ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Studios Revolution

AFIN d’améliorer l'efficacité et l'efficience de la gestion du gouvernement et d'améliorer l'accès des citoyens aux technologies de l'information et de la communication, Cuba s'oriente vers la mise en œuvre de la gouvernance électronique.

Notre pays occupe actuellement la 131e place dans le classement mondial de l’e-gouvernance sur 193 pays étudiés, selon les Nations Unies. La valeur de l'indice de développement du gouvernement électronique de Cuba est de 0,35, soit l'un des plus élevés. Des facteurs tels que les services en ligne, l'infrastructure des télécommunications et le capital humain sont mesurés pour calculer cet indice

Cuba a conçu une projection pour la mise en place et le développement du gouvernement électronique qui comprend quatre étapes : la présence sur l'Internet ; l'interaction entre l'Administration publique, le gouvernement et la population ; la transaction, où les paiements électroniques sont utilisés dans les procédures et les services ; et la transformation, qui comprend la participation du peuple à l'élaboration des politiques publiques et à la gestion de l'administration et du gouvernement.

C’est sur ces aspects qu’a porté la récente réunion de bilan conduite par le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez, qui a souligné l'importance de cette tâche pour le pays, une tâche qui, comme d'autres, exige un suivi constant, tant de la part du ministère des Communications que de tous les organismes, entités et administrations du Pouvoir populaire.

Le ministre de ce secteur, Jorge Luis Perdomo Di-Lella, a expliqué que d’ici décembre de cette année on pourra la première étape de présence du gouvernement électronique sera achevée, dans laquelle tous les organismes et les gouvernements territoriaux devront être dotés de portails institutionnels publics, sous le domaine « gob.cu ».

À cet égard, le Premier vice-ministre, Wilfredo Gonzalez Vidal, a mentionné parmi les principales difficultés l'absence, dans certains cas, de catalogues conformes aux services et aux procédures offerts par l'organisme ou l'entité, d'informations sur la planification des activités ou événements, et d’un répertoire avec e-mail et les coordonnées institutionnelles des directeurs et responsables.

Cuba s'oriente vers la mise en œuvre de la gouvernance électronique. Photo: Arnaldo Santos

Concernant les insuffisances des portails web cubains, qui ont un impact sur leur positionnement et leurs niveaux de performance, il a cité les problèmes de configuration, de disponibilité et de lenteur de réponse aux demandes.

Gonzalez Vidal a indiqué qu'ils travaillent actuellement à la distribution d'un guide de bonnes pratiques pour améliorer le positionnement et la performance des portails web gouvernementaux et des portails nationaux en général.

Au cours de la réunion, les expériences de développement des technologies de l'information et de la communication dans les provinces d'Artemisa et de Mayabeque ont été présentées, en particulier dans cette dernière avec l'Unité des services et procédures de la commune de Güines, considérée comme l'un des principaux résultats de l'expérience appliquée dans cette dernière province, avec une approche à guichet unique qui intègre 106 services et procédures appartenant aux huit organismes.

Diaz-Canel a estimé qu'il était indispensable de progresser dans l'informatisation des documents publics, et il a mis l'accent sur le Bureau de contrôle de la distribution des fournitures, communément appelé Oficoda, qui dispose de données importantes, complètes et utiles pour d'autres documents, et dont le traitement s’effectue encore manuellement.

« L'informatisation est l'une des tâches les plus appréciées par la population, car elle permettra d'économiser de la paperasserie, du temps, des intermédiaires et des coûts », a-t-il signalé, avant d’ajouter que « nous sommes censés, être plus efficaces, avoir plus de productivité, plus de performance et, par conséquent, moins de personnel affecté à la paperasserie ».

INFRASTRUCTURE ET SERVICES NUMÉRIQUES

Le nombre de services déjà couverts dans toutes les communes est actuellement de 666 salles de navigation et 752 espaces publics avec wifi. Tandis que les comptes permanents de navigation Nauta ont atteint le chiffre de 1 785 000 et ceux du courrier électronique se montent à environ 2 785 000.

Ces données ont été fournies par le directeur général de l'informatisation du ministère des Communications, Ernesto Rodriguez Hernandez, qui a également donné des détails sur les plateformes de services actuellement disponibles et acceptées par le public, comme C.U.B.A., sur www.redcuba.cu, Blogs « Reflejos », sur www.cubava.cu, avec 4 861 blogs actifs, et l’Encyclopédie collaborative Ecured, qui affiche plus de 185 000 articles et plus de 250 000 visites quotidiennes.

Le responsable a également parlé du travail réalisé avec le Centre d'applications pour Android « Apklis », www.apkalis.cu, qui a déjà 917 applications et où environ deux millions de téléchargements ont été effectués.

En ce qui concerne la numérisation de la télévision, il a été informé que plus de 120 émetteurs ont été installés à ce jour. La Havane et les chefs-lieux des provinces disposent déjà d'un signal en haute définition, et plus de sept millions d'habitants, soit 63% de notre population, reçoivent un signal en définition standard.

Fin août, plus de deux millions de récepteurs avaient été commercialisés, dont des codeurs et des téléviseurs, environ 411 000 antennes et un peu plus de 10 389 000 mètres de câble coaxial. En outre, des travaux sont en cours pour trouver des alternatives pour les personnes ayant besoin de crédits ou de subventions pour se procurer ces produits.