ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Cuba a reçu près de 620 000 visiteurs nord-américains en 2017, malgré les dispositions en vigueur et les mises en garde de l'administration du président Donald Trump. Photo: Juvenal Balán

WASHINGTON- La culture autochtone, la sécurité et la beauté naturelle de Cuba continuent d'attirer l'industrie des croisières, malgré les mesures adoptées par l'actuelle administration des États-Unis qui renforcent l’application du blocus.

La compagnie nord-américaine Carnival Cuise Line a annoncé qu'en 2019 elle offrira 17 nouveaux départs vers Cuba à bord du navire Carnival Sensation, avec des voyages de cinq jours depuis le Sud de la Floride.

Selon un communiqué de presse cité par l’agence Prensa Latina, les voyages comprendront une journée à La Havane, ainsi que des escales dans des ports populaires des Caraïbes et des Bahamas, y compris Grand Turk, Grand Cayman, Nassau et les destinations privées Half Moon Cay et Princess Cays.

Selon les sondages réalisés auprès des visiteurs, Cuba est l'une des destinations de prédilection dans les Caraïbes, une région qui affiche des standards élevés pour cette industrie dans le monde.

Christine Duffy, présidente de Carnival Cruise Line, a souligné que Cuba est une destination recherchée et qu'ils sont ravis de pouvoir offrir à leurs clients encore davantage d'occasions de découvrir et d'explorer « cette île fascinante ».

Tous les voyages de croisières organisés à partir des États-Unis doivent se faire en conformité avec des réglementations particulièrement strictes du Département du Trésor de ce pays.

L'administration républicaine dirigée par le président Donald Trump a annoncé en juin dernier une série de mesures qui entravent les voyages entre les deux pays et renforcent le siège économique contre Cuba, qui dure depuis plus d'un demi-siècle.

Les compagnies de croisières étasuniennes ont été contraintes d’adapter leurs itinéraires aux catégories de voyages autorisées par Washington, Cuba demeurant la seule destination interdite par la loi aux touristes nord-américains.

De la même manière et en usant d'excuses sans aucun fondement scientifique, le Département d'État a émis une alerte aux voyageurs vis-à-vis de Cuba et a placé notre pays à l’échelle trois sur quatre niveaux, avec la recommandation de « repenser les voyages ».

Les mesures d'agression contrastent avec la reconnaissance internationale de la sécurité de Cuba en tant que destination touristique et le niveau de satisfaction et de tranquillité dont ont fait preuve plus de quatre millions de visiteurs l'an dernier.

En dépit des nouvelles dispositions de Washington, Cuba a accueilli près de 620 000 citoyens des États-Unis en 2017, soit plus du double par rapport à l'année précédente.

L'intérêt ne semble pas décliner. Les informations publiées par Carnival Cruise Line paraissent quelques jours après que les compagnies nord-américaines Regent Seven Seas Cruise et Norwegian Cruise Line aient également annoncé une augmentation des voyages à destination de Cuba.

Malgré les limitations inhérentes au blocus imposé par les États-Unis qui entravent la progression des relations bilatérales, notamment dans l'activité maritime et portuaire, ainsi que les nouvelles mesures annoncées par l'administration du président Donald Trump, les autorités cubaines ont confirmé que le pays prévoit de mettre en œuvre un vaste programme de développement des infrastructures portuaires visant à promouvoir le tourisme de croisière dans les différents ports du pays, en tenant compte du fait que chaque année l'arrivée des visiteurs à travers cette modalité a tendance à augmenter.