ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Granma

« Le Secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, suivant le scénario qui lui a été dicté par le gouvernement des États-Unis, a monté un nouveau numéro contre Cuba, qu'il a appelé Conférence, cette fois, à propos du projet de réforme constitutionnelle cubain », a déclaré Eugenio Martinez Enriquez, directeur général chargé de l'Amérique latine et des Caraïbes au ministère des Relations extérieures, lors d'une conférence de presse.

« Il est frappant que le Secrétaire général, avec l’obsession anticubaine qui le caractérise, répète de vulgaires calomnies et des mensonges sur notre pays et ignore tant de questions qui sont de véritables urgences dans Notre Amérique, auxquelles il ne consacre ni la même énergie, ni le temps ni les ressources de l'organisation dont il est un fonctionnaire », a déclaré Martinez Enriquez.

Le Secrétaire général doit savoir que ni lui ni cette organisation ne disposent du droit de débattre de la Constitution d'un État qui n’est pas partie à cet organisme, ni n'en a l'intention, et n'est donc pas soumis à son système de traités, envers lesquels il n'a aucune obligation.

« L'OEA est l'organisation qui, au service de l'impérialisme étasunien, a soutenu les tentatives d'isolement de Cuba, les interventions militaires en Amérique latine, les cruelles dictatures militaires que les États-Unis ont créées, financées et protégées pendant des années, en se gardant bien de condamner les tortures les plus abominables commises dans notre région et bafouant les droits des peuples de Notre Amérique »,a-t-il poursuivi.

Il a également déclaré que le Secrétaire général ne respecte pas la lettre de la Charte de l'OEA, qui consacre la nature de ses fonctions, parmi lesquelles il ne lui est reconnu l’autorité ni la capacité d'orchestrer ce type d'action, car les États membres de l'OEA ne les lui ont pas non plus confiées dans le cadre d’un quelconque mandat spécial.

« Nous ne reconnaissons ni ne reconnaîtrons aucune autorité morale ou juridique à l'OEA, ni à aucun de ses fonctionnaires ou organes subsidiaires qui tenteraient d’isoler Cuba », a-t-il souligné.

Pour conclure, le Directeur général chargé de l'Amérique latine et des Caraïbes au ministère des Relations extérieures a précisé que la Constitution cubaine émane de l'autorité souveraine de son peuple, qui en a débattu démocratiquement le projet, à propos duquel il est appelé à voter prochainement. Le Secrétaire général de l'OEA se trompe lorsqu’il répète un scénario qui a été tenté à maintes reprises. La Constitution de Cuba, ce sont les Cubains qui en débattent et qui l’approuvent, et cela sera confirmé le 24 février.