos Diaz.

Dans la commune de La Vieille Havane, l’ouragan Irma a aussi sévèrement endommagé la chaussée. « Nous continuons les travaux de réparation, notamment sur la partie du mur du Malecon qui s’étend du Castillo de la Fuerza jusqu’à l’embarcadère du bateau de Regla » ajoute-t-il.

CAVITÉS SOUS-MARINES

Le passage d’Irma a aussi élargi les cavités sous-marines situées sous le Malecon, ces excavations profondes causées par la mer au cours des années sous la base de la structure, entre la zone des récifs et la base du mur.

Pour réparer ces importants dégâts, les cavités ont été remplies de grosses pierres beaucoup plus résistantes que d'autres types de pierres utilisées dans la construction, ensuite une dalle de béton de 20 cm d'épaisseur a été posée au-dessus, a expliqué Carlos Diaz,

L’entreprise provinciale de la Voierie, l’entreprise chargée des Ouvrages d’architecture N° 5 ; le contingent Raul Roa Garcia, l'entreprise des Projets d’ouvrages du ministère des Transports de la construction et de l'entreprise de Technologie de la construction étaient chargés des travaux.

Bien que le remplissage des cavités sous-marines qui se trouvent dans l’état le plus critique garantisse la vitalité de la structure du Malecon, il a été prévu d’effectuer des travaux de renforcement du mur à la fin de la période d’hiver, afin d’augmenter la résistance des fondations existantes.

Cela sera possible grâce aux études préalables réalisées par l’entreprise des Projets, des Constructions et des Services navals et de l’Entreprise antillaise de sauvetage, qui ont permis de repérer les cavités dans cette zone de la ville.

Selon Carlos Diaz, les premières réparations sur le Malecon de la capitale pourraient être achevées vers la fin du mois d’octobre, compte tenu de la quantité de travaux à réaliser et de leur complexité, « même si nous continuons à chercher des alternatives pour que la zone la plus fréquentée par les habitants de la capitale et l'une des plus belles de notre géographie soit dans un état parfait dans les plus brefs délais ».