ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Diaz-Canel a donné l’instruction de livrer rapidement les matériaux de construction pour la réparation du fonds de logement endommagé. Photo: Studios Revolution

LE peuple cubain est un peuple aux vertus infinies. Malgré les décombres qui subsistent, l'éclairage électrique qui tarde encore un peu, l'absence de gaz et de téléphone fixe, les files d'attente un peu longues – mais rapides – pour se procurer de la nourriture et les repas préparés sous les tentes, malgré les visages encore marqués par le stress du traumatisme causé par la furie de la tornade du dimanche dernier, les dégâts considérables qu'elle a causés et les souffrances de ceux qui ont perdu leurs biens, et dans bien des cas leur maison, malgré tout cela, devant l'hôpital maternel Diez de Octubre (Hijas de Galicia) et à l’angle de la Calzada de Luyano, les gens se sont pressés pour saluer le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, pour remercier la Révolution pour le soutien qu'elle apporte au lendemain de la catastrophe et pour la rapidité du redressement, et aussi pour écouter ses instructions.

Cette zone de la municipalité de Diez de Octubre a été frappée par la Tornade du siècle, comme on l'appelle déjà, mais au milieu des scènes de désolation, des dizaines de travailleurs de l'Union électrique et de ses innombrables équipements spécialisés dans l’installation de câbles et de nouveaux poteaux, au milieu de l’activité fébrile des employés communaux qui aident à dégager les décombres de toutes sortes et à éliminer les débris, les habitants de Luyano attendaient la visite du Chef de l'État.

Ils ont écouté ses paroles avec une attention absolue. « Taisez-vous, on aimerait entendre » ; « Faites-moi une place », se disaient-ils l'un à l'autre. Il n'y a pas eu de plaintes, mais la volonté d'aller de l'avant et la confiance dans la Révolution.

Le président cubain avait vérifié la veille l’état d’avancement des travaux de reconstruction dans les quartiers frappés par ce phénomène météorologique de grande intensité, notamment la municipalité de Diez de Octubre jusqu’à celle à Guanabacoa, y compris les quartiers de San Miguel del Padron et Regla, où il s’est entrenu avec la population.

Dans le quartier de Regla, le président cubain s'est enquis de l'état d'avancement des travaux de reconstruction des maisons situées de deux côtés de l'avenue Via Blanca. Photo: Studios Revolution

Comme il le fait toujours devant le peuple, le président a été clair et précis. Certains dommages pourront être réparés rapidement, comme le service d’électricité, qui devait être restauré jeudi pour l'essentiel, a-t-il expliqué, même si certains quartiers pourraient attendre encore un peu. « Mais d'autres problèmes prendront plus de temps. Ce ne sera pas une question de quelques jours, mais tout devra être mieux qu'avant », a-t-il souligné.

Dans certains endroits, les plaintes n’ont pas manqué. Comme à son habitude, Diaz-Canel a écouté, il a donné des précisions et des explications précises, ainsi que des instructions sur certains points concrets. Au début de la visite, il avait indiqué qu'il fallait faire preuve de beaucoup de sensibilité face aux pertes subies par les sinistrés ; il a fait remarquer que certaines personnes, en raison de l'ampleur de leurs pertes, pouvaient peut-être s’exprimer de manière un peu rude, mais qu’il fallait les comprendre.

« Cette tornade a représenté un coup dur, mais nous allons nous relever. » Ce sera des semaines de travail intense et d’efforts soutenus, mais la première réponse a été positive, a-t-il dit. Le président s’est félicité des efforts déployés par les travailleurs de l’Union électrique, et il insisté sur la nécessité d’accélérer le déblaiement des décombres, l'approvisionnement en aliments et d’autres actions qui doivent se poursuivre dans les jours à venir. « Personne ne sera laissé sans protection », a-t-il rappelé.

Diaz-Canel a précisé que les dommages les plus graves se localisent au niveau des maisons. Il a indiqué que les matériaux de construction arrivent déjà sur les sites touchés et que les approvisionnements vont se poursuivre. Il a exhorté à travailler rapidement à la remise en état des logements endommagés et à favoriser la participation des personnes, des entités de l'État, des familles et des amis des personnes sinistrées ; il a également demandé de l’aide aux travailleurs étatiques occupés à réparer les dégâts.

L’HÔPITAL MATERNEL ET INFANTILE RENAÎT

L'hôpital maternel « Diez de Octubre », l'emblématique « Hijas de Galicia » a été le

premier établissement visité par le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, qui s’est enquis de l’état d’avancement des travaux de reconstruction et de la stratégie adoptée en vue du rétablissement du service dans les plus brefs délais.

Il s’agit de l’établissement de santé publique le plus gravement touché par la tornade, qui a causé des dégâts plus ou moins importants à 19 installations de ce secteur, dont dix cabinets de consultation. L’hôpital compte 286 lits et accueille les femmes enceintes de six municipalités.

Les travaux de réhabilitation de l'hôpital, y compris le service de l'eau et le système de santé, avaient démarré quelques jours plus tôt. « À la fin des travaux, nous aurons une meilleure institution qu'auparavant », a déclaré le ministre de la Santé publique, Jose Angel Portal Miranda.

Le président cubain, qui était accompagné au cours de la visite par Luis Antonio Torres Iribar, Premier secrétaire du Parti dans la capitale, et Reynaldo Garcia Zapata, président du gouvernement provincial, a ensuite visité un point de vente de matériaux de construction ouvert sur la Calzada de Luyano, où il a posé des questions sur les matériaux déjà disponibles et ceux qui continueront à arriver.

Il a appelé à bien informer la population et raccourcir autant que possible les démarches. Il a également souligné la nécessité d'établir des priorités, telles que les toitures. « La première chose dont les gens ont besoin, c'est du toit, et ensuite des fenêtres, et ainsi de suite », a-t-il souligné, « et nous nous devons commencer à vendre les matériaux le plus rapidement possible ».

Le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres s’est également rendus sur plusieurs sites économiques gravement endommagés par la tornade, comme l'Entreprise intégrale des services automoteurs (CEISA), à San Miguel del Padron, et l'Unité commerciale de base « Vanguardia Socialista », rattachée à l’Entreprise de métallurgie et de mécanique

« Varona ».

La visite du président a également comporté les entrepôts de l’Entreprise de commercialisation et de production de menuiserie métallique et PVC, connue sous le nom de Gepalsi, située dans la municipalité de Guanabacoa.

« C’est la plus grande destruction que j'ai vue aujourd'hui », a-t-il dit en arpentant les décombres de ce site jadis considéré comme un petit joyau.

Le président s’est ensuite entretenu avec les habitants du quartier qui, d'une petite colline, lui faisaient des signes de la main pour le saluer.

À la sortie de Gepalsi, il a emprunté un chemin de terre qui menait à plusieurs maisons dans le quartier de Chibas. Il a engagé la conversation avec les gens qui l’attendaient, leur a demandé si on leur avait déjà rendu visite pour s’enquérir de leurs besoins, ce qui avait déjà été fait. Le plus gros problème, lui ont-ils dit, c'est la collecte des ordures. Et Diaz-Canel a instruit les dirigeants qui l'accompagnaient d’aider à résoudre ce problème.

DE LA CERTITUDE

Une autre anecdote mérite d’être racontée. Cela s’est produit à la sortie de l'emblématique installation « Vanguardia Socialista ». Deux femmes ont fait un geste au président, qui est sorti de la voiture pour aller les rejoindre et les écouter.

Elles lui ont parlé des destructions subies par leurs maisons, de la perte de presque tous leurs biens, de leur confiance dans la Révolution et de la certitude que des solutions seront trouvées rapidement.

« Où habitez-vous ? », leur a demandé Diaz-Canel. « En bas de l'avenue », lui ont-elles dit. Elles avaient l'air angoissé.

Diaz-Canel a posé sa main sur leur épaule, leur a a expliqué l’ampleur des dégâts provoqués par la tornade, qu’il y avait des milliers de personnes sinistrées à La Havane, qu’il fallait d’abord procéder au déblaiement des décombres et que peu à peu l'eau, les communications et l'électricité avaient été rétablis, que les matériaux de construction arrivaient déjà sur les lieux de vente ? Il leur a demandé de rester calmes, que les choses allaient s’arranger. Elles comprennent que, 72 heures après le passage de la tornade, beaucoup avait été fait.