ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

PLUS de quatre décennies après la victoire sur l’envahisseur nord-américain et le début de la réunification, le Vietnam reste une source d'inspiration.

La nation qui est ensuite devenue un exemple pour tous les révolutionnaires du monde, est aujourd'hui un symbole de progrès.

La voie empruntée grâce à la mise en œuvre de la politique du Doi Moi, « le Renouveau », en 1986 a non seulement permis aux Vietnamiens de se remettre de cette guerre sanglante dans laquelle les États-Unis, à l'exception des armes nucléaires, ont utilisé la technologie militaire la plus moderne, mais aussi de les affirmer aujourd’hui comme l'une des économies les plus dynamiques, avec des taux de croissance remarquables.

Après 32 ans, les indicateurs économiques exceptionnels de ce pays confirment le succès de cette démarche, mais aussi les défis majeurs auxquels il doit faire face pour assurer le bien-être complet de sa population.

Le Vietnam d'aujourd'hui n'est pas seulement fort et consolidé, c'est aussi l'un des territoires qui enregistrent les plus importants progrès socio-économiques en Asie. Au cours de la dernière décennie, l'État vietnamien a connu une croissance soutenue et, l'an dernier, le Produit intérieur brut (PIB) a dépassé les 220 milliards de dollars, avec une expansion de 6,81 %, le taux le plus élevé depuis 2011.

Le renouveau impulsé par le Parti et le gouvernement vietnamiens a été axé sur la diversification de l'économie, ainsi que sur son insertion en tant que concurrent sur le marché mondial.

Le pays est passé du statut d'importateur net de riz à celui de deuxième exportateur mondial et occupe les premières places dans l'exportation d'autres produits tels que le café, le caoutchouc et les secteurs textiles et de la chaussure. Rien qu'en 2017, les exportations ont dépassé 213,77 milliards de dollars, pour une hausse de 21,1 % par rapport à l'année précédente.

En moins de deux décennies, plus de 20 millions de personnes ont été arrachées à la pauvreté, le taux de scolarisation primaire a atteint presque 100 % et l'espérance de vie avoisine désormais les 70 ans, des indicateurs qui, conjugués au progrès économique accéléré, l'ont placé parmi les pays émergents enregistrant la croissance la plus rapide.

En outre, le Renouveau a établi une stratégie de croissance graduelle qui a combiné les politiques intérieures avec la création d'un réseau d'alliances géopolitiques, d'abord dans la région, puis vers le reste du monde.

L'impact du Doi Moi est également notable dans le processus d'industrialisation, l'un des objectifs à long terme de ce pays indochinois. Malgré un blocus de plus de 20 ans, imposé par le gouvernement des États-Unis, le Vietnam a opté pour la construction d'un État socialiste capable de transformer son économie primaire, qui était tributaire d’une agriculture manuelle, secteur dans lequel 90% de la population était rurale.

Certaines des voies adoptées lors du 12e Congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) pour atteindre l'objectif de l'industrialisation – fixé pour 2035 –, ont déjà été mises en œuvre et impliquent le renouvellement de la structure économique, un accroissement de la productivité, le renforcement de la stabilité macroéconomique et le développement des ressources humaines pour améliorer la compétitivité dans un monde dominé par la technologie.

Mais comme toute stratégie, le processus de réforme du Vietnam est perfectible et le Vietnam est confronté à un certain nombre de défis.

Pour continuer sur la voie du succès, le pays a décidé de favoriser un meilleur climat d'investissement, de libérer davantage de forces productives, de déployer toutes les composantes économiques et d'accroître la compétitivité, condition indispensable pour se consolider en tant que nation à revenu intermédiaire et passer à un stade supérieur.

Mais le progrès économique n'est qu'une partie du processus de renouveau vietnamien, et malgré les progrès, les coûts sociaux de cette transformation sont reconnus.

L'éradication totale de la pauvreté, la réduction des inégalités, la baisse de la mortalité infantile et la durabilité environnementale, entre autres, constituent autant de questions essentielles pour la nation, consciente que c'est la seule façon pour elle de se hisser parmi les pays développés.

Selon les autorités vietnamiennes, pour assurer la prospérité de tous les Vietnamiens, il est indispensable de combler le fossé entre riches et pauvres, d'accorder une plus grande attention aux régions montagneuses, éloignées et dévastées et de créer de plus grandes opportunités pour la population la plus défavorisée.

La concrétisation du plein accès à l'éducation et l'amélioration exponentielle de sa qualité est un autre des défis et des priorités de la politique vietnamienne, qui s'est engagée à augmenter les ressources pour la formation de ses jeunes, qui porteront sur leurs épaules l'édification de la nation.