ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Archivo

« Qui aurait cru, en cette nuit du 9 avril, au milieu de la terreur et du sang, au milieu du deuil et de la tristesse, qu'avant huit mois la patrie serait libre, qu'avant huit mois les criminels auraient été vaincus, qu'avant huit mois cette meute de loups féroces – si courageux quand ils étaient dans la rue à assassiner des gens sans défense... – allaient prendre la fuite en catastrophe dans la dernière nuit de la même année […] – les morts ont servi de drapeau, parce que les morts ont servi d'encouragement, parce que les morts ont donné l'exemple, parce que les morts ont tracé la voie. Les morts du 9 avril, les morts de tous les combats pour la liberté, les morts de la plaine et de la montagne, de la lutte mille fois héroïque de la plaine et de la lutte héroïque de la montagne, ont indiqué aux uns et aux autres le chemin de la victoire.

« … ces hommes sont tombés pour qu'une nation se dresse ; ces hommes ont donné leur vie pour qu'une nation vive ; ces hommes sont restés sur le chemin pour qu'un peuple poursuive sa marche en avant ; ils ont tout donné pour que d'autres soient heureux...

« … s'ils avaient pu contempler le spectacle de ce peuple d'aujourd'hui, de cette nouvelle Cuba, de cette Patrie qui va de l’avant ; s'ils avaient pu le contempler ! Ils ne l'ont pas contemplé, mais ils l'ont rêvé ! Ils ne l'ont pas vu, mais ils l'ont pressenti ! C'est pour cela qu'ils se sont battus, c'est pour cela qu'ils sont tombés.

« … Et rien ne nous réconforte plus que de penser que nous remplissons notre devoir envers nos morts, que les rêves deviennent réalité, et qu'aujourd'hui nous pouvons affirmer ici, alors que nous célébrons l’anniversaire de cette journée héroïque du 9 avril, que nous rendons le meilleur hommage à nos martyrs, non pas en paroles, mais par des actes, non pas par des promesses, mais par des faits !»

 

                                        Fidel Castro

(Extraits du discours prononcé à l'occasion du 1er anniversaire de la grève du 9 avril, en 1959)