ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Avant les élections, les électeurs consultent la biographie des candidats. Photo: Dunia álvarez palacios

« L'élection révolutionnaire dans notre pays, ce n'est pas pour élire des gens connus, mais pour élire des gens de mérite, des gens de qualité, des gens de talent, des gens patriotiques, des gens révolutionnaires... »

Fidel Castro Ruz

Le programme général des élections prévoit, parmi les activités visant à garantir le processus électoral, la réalisation d’un test dynamique, qui aura lieu le 19 novembre.

Cet exercice met en pratique les moyens, les mécanismes et les structures électorales afin de garantir toutes les conditions et d'éviter tout contretemps le jour du scrutin. Selon les explications de Tomas Amaran Diaz, vice-président de la Commission électorale nationale (CEN) à Granma, il s'agit « d'activer et de contrôler le système de travail intégral prévu pour les élections ».

Le test, a-t-il dit, commence à 7h du matin avec l'ouverture des plus de 24 300 bureaux de vote sur l'ensemble du territoire national. « Les 12 515 commissions électorales de circonscription sont alors mobilisées, ainsi que les autres structures aux niveaux municipal, provincial et national, tous les membres devant occuper leurs postes de travail ».

La première phase de l'exercice, qui se termine vers 9h, comprend la vérification des moyens de communications, de la téléphonie fixe et mobiles, y compris des alternatives prévues dans les zones «  de silence », autrement dit, selon Amaran Diaz, les radioamateurs, et même les options de transport, car certains lieux sont très isolés.

Il s’agit, précise-t-il, de tout vérifier, depuis la composition et la présence des membres des structures électorales jusqu'aux conditions des bureaux de vote, leur éclairage, l'existence des symboles patriotiques, les moyens techniques, le système informatique, ainsi que la disponibilité du matériel destiné au travail des tables électorales.

Une fois la première étape du test achevée, un rapport qualitatif et quantitatif est remis à la CEN, dont les informations doivent être transmises depuis les bureaux de vote à toutes les structures, en rapportant les principaux incidents.

Plus tard, a signalé Tomas Amaran, une répétition générale des élections est prévue. « Les bureaux de vote et les commissions à tous les niveaux utilisent des données et des bulletins fictifs. Cinquante bulletins de vote sont distribués par collège, et l’on procède à une simulation des cas qui pourraient se présenter, afin d’éviter tout imprévu. »

« Nous voulons que les autorités électorales analysent les situations qui pourraient se produire, que cela leur serve d’entraînement, après toute la formation antérieure. Un travail préparatoire très intensif a été effectué et il s’agit d’un exercice pratique et exhaustif qui nous permet d'évaluer tout le personnel impliqué dans la conduite des élections, à l'exception des électeurs et des pionniers qui gardent les urnes le jour des élections. »

« C'est une dure journée de travail, car nous voulons que le test soit le plus réaliste possible. »

De plus, a-t-il ajouté, les groupes de réception, de révision et de comptages des informations seront activés dans les municipalités, et fonctionneront comme prévu le jour du scrutin. Les informaticiens, les collaborateurs, les chauffeurs, participent également au test, qui devrait s’achever vers12 h 30, selon le vice-président du CEN. « À partir de là, les autorités électorales doivent travailler avec d'agilité, en collaboration avec les organismes correspondants des différentes circonscriptions, pour remédier immédiatement aux insuffisances constatées. »

« L’assurance du bon déroulement de tout le processus a été systématique. Toutefois, des irrégularités peuvent se produire et la CEN doit en être informée avant la date des élections. »

Tomas Amaran a souligné que la semaine précédant les élections des délégués aux assemblées municipales du Pouvoir populaire sera consacrée à la correction ponctuelle, sur chaque site, des problèmes identifiés lors du test dynamique.

Par ailleurs, les missions de chacune des structures, aussi bien des autorités, environ 200 000 personnes dans tout le pays, que du personnel d'appui seront précisées et s’achèvera le processus de préparation des membres des bureaux de vote.