ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Estudio Revolución

PINAR DEL RIO. — « Ce que nous voulons à travers ce contact systématique, au-delà du dialogue, c'est de pouvoir aider à débloquer les problèmes », a affirmé le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, à l'Université Hermanos Saiz Montes de Oca, à Vueltabajo, lors de la première journée d’une visite gouvernementale dans cette province.

Après avoir participé à l'une des assemblées de consultation sur le projet de Constitution dans l’établissement, Diaz-Canel a déclaré qu’il ne s’agissait pas seulement de sa visite, mais de la visite du Conseil des ministres.

À cet égard, il a expliqué que plusieurs ministres l'accompagnaient dans les visites qu'il effectue dans tout le pays, afin de poursuivre ensuite leur travail avec leurs équipes, ce qui leur permettait d'avoir un moment de contact supplémentaire avec les gouvernements provinciaux.

Photo: Estudio Revolución

« Au terme de ce travail, des projections sont faites dans les conclusions en vue du plan économique de l'année prochaine, ou bien des propositions qui peuvent aider à trouver une solution d'une manière ou d'une autre. C'est le style de travail que nous avons décidé de mettre en place : le gouvernement travaillera en fonction de la population », a-t-il dit.

« S'il y a de très gros problèmes, qui ne peuvent pas être résolus complètement, nous pouvons toujours chercher une ébauche de solution et avancer un peu dans leur résolution », a-t-il ajouté.

Dans le but de prendre personnellement le pouls de la province, le président cubain a dialogué ouvertement avec les habitants de chacun des sites visités, et il a même arrêté son parcours dans le centre de la ville de Pinar del Río, pour sortir du véhicule et saluer la population.

Photo: Estudio Revolución

« Ils nous ont parlé des problèmes qui existent dans la province avec une grande franchise : le transport, l’approvisionnement en eau, les prix, les salaires, la disponibilité des matériaux de construction, les retards dans la construction de logements. Les gens ont été très clairs »

UNE INDUSTRIE RECONNUE À CUBA ET DANS LE MONDE

Le premier point de la visite a été la conserverie La Conchita, une usine qui parvenait à exporter jusqu’à huit lignes différentes de produits. À l’heure actuelle, en raison de l'obsolescence technologique et du mauvais état de la plupart de ses installations, elle n’est plus en mesure d’exporter.

En 2018, a-t-on expliqué à Diaz-Canel, après un long processus d'investissement, le système de traitement des déchets de l'usine devrait être prêt, une étape indispensable avant d’entreprendre sa modernisation.

Photo: Estudio Revolución

Iris Quiñones Rojas, ministre de l'Industrie alimentaire, a expliqué que l’aménagement des hangars qui sont actuellement utilisés comme entrepôts est prévu pour 2019, en vue d’y installer de nouvelles lignes de production, avec les normes d’innocuité établies.

Miguel Diaz-Canel a insisté sur la nécessité de faire avancer le projet le plus loin possible, en tenant compte des résultats de l'agriculture dans la province et du prestige de la marque Conchita.

« Il s’agit d’une industrie emblématique, que les habitants de Pinar del Río défendent avec force et dont les produits sont connus dans tout Cuba », a-t-il dit.

Puis, comme de coutume dans ces visites, en dehors de tout protocole, il a parcouru les installations ; il s'est sali les chaussures en marchant dans les lignes de goyave et de papaye ; et il a parlé avec les hommes et les femmes qui ont fait en sorte que, malgré sa détérioration, La Conchita soit en 2018 l’industrie au meilleur comportement dans le pays lors des campagnes de traitement de la mangue et de la tomate.

Yusimi Sanchez, l’une des ouvrières, a fait part au président de son mécontentement à propos du salaire à certains moments de l'année où l'activité économique est en baisse, mais aussi de son engagement dans une unité où elle travaille comme opératrice depuis 18 ans.

« Vous êtes un collectif courageux », lui a-t-il assuré.

UNE CONSTITUTION PLUS SOLIDE

L’École polytechnique Tranquilino Sandalio de Noda, un établissement qui se prépare à célébrer 106 ans dans la formation d'étudiants dans les spécialités agricoles, était un autre des objectifs de la visite.

Diaz-Canel s'est intéressé à la qualité des cours, aux motivations de ses élèves et à leurs attentes une fois diplômés.

« Les étudiants apprennent-ils aujourd'hui comme tu le faisais ? » a-t-il demandé à Yaquelin Barrios, diplômée de l'école voilà 18 ans et qui est maintenant l’une des enseignantes.

Photo: Estudio Revolución

Il s'est intéressé également aux opinions sur le projet de Constitution qui a été soumis à la consultation populaire.

« Il y a beaucoup d’attente sur ce que les jeunes peuvent apporter à ce débat. Il est très important que vous y participiez, car il s'agit d'une Constitution pour le présent, mais surtout pour l'avenir du pays », a-t-il dit.

Il a également échangé des idées sur le projet de Constitution avec des étudiants et des professeurs de l'Université Hermanos Saiz Montes de Oca.

À ce propos, il a mis en garde sur le fait que les médias occidentaux, principalement la presse qui attaque Cuba, ont tenté de semer deux matrices fondamentales d'opinion.

« L'une d’elle est que le citoyen cubain n’est pas intéressé par la Constitution, ce qui est un mensonge qui s'effondre aussitôt, car les projets de Constitution vendus dans les kiosques ont été épuisés et que, dans de nombreux endroits, on nous a demandé une nouvelle édition », a dit Diaz-Canel.

« La deuxième matrice d'opinion qu'ils ont essayé de nous imposer, c’est qu’il s’agit d’un exercice qui ne sert à rien, parce que la Constitution est pratiquement approuvée et que tout ceci n’est qu’une pièce de théâtre », a-t-il dit.

« Cependant, je suis convaincu que le texte final sera plus solide, une fois que nous lui aurons ajouté les contributions de la population », a-t-il affirmé.

NE PAS PERMETTRE L’ACCAPAREMENT DES MATÉRIAUX

La visite du gouvernement comprenait également un centre local de production de matériaux, appartenant à l’Entreprise de maintenance et de Construction civile, et le magasin Los Pinos, où sont vendus une grande partie des produits obtenus dans cette petite fabrique, principalement à des personnes ayant obtenu des subventions de l’État.

Sur ce dernier point, Diaz-Canel a insisté sur la lutte contre le délit, contre l’accaparement ou la revente de matériaux par des personnes sans scrupules. « Nous devons être sévère avec cela », a-t-il dit.

Le président cubain a effectué d'autres visites à Pinar del Rio, accompagné de Julio César Rodriguez Pimentel, Premier secrétaire du Parti dans la province ; Ernesto Barreto Castillo, président de l'Assemblée provinciale du Pouvoir populaire et de plusieurs ministres et responsables.