ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

L'APRÈS-MIDI touchait à sa fin dans cette ville lorsque le Secrétaire général du Parti communiste vietnamien, Nguyen Phu Trong, est arrivé au cimetière de Santa Ifigenia, accompagné du Premier secrétaire du Parti communiste de Cuba, le général d'armée Raul Castro Ruz, pour rendre hommage à José Marti, Fidel Castro, Carlos Manuel de Céspedes et Mariana Grajales, en ce dernier jour de sa visite d'État sur l'île.

Comme c'est toujours le cas devant cet autel sacré de la Patrie, des moments d’émotions particulièrement forts se sont succédé lors de l’exécution hymnes des deux nations, suivis de la sonnerieaux morts, de la minute de silence, et du changement de la garde d'honneur qui, tel une horlogerie exacte, a lieu chaque demi-heure de la journée en ce lieu historique.

Par la suite, les deux dirigeants et leurs délégations respectives ont rendu un hommage personnel en déposant des fleurs blanches en l’hommage du Héros national cubain, dans le mausolée qui abrite les restes de celui qui décrivit « la terre des Annamites », dans son livre L'âge d'or, comme un peuple petit et lointain, mais courageux, guerrier, laborieux et généreux.

Le dirigeant vietnamien s'est recueilli en silence au pied du monument érigé à la mémoire de celui qui fut le moteur de l'excellente amitié qui a toujours uni nos deux nations, qui, bien que séparées par des milliers de kilomètres, partagent une histoire commune depuis que Fidel scella l'engagement par l’affirmation sincère selon laquelle nous étions prêts à donner notre propre sang pour le Vietnam.

De là, ils se sont ensuite dirigés vers les monuments élevés à la mémoire du Père de la Patrie, Carlos Manuel de Céspedes, et de la Mère de la Patrie, Mariana Grajales.

L'hommage du dirigeant du Parti communiste vietnamien à la glorieuse histoire de Cuba avait commencé dans cette ville par une visite au Musée 26 de Julio, situé dans l'ancienne caserne de Moncada. En compagnie de Raul, l'un des principaux artisans de l'histoire qui y est préservée, Nguyen Phu Trong a pris connaissance des exploits des jeunes qui, il y a 65 ans, se lancèrent à l’assaut de cette forteresse militaire pour construire ensuite une Révolution.

De première main et au milieu d'anecdotes racontées par le général d'armée, Nguyen Phu Trong a reçu des détails sur les atrocités commises par la tyrannie de Batista contre les jeunes révolutionnaires, la prison à l’Île des Pins, l'exil au Mexique, la traversée infernale à bord du yacht Granma, la lutte clandestine, la Sierra Maestra et la victoire finale.

En fin de journée et vers dix heures du soir, le président cubain s'est rendu à l'aéroport international Antonio Maceo pour faire ses adieux au camarade Nguyen Phu Trong, au pied de la passerelle de l'avion.

Une poignée de mains et une accolade chaleureuse ont constitué le couronnement de cette visite historique qui marque un nouveau jalon dans les relations entre Cuba et le Vietnam, établies en 1960 et renforcées par ce voyage fructueux et très enrichissant.