Cinq clés sur le dernier accord migratoire › Cuba › Granma - Official voice of the PCC
ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

Le 12 janvier 2017, quelques jours avant la fin de l'administration de Barack Obama, Cuba et les États-Unis signent leur dernier accord d'immigration. Granma présente cinq clés de cette étape importante :

1. Abrogation de la politique dite des « pieds secs-pieds mouillés »

Cette politique, établie par le gouvernement de Bill Clinton en 1995, incita des milliers de Cubains à émigrer irrégulièrement et dans de mauvaises conditions de sécurité, contrairement à la lettre et à l'esprit des accords migratoires en vigueur entre les deux pays. Le concept des « pieds mouillés » faisait référence aux « balseros » (Cubains partis sur des embarcations précaires) interceptés en mer qui étaient renvoyés à Cuba dans le cadre d'une procédure rapide entre les garde-côtes des deux pays. Par contre, les « pieds secs » étaient les personnes qui atteignaient le territoire étasunien, quel que soit la voie ou le moyen utilisé. Jusqu' à l'entrée en vigueur de l’accord du 12 janvier 2017, la pratique courante consistait à faciliter la procédure de parole (entrée sous parole) afin de garantir à tous l’accès à la Loi d’ajustement et leur autorisation à rester aux États-Unis.

2. Pas de traitement différencié pour les Cubains qui entrent irrégulièrement aux États-Unis

L'un des aspects uniques de la combinaison de la Loi d’ajustement cubain et de la politique des « pieds secs-pieds mouillés », c'est qu'elle conférait aux Cubains le statut de « supermigrants ». Selon la lettre de l'accord, cette disposition a changé en stipulant que « les migrants cubains seront traités de la même manière que les migrants d'autres pays ».

3. Les Cubains qui tentent d'entrer ou de séjourner irrégulièrement aux États-Unis sont renvoyés dans leur pays.

Le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis a mis en œuvre les procédures qui sont en fonctionnement pour les expulsions accélérées des citoyens de l’Île entrant ou tentant de rester en situation irrégulière sur le territoire des États-Unis. Les rapatriés, comme c'est une pratique coutumière, retournent normalement dans la société, à moins qu'ils n'aient commis un crime au cours de leur migration irrégulière ou qu'ils ne soient endettés envers la justice.

4. Élimination du Programme de Parole pour les professionnels cubains de la santé

Cette politique a incité le personnel de santé cubain travaillant dans des pays tiers à abandonner leurs missions et à émigrer aux États-Unis, et a porté préjudice aux programmes de coopération médicale internationale de Cuba.

5. Les États-Unis se sont engagés à maintenir l'octroi d'au moins 20 000 visas par an pour assurer une migration ordonnée et sûre.

L'accord le plus récent maintient l'engagement des États-Unis d'accorder pas moins de 20 000 visas par an pour assurer une migration ordonnée et sûre. Il s'agit du nombre de visas couverts par les accords migratoires précédents.

SERVICES CONSULAIRES ET D’ÉMIGRATION QU’OFFRIRONT LES ÉTATS-UNIS DANS LEURS AMBASSADES À LA HAVANE, BOGOTA ET MEXICO

Depuis l’entrée en vigueur des mesures unilatérales adoptées par Washington sous le prétexte de prétendues « attaques acoustiques », dont il n'existe aucune preuve, le fonctionnement de l'ambassade nord-américaine à Cuba a subi de sérieux bouleversements dans son fonctionnement. La plupart des procédures ont été transférées à d'autres pays, ce qui a un impact négatif et génère des tensions dans le flux naturel de personnes entre les deux pays.

La Havane
Services d’urgence aux citoyens des Etats-Unis
Visas de non migrants
Visas diplomatiques et officiels (AOG)
Visas de traitement médical (au demandeur présentant un état de santé représentant un danger pour sa vie et qui requérant un traitement médical aux Etats-Unis).

Ambassade des États-Unis en Colombie (Bogota)

Visas d’immigrants pour résidents à Cuba
Les entrevues sont reprogrammées à partir de janvier 2018.

Par courrier

Les Bureaux du Service de la Citoyenneté et de l'Immigration des États-Unis (USCIS) à Mexico, assumera la juridiction de La havane.

Formulaires les plus fréquents :
Entrevues pour visas de non immigrant, service de routine pour citoyens des Etats-Unis et remise du formulaire I-13A peuvent être faites dans n’importe quelle ambassade ou consulat des Etats-Unis dans le monde