Ce qui rend ce livre nécessaire, c’est le peuple qui l’habite › Culture › Granma - Official voice of the PCC
ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Le livre et le multimédia en vente à la Foire du livre. Photo: Ariel Cecilio Lemus

« UN voyage de l’amertume à l’espérance » – comme le signalait dans sa présentation le ministre de la Culture Abel Prieto –, traverse les pages du livre Hasta Siempre Fidel, un volume qui témoigne de la douleur du peuple cubain pendant les neuf jours de deuil national déclaré à l’occasion de la mort du leader historique de la Révolution, Fidel Castro.

Publié par le Bureau des publications du Conseil d'État, l’ouvrage a été récemment présenté à la Foire du livre, accompagné d’un multimédia produit par l'Université des Sciences informatiques (UCI).

Plus de 500 photographies de 41 auteurs, des témoignages de 17 médias de la presse nationale, provinciale et numérique, ainsi que des poèmes de 20 auteurs, sont rassemblés dans cet ouvrage, qui se distingue par la qualité d'un design sobre et l'utilisation des technologies les plus modernes des arts graphiques.

Le journal Granma s'est entretenu avec une partie de l'équipe en charge de la composition de ce livre, si beau et si nécessaire, au sujet de l'édition du texte, la conception et le travail de production de ce multimédia, dont le processus a commencé le 28 novembre 2016.

SÉLECTION DES TEXTES ET DES NOTES

La Dr Rosa Miriam Elizarde a été chargée de la sélection des notes brèves, qui figurent dans 447 pages du livre, à l’appui des photos.

Les textes ont une place discrète, explique-t-elle. Ils n’apparaissent que pour apporter des renseignements sur le contexte ou souligner une émotion qui permet au lecteur, qu'il ait participé ou non aux hommages funèbres, de savoir quelles notes officielles ont été publiées, quelles sont ces lumières tout au long de la route, combien de personnes ont fait leurs adieux à Fidel, où la chanson de Raul Torres a-t-elle été entendue pour la première fois, à quelle heure la Caravane est-elle passée dans chaque village, qui a participé aux gardes d’honneur, quelle musique entendait-on lorsque Raul a déposé les cendres du leader de la Révolution dans la niche au cœur de la roche de rivière ou bien les paroles des leaders internationaux présents qui rendirent hommage à Fidel à La Havane et à Santiago de Cuba.

Le personnage central de ce livre, c’est le peuple cubain qui fait ses adieux au plus aimé de ses contemporains. Ce n'est pas une compilation strictement chronologique, mais une image et la mémoire d'un événement qui a secoué notre pays et les révolutionnaires du monde.

Quels ont été les critères retenus pour la sélection et la mise en pages de ces textes ?

Le livre démarre le 25 novembre 2016, lorsque Raul annonce au peuple cubain la triste nouvelle de la mort du Commandant en chef, et s’achève avec la cérémonie d'hommage au cimetière de Santa Ifigenia, le 4 décembre. Il relate les événements dans cette parenthèse du deuil populaire et tente d’apporter des précisions ce qui s'est passé à chaque moment.

Combien de temps a duré le travail de compilation ?

L’édition et la composition ont été réalisées en relativement peu de temps. Vers la fin du mois de décembre, nous avions déjà la première ébauche, que nous avons assemblée comme un puzzle. Les textes ont été adaptés à l'image, et non l'inverse, comme c'est souvent le cas dans un ouvrage de témoignage.

Quelle importance ce livre a-t-il pour l'histoire ?

Selon un poète, nous, les êtres humains « sommes notre mémoire ». Celle que nous présentons ici n’est pas celle d’un événement quelconque de la vie nationale, mais celle d'un événement marqué par la douleur et la grandeur, une date qui restera à jamais gravée dans les livres d'histoire. L'hommage de plus de 7 000 000 de personnes à Fidel « a sorti des entrailles de la terre », comme l'a dit Carilda Oliver, l'amour des Cubains pour leur leader et la tristesse immense qui a accompagné sa mort, mais aussi le patriotisme, l'imagination, la tendresse et la générosité de notre peuple.

Hasta Siempre Fidel est très cher à l'équipe de travail pour une autre raison : il révèle le talent de nos journalistes, sans lesquels nous n'aurions pas pu réaliser ce livre. Près d'une centaine de journalistes et de photographes ont participé à une superbe édition qui nous fera pleurer, mais qui va aussi nous faire aimer encore plus ce pays, son peuple et Fidel.

CONCEPTION ET RÉALISATION

Imprimé en quadrichromie, le volume a une finition de très haute qualité. Ernesto Niebla a été chargé de la responsabilité de mettre entre les mains du lecteur une édition à la conception propre et soignée.

Comment s'est déroulé le travail de sélection des photos et de composition ?

La sélection des photos et la composition sont le résultat d'un travail d'équipe, comme tout le reste dans ce livre, dont les extraordinaires instantanés pris par les photographes et les photoreporters des médias cubains à travers le pays ont constitué la matière première principale.

Il a fallu analyser et traiter une quantité considérable d'images, et dans de nombreux cas, avoir recours à leurs métadonnées pour confirmer leur exactitude dans la chronologie. La base de leur sélection, outre les normes techniques évidentes telles que la focalisation ou le cadrage, a été leur capacité narrative. La possibilité d'apporter de nombreuses informations parallèles liées à l’événement principal qui était la réaction face au décès du commandant en chef.

Quelles techniques de conception et quelles ressources d'impression ont-elles été utilisées ?

Depuis la décision de réaliser ce livre, nous avons envisagé qu’il pourrait être imprimé à Cuba avec les meilleurs standards de qualité. Une façon de rendre hommage à notre commandant en chef, qui a tant fait pour le développement de l’imprimerie dans notre pays. Afin de renforcer ses qualités technologiques, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les imprimeries Durero Caribe S. A. (pour l’impression) et Federico Engels (pour la reliure).

L'ensemble du volume est imprimé en quadrichromie offset, tandis que des procédés graphiques utilisant des vernis et des traits en relief ont été employés sur la couverture, la jaquette et l’étui. Le papier, au grammage approprié, a été choisi pour mettre en évidence l'impression des photographies. Un soin particulier a été apporté à la qualité des zones de plans noirs, abondants dans le livre.

Quelle peut être l’importance de ce livre du fait de sa conception et de son contenu ?

L'important était d’obtenir une mise en page sobre, transparente et digne. Nous avons pu parvenir à ce résultat en travaillant comme une seule personne, depuis la vision initiale du camarade Alberto Alvariño, la compétence de Rosa Miriam et le dévouement de Juan José Valdés. Ce qui rend ce livre nécessaire, c'est le peuple qui l'habite, parce qu'il lui rend son image à un moment unique de son histoire.

Ce n'est pas une image de deuil, mais une authentique tristesse qui, face au fait incontestable de la mort de l'un de ses plus chers enfants, transmet de l’amour et, par ce geste, est porteuse d'espoir. C'est un livre que nous n'aurions jamais voulu faire. Nous l'avons créé à partir de la douleur, mais aussi en tant que peuple. Penser à l'histoire ou à sa transcendance est trop éloigné de la prédication de Fidel. Qu’il soit utile est plus que suffisant.

LE MULTIMEDIA

Rislaidy Pérez Ramos, directeur adjoint de la communication institutionnelle à l'UCI, nous a dévoilé quelques détails sur la réalisation du multimédia.

« Nous l’avons réalisé comme un engagement de toute la communauté universitaire et une façon de rendre un hommage posthume à notre commandant.

« Un groupe d'étudiants et d'enseignants a participé au développement du multimédia. Un peu plus d'une dizaine de personnes ont collaboré aux différents niveaux. Des programmeurs, des concepteurs, des scénaristes, des créateurs de musique, des monteurs et les animateurs vidéo ont tous apporté leur expérience.

« Il a fallu réaliser une étude approfondie du livre, de toutes les images et des nouveaux matériaux qui ont fait partie du produit final. »

Combien de temps a duré sa confection ? Avez-vous utilisé un logiciel spécifique ?

Cela a duré environ un mois, très intense. Nous avons même travaillé la nuit. L'engagement était très grand. Un mois qui a inclus toutes les étapes : conception de l'idée, réalisation du design, le développement en soi et ensuite la révision complète des derniers détails. Pour le développement multimédia, nous avons utilisé la technologie Electron, qui permet de créer des applications multiplateformes d’écriture à partir des langages de programmation JavaScript, HTML et CSS.

Quels nouveaux éléments le multimédia apporte-t-il que le lecteur ne trouve pas dans le livre ?

Le multimédia est enrichi par des éléments propres à ce type de support, dont ne dispose pas le livre. Par exemple, la musique : tout le parcours de navigation sur le multimédia peut être fait en écoutant une bande sonore de fond qui contribue à renforcer les sentiments d’émotion que nous transmet le livre.

Les vidéos apportent également des contenus nouveaux. Tous les matériaux de la presse écrite contribuent à recueillir l'histoire vécue durant ces journées. En général, il est possible d'interagir avec tous les contenus, d'avancer et de reculer, de voyager d’une certaine manière dans le temps et de se transporter jusqu'à ces journées douloureuses, non seulement en images, mais aussi en textes et en audiovisuels.

Le multimédia est divisé en deux menus... Que peut trouver le public dans chacun des deux ?

Le menu principal, sous la forme de ligne de temps, permet d'accéder ou de parcourir l'essentiel des pages du livre qui sont ses photographies. Le menu complémentaire propose un ensemble d'informations qui permet d'approfondir l'essence et le sentiment du livre.

Bien que vous ayez de l'expérience dans ce type de matériaux, dans quelle mesure pensez-vous que ce produit soit nécessaire ?

Le livre et le multimédia sont des matériaux dont l’intérêt est de préserver la mémoire historique d'un moment essentiel de notre pays. Pouvoir apprécier dans ses images les expressions chargées de sentiments et de douleur, et en même temps voir les messages d'unité, d'engagement révolutionnaire et d'espoir pour l'avenir, confirment la signification du leader pour son peuple et la confiance dans la continuité historique de la Révolution cubaine. Cela sera également perçu par les nouvelles générations.