ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Estudio Revolución

CAMARADE Nguyen Phu Trong, Secrétaire général du Parti communiste du Vietnam

Membres distingués de la délégation vietnamienne,

Camarades,

La profonde amitié entre Cuba et le Vietnam a résisté à l’épreuve du temps.

Nous avons construit une relation solide, forgée au cours des années difficiles de la lutte pour la libération du Vietnam.

Nos peuples, nos partis et nos gouvernements sont restés unis et partagent aujourd'hui leurs expériences mutuelles dans la construction d'une société socialiste qui garantit la justice et le bien-être dans les deux nations. Et il en restera ainsi à l'avenir, un avenir préservé par les nouvelles générations de Cubains et de Vietnamiens.

Déjà en 1889, notre Héros national José Marti caractérisait les Vietnamiens comme des hommes et des femmes au cœur immense, dont l’esprit laborieux, la bravoure et l'abnégation transcendent les siècles.

Le hasard a voulu que le 19 mai soit une date marquante pour nos deux pays. Ce jour-là, en 1895, José Marti fut tué au combat et, cinq ans plus tôt, le légendaire et exceptionnel révolutionnaire Ho Chi Minh était né dans un humble village.

Je me souviens de la rencontre émouvante que j'ai eue avec lui, lors de ma visite dans son pays bien-aimé, en octobre 1966 ; des mots de remerciements sincères de Ho Chi Minh pour l'aide de Cuba et de Fidel ; et sur les fondements solides sur lesquels nous avons forgé les liens qui nous unissent : « … nos pays sont géographiquement aux antipodes, mais il existe a une identification totale sur le plan moral », devait-il affirmer.

À cette date, nous nous étions déjà mobilisés pour appuyer sa lutte pour la libération nationale et la réunification du pays.

Le camarade Fidel soulignait souvent l'exploit colossal de la résistance vietnamienne, qui devait nous servir d'exemple ; et il résuma l'engagement internationaliste de Cuba en une phrase : « Pour le Vietnam, nous sommes prêts à donner jusqu’à notre propre sang ! ».

En septembre de cette année, nous commémorerons le 45e anniversaire du premier voyage de Fidel dans la zone libérée de Quang Tri. Il fut le seul chef d'État à le faire. Son image, arborant le drapeau du Front national de libération du Sud-Vietnam, traduisait sa foi absolue en la victoire. Comme Ho Chi Minh, il était convaincu qu'une fois l'ennemi vaincu, les Vietnamiens construiraient une patrie « dix fois plus belle ».

Vous avez constitué un exemple pour ceux qui, où que ce soit dans le monde, luttaient pour leur indépendance et contre l'intervention étrangère ; vous avez légué la doctrine de la défense de la « guerre de tout le peuple », qui garantit la victoire sur un ennemi numériquement et techniquement supérieur ; vous représentez aussi la persévérance et l'effort dans l’édification socialiste.

C’est au nom de notre peuple héroïque et de l'amitié éternelle qui nous unit et animé du souvenir de Fidel et deHo Chi Minh, plus vivant que jamais, que je reçois cet honorable Ordre de l'Étoile d'Or.

Au peuple, au Parti communiste et au gouvernement de la République socialiste du Vietnam, notre gratitude éternelle.

Je vous remercie.