ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Alicia Alonso saluant le public lors de la réouverture du Grand Théâtre de La Havane. Photo: Ismael Batista

Temple des arts de la scène à Cuba, l'une des icônes architecturales de la ville, porte désormais le nom de la sublime ballerine Alicia Alonso. C’est le majestueux Grand Théâtre de La Havane.

Couronné dans ses angles par des victoires ailées, et situé entre les rues San Rafael, San José, Consulado et Prado, il a rouvert ses portes le 1er janvier 2016 après trois ans d’une intense restauration.

Ce fut le moment idéal : le Gala que le Ballet national de Cuba, à l’initiative de sa directrice, la prima ballerina assoluta Alicia Alonso, offre depuis des années à l’occasion du triomphe de la Révolution.

Le général d'armée Raul Castro Ruz, président du Conseil d'État et du Conseil des ministres présidait la réouverture de cet édifice majestueux en compagnie d’Alicia Alonso.

Avant la représentation, le ministre de la Culture, Julian Gonzalez, a félicité Alicia pour sa carrière de danseuse. Une chorégraphe qu’il a qualifiée de « l'une des femmes les plus importantes de l'histoire de Cuba », rappelant qu’après avoir triomphé aux États-Unis, elle est revenue dans son Île pour aider à fonder l'École cubaine de ballet, aujourd'hui une référence dans le monde.

Au terme du spectacle, et sur la scène où elle a offert son art pendant des décennies, Alicia, du haut de ses 95 ans, a reçu l'hommage du public et de sa propre compa- gnie. Le poète Eliseo Diego l’avait écrit : elle est « la fête de Cuba ».

À ce propos, l'un des changements les plus importants de la restauration est l'agrandissement du hall de la salle Garcia Lorca, un espace où sera dévoilée prochainement une statue d’Alicia Alonso, œuvre du sculpteur José Villa Soberon.

L’HISTOIRE D’UN THÉÂTRE

Le grand Théâtre de La Havane Alicia Alonso

Donner le nom d’Alicia Alonso au Grand Théâtre de La Havane est un fait d’une grande délicatesse. Leurs histoires de gloires se complètent : alors que l'imposant édifice offre ses espaces aux meilleurs artistes, Alicia y présente ses incomparables ballets classiques.

L’histoire du Théâtre Prado commence en 1836 quand Miguel Tacon devient capitaine général de l'île et sollicite rapidement l’autorisation royale de construire un théâtre, laquelle lui est accordée deux ans plus tard.

Miguel Tacon compte sur le soutien financier de l'homme d'affaires Francisco Marty, qui fait appel à l'architecte Geronimo de Leon. Le 15 Avril 1838 a lieu l’inauguration officielle avec l’œuvre Don Juan de Austria par la compagnie dramatique espagnole de Gregorio Duclos.

Dans son livre Voyage à La Havane, Maria de las Mercedes Beltran Santa Cruz y Montalvo, plus connue comme la comtesse de Merlin, l'une des premières écrivaines cubaines a décrit ainsi le Tacon: « ... il est à la fois riche et élégant [...] Le rideau et les décorations offrent une vue magnifique [...] La salle est remplie de magnifiques fauteuils, de même que les loges, devant lesquelles se trouve une légère grille dorée qui laisse pénétrer le regard des curieux [...] Seuls les premiers théâtres des grandes capitales d’Europe peuvent égaler celui de La Havane dans la beauté des décorations, le luxe des éclairages et l'élégance des spectateurs. »

Le luxe du théâtre était tel qu’à l’époque on chantait des couplets qui disaient : « La Havane a trois choses qui provoquent l'admiration : Le Morro, La Cabaña et l’araignée du Tacon », faisant référence à un énorme lampadaire de verre fin, importé de Paris, suspendue au-dessus de la salle (l’actuel est neuf et en cristal de Bohême).

Le général d'armée Raul Castro, président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, près d’Alicia Alonso lors du Gala du Ballet national de Cuba pour le 57e anniversaire du triomphe de la Révolution, qui fut l’occasion de rouvrir le Grand Théâtre de La Havane: Photo: Estudio Revolución

Depuis son ouverture jusqu'en 1899, quand il est vendu à la Tacon Realty Company, de New York, sont passés sur sa scène des compagnies italiennes et françaises d'opéra et des stars mondiales comme la ballerine Fanny Elssler, le pianiste Leopold Meyer, les sopranos Teresa Parodi et Adelina Patti, le pianiste et compositeur Louis Moreau Gottschalk, les violonistes cubains José White et Brindis de Salas, le pianiste cubain Ignacio Cervantes et l'actrice Sarah Bernhardt.

En 1906, la Société de bienfaisance des Galiciens achète le théâtre original, qui est démoli, ainsi que le pâté de maison où il se trouve. Entre 1907 et 1915, le bâtiment actuel est construit pour accueillir le siège du Centre galicien de La Havane. L'architecte, sélectionné sur concours, est le Belge Paul Belau et la construction confiée à l’entreprise nord-américaine Purdy & Henderson.

Une autre étape commence pour le désormais Grand Théâtre National. La représentation d’ouverture a lieu le 22 Avril 1915, avec l'opéra Aïda, par la compagnie d’Adolfo Bracale, puis vinrent... Antonia Merce, l'Argentine ; le pianiste Ignace Paderewski ; la ballerine Anna Pavlova ; de nouveau Sarah Ber- nhardt ; Arthur Rubinstein ; Sergei Rachmaninov ; le violoniste Misha Elman ; le ténor Enrico Caruso : Esperanza Iris : le Cubain Ernesto Lecuona ; Jorge Bolet ; Amadeo Roldan et Rita Montaner ; Eleonora Duse ; Margarita Xirgu ; José Mojica ; Jorge Negrete ; le violoncelliste Pablo Casals ; le violoniste Jascha Heifetz ; le guitariste Andres Segovia ; Carmen Amaya et beaucoup d'autres.

Un détail historique : un autre changement de nom. En 1961, le Centre Galicien ayant été occupé, le Théâtre prend le nom de Federico Garcia Lorca, en hommage au poète de Grenade à l’occasion du 25e anniversaire de son assassinat, mais depuis 1985, l'ensemble du bâtiment a été rebaptisé Grand Théâtre de La Havane, et le nom de Garcia Lorca réservé à la salle principale.

Alicia Alonso est montée pour la première fois sur la scène du Prado en 1950 avec les œuvres Les Sylphides et Las bodas de Aurora et après 1960, il devient le siège principal, et jusqu’à aujourd’hui, du Festival international de ballet de La Havane, une prestigieuse rencontre de la danse à laquelle ont participé des danseurs de tous les continents, notamment Maïa Plissetskaïa, Vladimir Vasiliev, Carla Fracci, Antonio Gades, Maurice Béjart et Julio Bocca et de grandes compagnies ou leurs figures : Royal Ballet de Londres, la Scala de Milan, New York City Ballet, le Ballet du Théâtre Colon, Argentine, le Ballet du Bolchoï et le Ballet Kirov Théâtre.

La scène du Grand Théâtre a vu Alicia étrenner sa version complète du Lac des Cygnes, la magie de Giselle, Carmen, Un retable pour Roméo et Juliette, Œdipe Roi et bien d'autres ...

Ils sont complémentaires : le théâtre majestueux et la prima ballerina assoluta, dans toute la gloire de leurs histoires remplies de l'art le plus pur.