ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
D'un côté la Casa, avec en arrière-plan, le Malecon de La Havane, devant des centaines de ses admirateurs et sous une pluie battante, Silvio a chanté pour tous et pour les 60 ans d'une institution qui l’a accueilli depuis le début. Photo: Dunia Alvarez

EN cette année du 60e anniversaire de la Casa de las Americas, les célébrations se sont portées sur le sauvetage de son patrimoine historique et de son « canon d’avenir », comme le disait le poète et trovador Silvio Rodriguez dans son impressionnante chanson El elegido.

L'écrivaine étasunienne Margaret Randall, proche de l'institution depuis sa fondation, affirme, et on se doit d’y souscrire : « Il est difficile d’évaluer l'œuvre de la Casa de las Américas durant ses six décennies de travail ininterrompu, sans tomber dans des superlatifs qui n’ont jamais la signification que l'on voudrait transmettre. »

La belle histoire de la Casa doit beaucoup à l'intelligence de sa créatrice, Haydée Santamaria, qui a marqué chacune des tâches de l'institution, et dans la continuité de son actuel président, le poète et essayiste Roberto Fernandez Retamar.

Parmi les multiples actions qui auront lieu tout au long de 2019, celles provenant des arts plastiques sont révélatrices. Tout d'abord, l'affiche qui annonce l'anniversaire.

Conçue par Pepe Menéndez, elle fait sans aucun nul doute référence à une tradition qui a porté la signature de maîtres tels que Raul Martinez, Umberto Peña, Félix Beltran, Alfredo Rostgaard, et annonce une rénovation, avec une image attractive, au fort impact communicationnel.

Menéndez, directeur depuis 1999 du bureau de design de la Casa et qui vient de recevoir le Prix Muñoz Bachs de l'Union des écrivains et artistes cubains (Uneac), a fusionné cette tradition et réalisé une image contemporaine qui, par la forme et la couleur, actualise les codes précédemment utilisés dans un dialogue avec notre époque.

Dès 1961, fut créé le Département des Arts plastiques, chargé de la conservation d'expositions exceptionnelles de créateurs latino-américains et caribéens. Elles font partie aujourd'hui la Collection d’art de Notre Amérique Haydée Santamaria, un patrimoine visuel composé de plus de 10 000 œuvres.

Dans la Galerie latino-américaine de la Casa, des œuvres de cette précieuse collection sont présentées dans le cadre de la 13e Biennale de La Havane, réunies dans l'exposition En serie.

Nahela Hechavarria, commissaire de l'exposition, a déclaré pour notre publication : « Nous essayons de jouer avec le titre. Deux lignes, œuvres sur le même thème ou d’autres œuvres sérialisées, gravures en général, sérigraphies, photographies, sculptures en série limitée et aussi installations. »

Près de 40 œuvres de 22 artistes de onze pays y sont exposées. « Chaque œuvre et chaque artiste a une relation très large avec les 60 ans de la Casa. »

En hommage à l'histoire, la Casa a été fondée officiellement le 28 avril 1959 et inaugurée le 4 juillet dans le bâtiment qu'elle occupe depuis lors à l’angle des rues G et 3e dans le quartier du Vedado à La Havane.

Dans le cadre des célébrations et en mémoire de la chanson à texte que la Casa a toujours accueillie, Silvio Rodriguez a offert son 101e concert de sa Tournée dans les quartiers de La Havane, qui célébrera en novembre prochain son 500e anniversaire.

Une fois de plus, Silvio fut aux côtés de la Casa. Il le fut pour Casa Viva à l’occasion de ses 40 ans, et on se souvient encore du concert Con sus mismas manos pour les 55 ans de cette institution.

Prévu pour le 26 avril, Silvio a donné son concert devant plusieurs centaines de spectateurs et sous une pluie battante qui, par sa fureur, laissait présager les très cubaines « averses de mai ».

La culture cubaine était naturellement bien représentée, avec le maestro Leo Brouwer, qui fête ses 80 ans, le poète Miguel Barnet et le ministre de la Culture, Alpidio Alonso.

Parmi le public, on a pu apercevoir, inébranlable sous la pluie torrentielle, le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, et le ministre des Relations extérieures Bruno Rodriguez, accompagnés de leur épouse, et le membre du Comité central et Premier secrétaire du Parti à la Havane, Luis Antonio Torres Iribar.

« Soirée inoubliable, concert pour l'avenir, hommage de Silvio à Casa de las Américas et à Haydée. Sous la pluie et parmi les chansons tant aimées, nous nous sommes sentis heureux, comblés, propres, enchantés et reconnaissants. Merci Silvio », devait écrire le président sur son compte twitter après le concert.

Il ne pouvait en être autrement. Silvio a commencé le concert pour la Casa avec Cancion del elegido (Le chant de l’élu) qu'il a composé pour Abel Santamaria et où il précise : « Je ne vais pas vous parler d'un homme ordinaire » et il a conclu, sous les trombes d’eau et sous les bis du public conquis avec Ojala, ce classique monumental que le poète a offert à sa génération.

En cette journée mémorable, le général d'armée Raul Castro Ruz n'a pas manqué d’adresser ses félicitations : « À l'occasion du 60e anniversaire de cette prestigieuse institution culturelle, fondée par l'inoubliable héroïne de la Moncada, Haydée Santamaría, je transmets un salut fraternel à chacun des compagnons qui perpétuent chaque jour les idéaux qui inspirèrent la naissance de la Casa. »

Diaz-Canel s'est également joint à ces vœux à la Casa de las Américas, à laquelle il a exprimé ses félicitations et sa gratitude « pour son empressement constant à défendre l'œuvre de la Révolution cubaine et sa contribution pendant ses premières années – lorsque les gouvernements d'Amérique latine, à l'exception du Mexique, avaient rompu les relations diplomatiques avec notre pays – afin que les liens culturels avec le reste du continent ne disparaissent pas ».