La fête des travailleurs à Matanzas › Cuba › Granma - Official voice of the PCC
ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Le Premier vice-président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Salvador Valdés Mesa, a présidé le défilé à Mayabeque. Photo : Alberto G. Walon

MATANZAS.— Un mardi lumineux se profilait à l’horizon. On pouvait le pressentir dans la brise soufflant depuis la baie paisible et son influence magique. C’est par une belle matinée que s’est déroulé ce 1er Mai, Journée internationale des travailleurs.

A la lueur de l'aube, alors qu’il manquait encore plus d’une heure pour le coup d’envoi du défilé, il y avait déjà beaucoup de monde dans la rue. Une grande partie de la ville était éveillée, comme c'était le cas dans le reste de la province.

Une petite vieille femme, aux cheveux de cendre et rassemblés dans un chignon se tenait à l'entrée de la porte pour regarder le cortège.

Elle nous explique qu'aux alentours de 6 heures du matin, elle a été réveillée par du bruit venant de l'avenue, tout près de chez elle, d’où les différents syndicats et le peuple se dirigeaient vers la tribune, située en un point du viaduc.

— En avant, camarades, vous êtes les bienvenus. Il ne manquait plus que ça ! Quand il y en a pour deux, il y en a pour trois !, a-t-elle lancé avec sympathie et sans protocole au couple de reporters, dans un geste typiquement cubain.

– Avant, je ne manquais jamais un défilé du 1er Mai, mes jambes ne sont plus ce qu’elles étaient, marmonne-t-elle en nous servant une tasse de café.

Nous pouvions déjà entendre le bruit des gens et au loin, au fur et à mesure que nous avancions, nous pouvions percevoir l’enthousiasme de la foule concentrée. Les expressions de joie étaient visibles, beaucoup arboraient des portraits, des affiches ou des drapeaux.

Selon Isdalis Rodriguez Rodriguez, secrétaire général de la Centrale des travailleurs de Cuba à Matanzas, environ 300 000 personnes de toute la province étaient attendues pour le défilé.

Comme pour les gens de n'importe quel autre point de la géographie cubaine, la raison la plus puissante pour défiler en ce 1er Mai était de soutenir notre socialisme et son formidable travail, ainsi que la Révolution cubaine, cette même Révolution qui vit le jour il y a 150 ans.