ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

L'OURAGAN Irma est probablement le plus grand phénomène climatique ayant jamais traversé Cuba. Les pertes matérielles ont été considérables, d'autant plus qu'elles ont affecté les zones de plus fort développement industriel et hôtelier du pays. Les dégâts ont eu un impact majeur sur l'économie nationale, mais aujourd'hui, on peut observer une nette reprise, notamment dans le secteur du

Les assurances ont joué un rôle important dans cet effort. Un service qui jouit de plus de 50 ans d'expérience sur l'île et est représenté par les entreprises Seguros Internacionales de Cuba, S.A. (Esicuba) et l’Entreprise des assurances nationales (Esen).

Dans le cas présent, Esicuba a été chargée d’apporter une réponse à la suite de cet événement, ces secteurs comptant parmi ses principaux clients, selon José Carlos Meijides Alfonso, directeur général de cette entreprise lors d'un entretien avec Prensa Latina.

Il a précisé que dans les 15 jours après le passage d'Irma, 33 millions de CUC (pesos convertibles) ont été versés au secteur du tourisme pour la remise en état et le fonctionnement des installations endommagées.

« Dans le cas d'Esicuba, il s'agit de la plus grosse perte subie par l'entreprise en 55 ans. Elle est estimée à plus de 290 millions de CUC dans le budget de l'entreprise. Cependant, c'était une ressource dont l'entreprise disposait pour une période comme celle-ci. Le secteur du tourisme tenait toutes ses polices à jour, de sorte que des paiements importants ont pu être effectués immédiatement », a ajouté Eliana Dominguez Oropesa, directrice du développement et du marketing dans un entretien avec Granma International.

L'expérience acquise avec les phénomènes naturels précédents a permis à Esicuba de réagir avec promptitude et organisation.

Dans ces cas, a expliqué Eliana Dominguez, les travailleurs de l'entreprise, conjointement avec les inspecteurs et les experts de l'Agence internationale pour l'inspection, l'ajustement des dommages et autres services connexes (Intermar S.A.) et de l'Agence des douanes (Adesa S.A.) se rendent sur les lieux, évaluent les niveaux de pertes et conseillent l'assuré sur la procédure à suivre. Même s'ils ont réussi à indemniser plusieurs de leurs clients après Irma, il reste encore beaucoup à faire.

« La procédure se poursuit encore aujourd’hui. Tout le monde n'a pas pu être encore indemnisé parce qu'il s'agit de très grosses sommes d'argent. Des paiements ont également été versés aux titulaires de police d’assurance en fonction de la demande et pour les accompagner tout au long du processus de réhabilitation », a expliqué la responsable du développement et du marketing.

Fin 2017, Seguros Internacionales de Cuba S.A. a effectué des paiements à la plupart de ses clients et prévoit de poursuivre cette opération en 2018.

RÉASSURER L'ASSURANCE

Garantir la sécurité de toute entreprise qui opère à Cuba implique d’assurer des sommes d'argent importantes. Nous parlons de milliards que seule Esicuba ne peut pas se permettre d’assumer. C'est pourquoi cette société cubaine dispose d'importants volumes de titres également assurés.

« La réassurance est l’assurance de l'assureur. Ainsi, le risque est partagé et il s'agit d'une pratique de toutes les compagnies d'assurance dans le monde. Il s'agit de relations établies entre les réassureurs et leurs réassurés. Il s’agit d’une participation conjointe de tous ceux qui sont concernés par une affaire, si bien que le risque est partagé afin de ne pas se retrouver seul face à toute éventualité.

« Le secteur de l'assurance est mondialisée. Esicuba compte actuellement des réassureurs sur les marchés de Londres et d'Europe continentale. Dans ce mécanisme, la seule précaution à prendre est liée au blocus économique, commercial et financier exercé par les États-Unis contre Cuba. Il ne peut y avoir de participation en actions nord-américaines dans ces entreprises. En général, cela n'arrive pas parce que tout le monde en connaît les implications. De son côté, Cuba prend toujours des précautions », a indiqué Eliana Dominguez Oropesa.

LES ASSURANCES À CUBA

L'assurance ne concerne pas une activité spécifique mais l'existence de risques et la possibilité d'une perte. Au niveau de l'entreprise, garantir la continuité d'un projet, son fonctionnement, son autonomie et son efficacité dépend dans une large mesure de l'assurance, qui permet de garantir que le capital de croissance n'ait pas besoin d'être dégagé pour reconstruire, réparer ou résoudre un problème.  

« L'assurance vous apporte ce capital supplémentaire. Vous achetez une police et vous êtes protégé face à une situation de perte, de sorte que vous n'avez pas à utiliser l'argent alloué à votre activité productive. Cette assurance permet la continuité et la récupération plus rapide et l'entrée d'un montant supplémentaire dans cette activité », a expliqué Eliana Dominguez.

Le secteur de l’assurance à Cuba si situe au même niveau que dans le reste du monde. La seule différence est qu'Esicuba connaît, identifie et est préparée aux besoins de l'économie cubaine. Son travail est conforme aux normes internationales et ses relations avec le secteur des assurances et de la réassurance ont une portée internationale.

« Après le triomphe de la Révolution, il s’est produit un changement radical dans le marché et l'organisation de l'assurance à Cuba. Les transformations économiques et le développement des programmes sociaux se sont heurtés à une forte opposition dans le secteur de l'assurance. Un grand nombre de propriétaires et de gérants de plus de 170 compagnies d'assurance ont quitté le pays ; une cinquantaine de ces entreprises ont été nationalisés, d'autres ont interrompu leurs activités ou sont restés inactives et beaucoup ont annulé leur couverture du marché cubain », a ajouté José Carlos Meijides Alfonso, directeur général d'Esicuba.

Dans ce scénario, a signalé Meijides, la volonté était de protéger les intérêts des assurés et du pays. Esicuba est devenue la première société d'État socialiste consacrée aux assurances nécessaires au développement du commerce extérieur, membre d'organisations internationales et responsable de la gestion des réclamations et des réassurances nécessaires.

Durant ses premières années, Esicuba a fourni une couverture pour les biens et titres de l'État cubain liés à l'activité économique internationale du pays ; l’aéronautique civile, le commerce extérieur, les flottes marchandes et de pêche, ainsi que les propriétés cubaines situées à l'étranger. Elle s'est efforcée de regagner la confiance du marché international de la réassurance et de prévenir les pertes de devises en assumant les fonctions de Réassureur national.

LES SECTEURS STRATÉGIQUES ASSURÉS  

Au fil des ans, Esicuba suivi le rythme des transformations socio-économiques du pays. Aujourd'hui, plus d’une quarantaine de ses produits accompagnent le développement économique du pays et de ses principaux secteurs.

« Nous avons accompagné le développement de l'aviation civile cubaine, la croissance des flottes, la création de nouvelles compagnies aériennes et la croissance des aéroports. Esicuba a fait face à tous ces défis, y compris au service de restauration, qui est fourni à toutes les compagnies aériennes desservant le pays », a précisé Eliana Dominguez, directrice du développement et du marketing.

EsiCuba a poursuivi sa mission dans le commerce extérieur cubain et ses clients sont les principaux importateurs et exportateurs. Ce travail, effectué conjointement avec le ministère du Commerce extérieur et des Investissements étrangers (Mincex), a pour but d’accroître la visibilité de Cuba sur le marché et de faire en sorte que toutes les importations et exportations du pays soient couvertes par une assurance nationale.

« Dans le secteur du tourisme, la question de l'assurance s'est posée dans les années 90. Les assurances hôtelières ont vu le jour, de même que l'assurance de services au touriste, mieux connue sous le nom d'assurance assistance voyage (Travel IN). De plus, celles des frais médicaux sont apparues pour toutes les personnes résidaient ou s’apprêtaient à résider à Cuba », a rappelé Eliana Dominguez.

Le secteur de l’assurance a été certifié par la partie étrangère et de plus en plus de secteurs demandaient ce service. L'industrie et les télécommunications ont également été concernées. L'assurance associée au forage de puits à terre a émergé à plus petite échelle, notamment en ce qui concerne le contrôle des puits. D'autres progrès ont été réalisés dans l'industrie pétrolière dans les années 2000 et les derniers grands travaux ont eu lieu en 2012, lorsque le forage en eau profonde a commencé.

« Toutes les entreprises dans le monde ont l'habitude de souscrire des assurances. Personne n'ose se lancer à l'aventure dans un investissement s'il n'a pas un capital qui le soutienne. Par conséquent, tous les étrangers qui ont commencé à venir à Cuba souhaitaient ce genre de ce service », a indiqué la directrice du développement et du marketing.

Esicuba a pris part à toutes les affaires cubaines en tant que garant et soutien de l'activité commerciale nationale et des investissements dans le pays vis-à-vis du monde entier. Dans cette entreprise aujourd'hui, vous pouvez trouver une assurance pour toutes les activités commerciales qui sont en cours de développement. Un avantage qui se reflète également dans l'économie.  

Le portefeuille d'opportunités présenté au Salon de La Havane 2017-2018 comprenait deux options d’affaires pour le secteur des assurances. L'une associée à l'assurance crédit et caution et l'autre à l'assurance vie commercialisée par Esen. En ce qui concerne la première, a indiqué le directeur général d’Esicuba, il est prévu de créer une compagnie d'assurance-crédit mixte à laquelle serait associée l’entreprise Seguros nacionales de Cuba.

« Il s'agit d'une assurance qui intervient sur l'activité commerciale et de crédit d'une entreprise. Elle se met en marche lorsqu'il y a un problème entre les deux parties. Elle est généralement menée avec les banques et avec les relations commerciales bilatérales entre entreprises.

« Par ailleurs, il y a l’assurance caution. Il s'agit d'une modalité liée aux offres de contrats, où l'assurance, sous certaines conditions, répond pour l'entreprise dans le cadre de l'appel d'offres. Ceci est très important, surtout lorsqu'on investit avec des capitaux étrangers, car cela apporte beaucoup de transparence à un troisième membre », a précisé Eliana Dominguez.

ASSURER DAVANTAGE CHAQUE JOUR

« Le nouveau modèle économique en cours de développement à Cuba vise à promouvoir une entreprise autonome et efficace, et l'assurance joue un rôle essentiel à cet égard. Il s'agit d'un outil entre les mains des entrepreneurs pour garantir et sécuriser l'activité réalisée. Le meilleur exemple de la façon dont les entreprises peuvent réparer leurs dommages, se relever et avoir du capital en main est lorsqu'il y a des pertes, raison pour laquelle l'assurance est souscrite.

« Dans le cas de pertes importantes comme celles provoquées par l’ouragan Irma, Esicuba a démontré les avantages que peut avoir l'assurance pour l'économie nationale. Le redressement financier prendra du temps, car ce fut un impact significatif sur l'entreprise et sur le pays, mais jusqu'à présent nous sommes dans cette démarche et la souscription des risques n'a pas cessé. Les assurés conservent leurs titres dans le portefeuille d'affaires », a ajouté Dominguez.

Au sujet des secteurs stratégiques, la directrice du développement et du marketing a signalé qu'aujourd'hui, de nombreuses mesures sont prises pour protéger les nouveaux processus d'investissements et le déploiement de nouveaux secteurs. Elles ont lieu dans le domaine de la santé, Biocubafarma et des Énergies renouvelables. En même temps, le personnel d’Esicuba est formé et acquiert les connaissances nécessaires pour opérer en fonction des nouveaux intérêts du pays, comme cela s'est produit il y a des années.

Pour sa part, José Carlos Meijides Alfonso, directeur général d’Esicuba, a souligné que le premier défi auquel ils sont confrontés est d'étendre le besoin d'assurance à Cuba en tant qu'instrument de garantie réelle pour les personnes physiques et morales.

« Il est impératif de créer des espaces dans le cadre national pour promouvoir la culture de l'assurance dans le pays. Tel est notre plus grand défi pour les années à venir. Accroître le besoin d'assurance à Cuba en général et dans le secteur des affaires en particulier. À cette fin, nous prévoyons d'augmenter les mécanismes de communication et de diffusion avec le marché et le service aux assurés », a précisé le directeur général d'Esicuba.

S’exprimant sur ce même sujet, la directrice du développement et du marketing a signalé qu’un travail est mené avec le secteur privé de l’Île. À cette fin, les premiers produits ont été mis au point pour satisfaire les exigences de cet environnement de travail, qui inclut également les coopératives non agricoles.

Quant aux stratégies d'expansion, Meijides a indiqué qu'elles visent à obtenir un meilleur rendement financier des fonds dont dispose Esicuba, ainsi qu'à développer des mécanismes de marché en accord avec les intérêts et le développement économique du pays.

Le secteur des assurances à Cuba fait partie du processus de mise à jour du modèle économique. Face à un intérêt marqué pour les investissements étrangers et le secteur des affaires, ce service représente une garantie qui rend également crédible la stabilité des affaires avec Cuba. •

INFOGRAFÍA:

  • 40 produits répartis en 12 groupes :
  • Ingénierie et construction: Biens et activités associés au secteur industriel avec un champ d'application aux processus d'investissement et de construction.
  • Responsabilité civile : découlant de l'exécution de diverses activités commerciales et professionnelles.
  • Hôtels et commerces : Biens et services associés au secteur hôtelier et immobilier, entreprises et entrepôts, entre autres.
  • Personnes : Les frais médicaux pour maladie et accident, y compris un service d'assistance aux personnes de Cuba et à l'étranger, avec une couverture pour les imprévus pendant le voyage.
  • Foires et événements : Intérêts du comité d'organisation et des exposants, y compris la responsabilité découlant de leurs actes lors des foires et événements.
  • Transporteurs : Biens et responsabilités associés à l'activité des transporteurs.
  • Pétrole et gaz : Biens, responsabilités et activités associés aux opérations en mer et à terre (exploration, développement, exploitation).
  • Transport de cargaisons : Mouvements de marchandises à l'échelle mondiale associés aux exportations et aux importations cubaines et mouvements de marchandises à l'intérieur du pays.
  • Aviation : Biens et activité commerciale du secteur avec une portée pour les compagnies aériennes, les aéroports, les réparateurs d'avions et les services associés.
  • Maritime : Marchandises et activités typiques du secteur maritime et portuaire avec des possibilités pour les navires à fort et faible tonnage.
  • Crédit et caution : crédits commerciaux et bancaires, appels d'offres et conformité aux contrats.
  • Toutes assurances : gamme commerciale de différents produits pour des secteurs homogènes.