ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Mme Malachia Fontenelle, ambassadeur de Sainte-Lucie à La Havane, a exprimé la volonté de son pays de resserrer les liens bilatéraux. Photo: Karoly Emerson/ICAP)

MME Malachia Fontenelle, ambassadeur de Saint-Lucie à La Havane, a exprimé la volonté de son pays de resserrer les liens avec la Grande Île des Antilles.

Dans ses déclarations à Granma international, Mme Fontenelle a souligné que des accords de coopération mutuellement bénéfiques sont actuellement en application, et elle cité en exemple les jeunes de son pays qui étudient diverses professions dans les universités cubaines, notamment à l'École latino-américaine de médecine (ELAM).

Elle a également fait observer que de nombreux de ses compatriotes bénéficient de soins médicaux dans des institutions cubaines et qu'une brigade cubaine fournit une assistance médicale dans des communautés difficiles d'accès de Sainte-Lucie, avec un travail méritoire en matière de prévention et de promotion de la santé.

« Je suis moi-même un exemple de ce que j'avance ici. J'ai fait mes études à l'Université des sciences médicales de Cienfuegos, où j'ai obtenu mon diplôme en 2008. Aujourd'hui, je suis médecin et je suis vraiment fière d’œuvrer au resserrement des relations entre nos deux pays », a déclaré la diplomate.

Plus loin, elle a précisé que son gouvernement souhaite accroître les échanges commerciaux. Et d’ajouter qu’à l’heure actuelle le réseau cubain de vente au détail commercialise des conserves et d'autres produits importés de Sainte-Lucie. Elle estime que de nouveaux accords bilatéraux seront bientôt conclus.

Concernant ses années passées à Cuba en tant qu'étudiant de l'ELAM, elle a indiqué qu'en plus de sa profession, elle a appris l’espagnol et aussi la gestion des ressources matérielles et financières. La diplomate a signalé que ses années à Cuba lui ont permis de faire de nombreuses connaissances, qu’elle considère comme sa famille.

« Il y a beaucoup de choses à apprendre sur la sécurité et la tranquillité qui règnent à Cuba. J’ai l’habitude de travailler tard le soir et je n’ai jamais eu peur de me faire voler ou agresser, ni moi ni mes collègues », a-t-elle dit, avant de rappeler que plusieurs ministres de son pays souhaiteraient visiter Cuba.

M. Edmund Estepahane, ministre du Développement de la jeunesse et des sports, venu s’enquérir des expériences de Cuba dans la sphère du sport et de l’éducation physique. Photo: Karoly Emerson/ICAP)

Pour sa part, Edmund Estepahane, ministre du Développement de la jeunesse et des sports, qui en était à son premier voyage dans notre pays, s'est dit très satisfait du traitement que lui ont réservé les autorités cubaines, qui lui ont fourni une vaste explication sur la sélection et l'entraînement des sportifs.

« Je suis venu notamment pour me renseigner sur les méthodes qui sont appliquées aux sportifs et afin d’améliorer les performances des athlètes de mon pays aux compétitions internationales. Je pense qu’il nous faut changer la structure conçue dans ce secteur et accorder beaucoup plus d'attention à l’activité physique de la population au niveau communautaire », a précisé le ministre du Développement de la jeunesse et des sports de Sainte-Lucie.

Il a salué les progrès accomplis par Cuba dans ce domaine, l’Île étant devenue une référence pour d’autres pays. Le ministre a affirmé que ce premier voyage a été pensé comme une mission d’observation pour profiter des expériences accumulées par Cuba, puis de proposer des échanges bilatéraux et conclure des accords.