ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Assel Herrera y Landy Rodríguez. Photo tirée d’Internet

Le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel, a écrit sur son compte Twitter : « Cuba travaille sans relâche pour assurer le retour d'Assel (Herrera) et de Landy (Rodriguez), nos médecins enlevés au Kenya. Avec eux et leurs proches, nous partageons la conviction que leur mission humanitaire sera respectée et reconnue. Nous croyons au pouvoir de la solidarité. »

Le ministre des Relations extérieures Bruno Rodriguez Parrilla a écrit quant à lui: « J'ai eu une conversation téléphonique avec la ministre des Affaires étrangères du Kenya, Monica Juma. Nous avons eu des échanges sur l'enlèvement des deux médecins cubains et sur les actions mises en œuvre par le gouvernement de ce pays pour résoudre à ce lamentable incident. »

Sur les deux comptes Twitter, il est signalé que l’ensemble des médecins cubains au Kenya sont en sécurité et informés de chacune des mesures prises pour secourir leurs deux collègues enlevés.

Assel Herrera Correa est spécialiste en médecine générale intégrale, originaire de la province de Las Tunas, et Landy Rodriguez Hernandez, de Villa Clara, est chirurgien.

Dans un communiqué de presse publiée le 12 avril, le ministère cubain de la Santé publique a indiqué que toutes les voies de communication avaient été établies avec les autorités kényanes afin de parvenir à une solution concernant l'enlèvement des deux médecins internationalistes dans l'exercice de leur profession dans ce pays.

LES ESPOIRS DES FAMILLES

« Je suis persuadée que plus tôt que tard mon fils reviendra au sein de la famille. La Révolution n'a jamais abandonné aucun de ses enfants et cette fois-ci, ce sera pareil », a déclaré à Granma Martha Hernandez, la mère de Landy Rodriguez Hernandez, le médecin de Villaclara qui a été enlevé avec Assel Herrera Correa.

Au milieu de sa douleur, Martha a affirmé qu'elle était consciente de la solidarité qui s'est manifestée, aussi bien à Cuba que dans le reste du monde, en faveur de la libération des deux médecins, un geste qu'elle considère également comme très important pour les ramener sains et saufs comme tous le souhaitent.

Dès que la nouvelle a été connue, a-t-elle déclaré, elle a eu tout le soutien et l'attention des principales autorités du Parti, du gouvernement et de la Direction de la Santé de la municipalité de Placetas, d'où Landy est originaire, ainsi que de la province, lesquelles l'ont tenue informée et au courant de chaque détail lié à la famille, ce dont elle est profondément reconnaissante.

Elle a également déclaré que ces journées ont été des journées de grande angoisse, durant lesquelles elle a à peine pu trouver le sommeil, parce qu'à chaque instant, son Landy lui revient en mémoire. « Mon fils est très affectueux, c’est quelqu’un de spécial et un très bon père, en plus d'être un grand professionnel », a dit sa mère, qui a rappelé le grand nombre de patients qu'il a soignés depuis son arrivée au Kenya.

Dans ses appels et ses courriels, Landy nous parlé avec beaucoup de passion du travail accompli, et on le sentait satisfait parce que, selon lui, il aidait des gens très pauvres qui n'avaient jamais vu de médecin dans ces endroits, dit Martha Hernandez.

Depuis la nouvelle de l’enlèvement du Dr Assel Herrera Correa, de Las Tunas, sa famille reçoit également un accompagnement permanent dans ce moment si difficile.

Dans des déclarations à Granma, Grégory Antonio Pérez Héctor, directeur provincial adjoint de la Santé, a expliqué qu'après avoir été informé de la nouvelle par le ministère, une commission a été immédiatement créée qui a d'abord rendu visite à la fille d'Assel dans le chef-lieu de province, et ensuite à ses parents dans la communauté de Delicias, à Puerto Padre.

« Nous sommes restés en contact permanent avec eux, et pas seulement les responsables de la Santé, mais aussi les autorités politiques et gouvernementales. Samedi, leurs parents ont reçu la visite d'un fonctionnaire de Minsap qui est resté auprès d’eux durant une grande partie de l'après-midi et leur a expliqué tout ce que le pays fait aujourd'hui pour obtenir la libération de leur fils. Ce sont des personnes très âgées et très malades, si bien qu’ils ont été confiés aux soins permanents d’un médecin, d’une infirmière et d’un psychologue. »

Ruciel Tamayo Tamayo Perez, directeur de la polyclinique « Gustavo Aldereguia », du chef-lieu où Assel travaille en tant que spécialiste en médecine intégrale générale, a également déclaré à ce journal qu'un système a été établi à partir de cet établissement, de sorte que chaque jour la personne de garde administrative de la polyclinique se rende chez la fille du médecin de Las Tunas, qui habite dans le quartier.

« Sa fille est en terminale et, comme elle nous l'a dit, elle veut être médecin, comme son père. Nous lui avons transmis l'assurance que ce gouvernement n'a jamais abandonné personne. »

PRÉCISIONS

La police nationale du Kenya a déclaré le 13 avril que « des efforts concertés sont déployés pour leur recherche et leur sauvetage par une équipe de sécurité de plusieurs agences ». En outre, selon les médias locaux kenyans, environ dix chefs de village parmi les anciens du comté de Mandera se sont rendus en Somalie pour négocier avec leurs homologues de ce pays la libération des médecins cubains.

L'Ambassade de Cuba à Nairobi maintient une communication permanente avec l’ensemble des coopérants et tient les proches au courant des événements.