ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Miguel Diaz-Canel Bermudez, membre du Bureau politique du Parti et premier vice-président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, a exercé son droit de vote au Bureau N° 3 de la 57e circonscription, dans la municipalité de Playa Photo: Juvenal Balán

En début de matinée, Miguel Diaz-Canel Bermudez, membre du Bureau politique du Parti et premier vice-président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, a exercé son droit de vote au Bureau N° 3 de la 57e circonscription, dans la municipalité de Playa. Lors de déclarations à la presse, Miguel Diaz-Canel a affirmé que cette journée électorale était une journée pleine d'émotion, surtout pour les révolutionnaires, car elle se déroulait le lendemain de la commémoration du premier anniversaire de la disparition physique du commandant Fidel Castro.

« Nous sommes en train d’élire le meilleur parmi des candidats de qualité, mais nous votons aussi pour la Révolution, la Patrie, le socialisme et pour tout ce à quoi nous aspirons en tant que nation. En un jour comme aujourd'hui, je pense à Fidel. C'est une journée inoubliable, dont la signification dépasse largement, y compris ce que représente le vote, elle est liée aux sentiments et à l'empreinte que Fidel a laissés en nous », a-t-il affirmé.

Photo: Juvenal Balán

Le premier vice-président a évoqué son expérience lors du gala auquel il assistait la veille à l'Université de La Havane. Il s’est dit très heureux d’avoir partagé ce moment avec les jeunes et de ressentir l'engagement de la jeunesse cubaine à défendre la pérennité de la présence de Fidel dans notre société.

« Lorsque j’ai descendu le grand escalier de l’Université, j'ai su qu'aujourd'hui la réponse du peuple serait massive, parce que les gens viennent aussi pour Fidel. » Il a expliqué que « c'est ce système quenous devons défendre, ce qui n'enlève rien au fait que nous devions le perfectionner, chercher à lui donner plus de vitalité. Ces délégués pour lesquels nous votons aujourd'hui sont ceux que nous devons défendre et soutenir, et faire en sorte que les administrations, le travail communautaire, la participation et la résolution aux problèmes soient plus efficaces », a ajouté Miguel Diaz-Canel Bermudez.

VOTER EST UNE EXPRESSION DE L'EXERCICE DE NOTRE DÉMOCRATIE.

Aujourd'hui, le peuple cubain vote pour les délégués aux assemblées municipales, des personnes qui ensuite peuvent être élues à l'assemblée provinciale et aussi comme députés. À ce sujet, le premier vice-président a insisté sur la qualité personnelle des délégués.

« Ce sont des personnes modestes, humbles et laborieuses qui représentent le peuple et qui ont été élues et désignées par le peuple. Ici, dans ce Bureau, nous venons pour choisir entre deux personnes de qualité : une professionnel qui a été déléguée à l'Assemblée municipale durant ces dernières années, avec une bonne gestion; et un autre jeune homme du ministère de l'Intérieur, qui se distingue par sa responsabilité et qui a apporté un grand soutien à la communauté lors du passage de l'ouragan. Ce sont là les vrais mérites que nous reconnaissons aux personnes », a-t-il signalé.

Lorsque nous votons, a-t-il ajouté, « nous exerçons d'une part un droit souverain que nous octroie notre système politique, notre Constitution, un droit qui est refusé à nombre de gens dans le monde, mais nous le faisons aussi avec la conviction de remplir un devoir de citoyen et de révolutionnaire ».

En ce jour d'élection, a dit Diaz-Canel, « nous envoyons au monde le message d'un peuple uni, que même des dégâts causés par un ouragan ne sauraient soumettre, et c'est une autre signification de cette élection. Nous avons exécuté d’énormes journées de travail pour réparer les dommages de ce phénomène météorologique et cela n'a pas empêché de lancer la convocation pour cette journée électorale. C'est aussi un message pour ceux qui veulent faire changer Cuba et lui imposer des choses ».

 

« Nous sommes un peuple qui a décidé depuis longtemps de son destin et de sa souveraineté, et nous venons ici pour le confirmer, c’est pourquoi j'insiste : le fait de voter, c'est bien plus qu’élire le délégué de l'Assemblée. Il s'agit d'un processus de continuité. Il y a beaucoup de jeunes candidats désignés. Je crois en la continuité et je suis sûr que nous la conserverons pour toujours. »

LES ÉLECTIONS ET LA RELATION CUBA/ÉTATS-UNIS

Le premier vice-président des Conseils d'État et des ministres a également évoqué la question des relations entre Cuba et les États-Unis.

« Les relations entre Cuba et les États-Unis sont asymétriques. Ce n'est ni le peuple cubain ni son gouvernement qui a tenté d'imposer des conditions au gouvernement ou au peuple étasunien. Nous n'avons ni décidé du blocus ni attaqué personne. Nous avons simplement fait une révolution et nous l'avons défendue. Ils nous ont bloqués et imposé une relation qui n'est pas fondée sur le respect mutuel.

« Le président Obama a essayé de reconstruire cette relation, des pas ont été faits dans ce sens pour aller de l'avant. Tout d'abord, avec le rétablissement des relations et ensuite avec une normalisation qui, comme nous l'avons dit, ne sera possible qu’après la levée du blocus, l’arrêt des plans subversifs, et la restitution du territoire de la base navale de Guantanamo.

Se demostró que podíamos tener una relación de convivencia de respeto y cooperación. Avanzamos sobre temas de perspectivas en común, y ahora llega una administración que trata de recrudecer el bloqueo y de frenar ese camino. Nosotros seguimos abiertos a las relaciones, pero tiene que ser sin condicionamientos. Tienen que ser relaciones que respeten el derecho del pueblo cubano a su independencia y soberanía», explicó Diaz-Canel.

Il a été démontré que nous pouvions avoir une relation de respect mutuel et de coopération. Nous avons avancé sur des questions de perspectives communes. Or, une administration vient de se mettre en place et tente de renforcer le blocus et mettre un frein à cette évolution. Nous restons ouverts aux relations, mais elles doivent être sans conditions. Des relations qui respectent le droit du peuple cubain à son indépendance et à sa souveraineté », a déclaré Miguel Diaz-Canel.