ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Oscar Lopez Rivera (à gauche) a été reçu à l'aéroport international José Marti par Fernando Gonzalez. Photo: Ismael Batista

Dès son arrivée à Cuba ce lundi 13 novembre, le combattant indépendantiste Oscar Lopez Rivera a adressé un message de gratitude et d'amour au peuple et au gouvernement cubains.

« Je me sens comme chez moi, c'est un rêve devenu réalité. Je souhaitais venir à Cuba depuis de très nombreuses années et aujourd'hui, pour la première fois, me voici à Cuba », a-t-il déclaré après avoir été accueilli chaleureusement par le Héros de la République de Cuba et président de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples, Fernando Gonzalez Llort, avec qui il a partagé la cellule pendant plusieurs années durant leur emprisonnement.

L'ancien prisonnier politique, qui a injustement purgé près de 36 ans dans les prisons étasuniennes, accusé de « conspiration séditieuse », jusqu' à sa libération le 17 mai dernier, a déclaré qu'il souhaitait aux Cubains une très grande force et que le peuple de Porto Rico serait à jamais aux côtés de Cuba.

« Je souhaite pouvoir profiter de tout le temps possible avec le peuple cubain. Je me sens en pleine forme. À mon âge, je crois que je peux travailler environ 14 ou 15 heures par jour, je me sens bien », a-t-il ajouté.

Quant aux conditions de son Porto Rico natal, Oscar Lopez les a qualifiées de très difficiles, son pays traversant les pires moments de son histoire. « Aucun Portoricain ne peut dire qu'il a du pouvoir à Porto Rico, c’est Washington et Wall Street qui détiennent le pouvoir. »

Et d’ajouter que le gouvernement étasunien et Donald Trump ont démontré qu'ils n'avaient aucun sens du respect, ni la moindre considération pour un peuple qui souffre.

« À la suite du passage de l'ouragan Maria, Porto Rico a été dévasté et encore aujourd'hui, il montre au monde la pauvreté cachée qui existait. Cela illustre la nature du colonialisme, et c'est sans doute le meilleur exemple de ce qu'est un pays qui a été colonisé par le gouvernement étasunien pendant 119 ans, la façon dont ce gouvernement s'est comporté pendant 119 ans à l’égard de Porto Rico. S'il existe une grande dette, c'est celle des États-Unis envers Porto Rico », a-t-il déclaré.

Selon Lopez Rivera, les Portoricains vivant dans à l’étranger sont plus nombreux que ceux qui vivent sur l'île et, depuis le 20 septembre 2017, après les ravages de l'ouragan Maria, beaucoup d'autres sont partis.

À cet égard, il a souligné que le gouvernement des États-Unis n'a pas autorisé l’entrée à Porto Rico de l'aide de pays comme le Venezuela, le Panama, Cuba et le Mexique.

Lors de cette première visite, Oscar Lopez Rivera sera décoré de l'Ordre de la Solidarité, octroyé par le Conseil d'État. Durant son séjour à Cuba, il se rendra au mémorial dédié à Che Guevara à Santa Clara et à Santiago de Cuba, où reposent les restes du Héros national José Marti et du commandant en chef Fidel Castro Ruz.

Étaient également présents à la cérémonie d’accueil d’Oscar Lopez, Silvia Matute, fonctionnaire au Département des Relations internationales du Comité central du Parti ; Yolanda Ferrer, présidente de la Commission des Relations internationales de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire et Edwin Gonzalez, délégué de la Mission de Porto Rico à Cuba.