ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Le président cubain a visité l'hôpital provincial Dr Gustavo Aldereguia Lima, le principal établissement médical de la région. Photo: Studios Revolution

CIENFUEGOS. — Le chef de l’État a souligné que dans le cadre des priorités du travail du gouvernement, il était nécessaire de continuer à insister sur le renforcement de la politique des cadres.

Au terme de la visite gouvernementale qui a eu lieu récemment à Cienfuegos, le président cubain a insisté sur l’idée d’adopter une perspective intentionnelle et intelligente pour choisir des dirigeants faisant preuve d’une volonté claire de travailler et d’une sensibilité aux problèmes de la population, qui pensent en tant que pays, afin d’être les promoteurs d’une dynamique de mouvement dans une structure aussi vitale que la municipalité.

« C'est quelque chose d'important pour le présent et l'avenir immédiat, parce que dans la mesure où la Constitution que le peuple approuvera le 24 février confère plus d'autonomie aux municipalités, c’est là que nous devrons développer davantage la gestion de gouvernement. Donc, loin de l'affaiblir, tout ce que nous avons à faire, c’est de renforcer constamment la municipalité. »

Miguel Diaz-Canel a exhorté les dirigeants cubains – non seulement ceux auxquels il est fait référence, mais tous, quel que soit leur charge et le contexte –, à « continuer à chercher le lien avec la base, c'est le temps le plus utile pour les cadres. C'est celui qui nous dit la vérité si nous en faisons bon usage ; si nous ne nous lassons pas de poser des questions pour savoir ce qui se passe, où sont les insatisfactions et les insuffisances ».

Il a appelé à « travailler avec plus d'intelligence et de participation de la population, en écoutant avec attention où se trouvent les problèmes et en évitant qu’ils s’accumulent ».

Lors de cette réunion de synthèse, où il était accompagné du Premier vice-président Salvador Valdés Mesa, de la Première secrétaire du Parti à Cienfuegos, Lydia Esther Brunet, et de Mayrelis Pernia, présidente du gouvernement, le président a également appelé à briser la chaîne des impayés, à continuer à défendre la production nationale et à exploiter tout le vaste potentiel scientifique de la province.

Il a ajouté qu'il s'agissait d'une visite importante, à laquelle participaient de nombreux responsables, qui en peu de temps ont abordé différents points d’intérêt dans toute la région et ont visité des sites, afin de promouvoir des programmes d’action et de résoudre une série de problèmes spécifiques. Le président a également souligné la façon dont le peuple l'a accueilli avec joie, gentillesse, discipline, enthousiasme et beaucoup d'engagement.

« Nous sommes sûrs que Cienfuegos va continuer à progresser, qu'elle aura un beau 200e anniversaire et que les habitants de cette province, comme ceux de tout le pays, donneront un "Oui" pour Cuba le 24 février, un "Oui" pour notre Constitution », a-t-il dit.

Au cours de cette réunion de bilan, le président a également fait remarquer que l'année en cours est une année pleine de motivations pour Cienfuegos, qui fêtera l’anniversaire de ses deux siècles et les 40 ans de l’usine de Glucose, ainsi que plusieurs décennies de l'hôpital provincial et de l'Université Carlos Rafael Rodriguez.

Il a souligné « la rénovation de la ville et la réparation de lieux emblématiques tels que le Parc d'attractions et La Laguna del Cura, un restaurant au service de qualité, à des prix abordables et un lieu idéal pour les familles. À Cienfuegos, des services ont été ouverts et de nouveaux espaces ont été créés, où il convient de garder à l’esprit que tout ce que nous faisons doit être mieux qu’auparavant ».

La veille, lors d'une visite d’installations importantes dans le secteur du commerce, de la gastronomie et des services, le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, accompagné de la responsable du Commerce intérieur, Betsy Diaz Velazquez, avait pu apprécier tous ces changements. Il en a profité pour féliciter les travailleurs pour la culture du détail qui apparaît dans nombre de ces espaces et les a exhorté, tout comme leurs dirigeants, à ne pas la perdre, afin que « la population puisse compter sur des offres variées et belles à la fois ».

L'HÔPITAL PROVINCIAL SERA DE NOUVEAU UN ÉTABLISSEMENT DE RÉFÉRENCE

L'hôpital provincial Dr Gustavo Aldereguia Lima a traversé une phase de détérioration progressive de ses installations et une diminution de la qualité des services, due, entre autres raisons, à un engorgement hospitalier, du fait qu'il fait également fonction de maternité.

Roberto Morales Ojeda, vice-président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, a expliqué que la construction du Centre maternel infantile, une annexe qui décongestionnerait considérablement le taux d’occupation du plus grand hôpital de Cienfuegos, « a pris du retard, alors qu’elle aurait dû être terminée il y a environ trois ans ».

Indépendamment du besoin urgent, compris et soutenu, d’achever ces travaux, un programme complet de mesures organisationnelles et matérielles a été élaboré à l'hôpital – avec une nouvelle équipe de direction renforcée par de jeunes professionnels – lequel affiche déjà un bilan positif.

Après avoir pris connaissance de l'ampleur de cette projection, Diaz-Canel s'est dit confiant sur le fait que l’hôpital Gustavo Aldereguia Lima, fondé par Fidel en 1979

et cité comme une référence de qualité par le commandant lui-même dans plusieurs de ses discours, sera une fois de plus un hôpital modèle. Le président a visité sa salle polyvalente de soins intensifs, celle des soins cardiaques complets et des soins intermédiaires coronariens, tous présentant des indicateurs favorables.

Il s'est intéressé aux conditions d'alimentation des patients, qui se sont améliorées ; il a appelé à une meilleure utilisation des ressources et a indiqué que « l'analyse et l'insatisfaction constante sont les prémisses qui conduisent au développement, surtout ici, dans un domaine aussi important que celui de fournir ce type de service, de qualité à la population. »

Il s’est félicité de l'ensemble du travail intégral entrepris pour garantir un taux de mortalité infantile de 2,67 en 2018, l'un des plus faibles du pays, et un taux de mortalité maternelle de 0, et il a été informé que, dans le cadre du processus de réhabilitation structurelle du bâtiment, les tours 4 et 8 ont été achevées.

Le président Miguel Diaz-Canel s'est également entretenu avec des travailleurs, des patients et des visiteurs, qui lui ont témoigné des signes de confiance, de sympathie et de soutien, témoignages qui se sont répétés dans chacun des lieux visités pendant les deux jours.

DIRE UNIVERSITÉ, C'EST DIRE VIE

Le président cubain s'est également rendu à l'Université de Cienfuegos, accompagné de plusieurs ministres. Durant un entretien, il a expliqué aux étudiants et aux professeurs la nécessité de renforcer les liens entre les universités et les différents organismes de l'administration centrale de l'État, afin qu'ils contribuent ensemble au développement économique et social du pays.

Nous sommes à un moment où nous pouvons faire en sorte que la recherche devienne produise innovations en fonction du développement local et national, a dit Diaz-Canel.

Une fois de plus, il a insisté sur l'importance d'avancer dans l'informatisation de la société, dans laquelle les universités peuvent apporter une contribution importante.

Par ailleurs, les ministres présents ont partagé des idées sur les projets en cours, ainsi que sur divers secteurs sur lesquels pourraient s’appuyer les connaissances qui naissent à l'université de Cienfuegos.

Les étudiants se sont dits prêts à s’engager totalement en vue d’avancer sur ces nouvelles voies et accompagner le développement de la province et du pays.

« Il est vital de tirer parti de l'expérience des jeunes », a déclaré Diaz-Canel, tout en reconnaissant en eux des capacités suffisantes pour promouvoir les destinées de la nation.

Le président s'est adressé aux étudiants avec simplicité et franchise, comme un père le ferait à ses enfants, avec la certitude que ses idées forment aussi les fondements du pays, car, comme l’affirmait le commandant en chef de la Révolution cubaine, « quand nous parlons d'Université, nous parlons de vie. »