ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photogramme de « Les prophéties de Trump ».

BIEN que la critique ne se soit pas prononcé à son sujet, 1 200 salles de cinéma aux États-Unis ont présenté en première le mois dernier le film « Les Prophéties de Trump », également connu sous le nom de Le Messager de Dieu, produit avec un budget de trois millions de dollars entre les studios ReelWorks et le Département de cinéma de l’Université de Liberty, une institution chrétienne évangélique de la ville de Lynchburg, considérée comme l'université la plus conservatrice des États-Unis.

Cette première aiguise la curiosité car c'est la deuxième fois dans l'histoire qu'un film sort directement d’une université pour le grand écran, surtout si cet événement intervient au lendemain des élections bicamérales qui viennent de se dérouler dans ce pays.

Le film raconte l'histoire d'un miracle qui ne vient pas de l'Évangile – un sujet largement exploité par Hollywood – mais de la vie politique étasunienne : l'ascension à la présidence du magnat Donald Trump, un coureur de jupons invétéré et star de télévision, auquel la grâce divine a confié le soin de remettre les États-Unis sur le chemin du bien et des valeurs morales disparues à cause de la bêtise des mauvais stratèges.

Le choix divin d’un être aussi peu enclin aux grandes missions ne peut être considéré comme un oiseau rare sur le terrain religieux, dans la mesure où certaines personnalités de la théologie chrétienne, qui ont d'abord traversé une vie marquée par la débauche et l'égarement philosophique, ont fini par augmenter la liste des élus. Un bon exemple en est Augustin Hippone, ou Saint Augustin, qui allait devenir le plus grand des Pères de l'Église d’Occident.

Une conversion, celle de Trump – du libertinage et des manipulations de la légalité à une morale politique et sociale qui revendique les racines conservatrices – assumée dans le film à partir d'une histoire vraie qui se serait produite en 2011, lorsque Mark Taylor, pompier retraité d'Orlando, victime de stress post-traumatique qui, devant son poste de télévision, au milieu de ses cauchemars, des monstres diaboliques et des flammes de l’enfer, change de chaîne et tombe sur une interview télévisée de Trump, et, selon les affirmations du pompier, il entend Dieu lui murmurer à l’oreille : « Tu entends la voix du prochain président ».

Un moment magique autour duquel Mark Taylor avait fait un grand battage publicitaire à l’époque (il avait fait l’objet de plaisanteries dans les médias) et qu'il a décrit dans un livre en 2017, dont s’inspire le film : « L'Esprit de Dieu me disait : J'ai choisi cet homme, Donald Trump, pour une époque comme celle-ci. Parce que Benjamin Netanyahu est à Israël ce que cet homme sera aux États-Unis ! J’utiliserai cet homme pour apporter de l'honneur, du respect et restaurer l'Amérique. L’Amérique sera respectée à nouveau comme la nation la plus puissante et prospère de la Terre. Le dollar sera plus fort qu’il ne l’a jamais été dans l'histoire des États-Unis, et sera à nouveau la monnaie avec laquelle tous les autres sont jugés. »

Même si le pompier se référait à la campagne présidentielle de Trump en vue d'une élection finalement remportée par Barack Obama, le thème de l’« élu » a été repris dans le film, comme une évocation d'autres affirmations similaires fondées sur la volonté divine, telles que celles du célèbre évangéliste conservateur Franklin Graham, selon lesquelles la présidence de Trump serait le fruit de la main divine.

Le pompier Taylor n'a cessé de faire des prophéties comme celle selon laquelle Obama serait jugé pour trahison, et le Parti républicain gagnerait largement les élections qui viennent d'avoir lieu avec un résultat différent de celui de sa prédiction.

Rick Eldridge, directeur exécutif de ReelWorks et producteur, a déclaré à The Guardian que le film s'adressait à « un public conservateur, à une communauté religieuse, mais tout Étasunien qui aime son pays devrait apprécier le film et se sentir inspiré par lui ».

Cependant, une partie des étudiants de l’institution ont publié une déclaration dans laquelle ils affirment avoir été contraints de coopérer avec un film qu'ils ne soutiennent pas, car il manipule la Bible et exalte un président avec lequel ils sont en désaccord.

« Nous ne voulons pas que ce titre apparaisse dans notre curriculum vitae », ont-ils signalé.

Quant aux recettes du film, il n'y a pas de nouvelles, ce qui laisse prédire que Les prophéties de Trump, ou l'Envoyé de Dieu, ne figurera pas parmi les films les plus vus de l'année.