ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Dans la catégorie des 81 kg, le Cubain Julio César la Cruz (gauche) est le seul boxeur en activité auréolé d’un statut de quadruple champion du monde. Photo: AIBA

PRÈS de quatre mois nous séparent de la fin de 2017, et nos représentants ont rendu ses lettres de noblesse à la boxe cubaine, candidate à être déclarée comme la meilleure discipline sportive de l’année.

En effet, la prestation des boxeurs nous a valu de terminer en tête du classement par pays, le 2 septembre, de la 19e édition du Championnat du monde de boxe qui s’est déroulé à Hambourg, en Allemagne. Le groupe conduit par l’entraîneur en chef Rolando Acebal a conservé son titre obtenu il y a deux ans au Qatar, un trophée qui était absent de ses vitrines depuis le rendez-vous de Mianyang, en Chine, en 2005.

L’armada cubaine avait débarqué en Allemagne avec pour objectif d’assurer la première place. Les pronostics : trois médailles d’or, une d’argent et deux de bronze. Cependant, les performances de nos représentants ont dépassé les attentes du prestigieux staff d’entraîneurs cubains. L’équipe a fait mieux en décrochant sept médailles : cinq d’or et deux d’argent.

Ce résultat est venu confirmer la qualité des boxeurs cubains, qui continuent de dominer les compétitions organisées par l’Associations internationale de boxe (AIBA). Ces championnats du monde de Hambourg n’ont pas fait exception, où plusieurs d’entre eux ont signé la plus belle prestation de leur vie. Ce sont les cas, pour ne citer que deux exemples, d’Andy Cruz (64 kilogrammes) et d’Erislandy Savon (91 kg).

Originaire de Matanzas, Cruz est devenu, en moins d’un an, un boxeur difficile à battre, à Cuba comme à l’étranger. Réputé pour sa technique épurée, sa régularité et sa puissance de frappe, il excelle dans le combat à toutes les distances. Pour sa part, Erislandy Savon a franchi le pas que lui réclamaient les supporters de l’Île. Sur le ring du SportHalle de Hambourg, il a progressivement et inexorablement imposé sa boxe jusqu’à s’imposer en finale au favori russe Evgeny Tishchenko. Originaire de Guantanamo, Savon a tenu en échec son adversaire grâce à son sang-froid et sa droite efficace face au champion olympique de Rio 2016.

Les Championnats du monde de Hambourg ont réuni une bonne partie des meilleurs boxeurs de l’AIBA en une année post-olympique où, en général, certaines grandes figures en profitent pour faire une pause ou pour préparer leur passage à la boxe professionnelle. Cependant, à cette occasion la quasi-totalité des catégories ont présenté les meilleurs représentants de la planète, des champions du monde et olympiques, qui ont assuré la qualité et la combativité des équipes, notamment en finale où il n’y a quasiment pas eu de surprises.

Un autre détail, c’est que cette première place au classement général par pays intervient après la deuxième place remportée par notre franchise des Domadores de Cuba il y a deux mois à la 7e Série mondiale de boxe (WSB), un résultat qui, loin de constituer un échec, confirme la bonne santé de la boxe cubaine.

Félicitations aux entraîneurs de la présélection cubaine de boxe, ces héros anonymes qui souffrent à chaque défaite de leurs pupilles et s’appliquent à corriger chaque détail en vue d’une nouvelle compétition.

À présent l’équipe cubaine va profiter de quelques jours de repos avant de reprendre les entraînements pour préparer le Championnat national Playa Giron, au mois de décembre, et ensuite la 8e édition de la WSB, en une année 2018 qui aura pour principale échéance les Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes, où le « vaisseau amiral » de la délégation sportive cubaine se fixera des défis encore plus ambitieux.