ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

UN peu plus de deux mois avant la fin du cycle de qualifications pour les Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes de Barranquilla, en Colombie, Cuba a déjà assuré la présence de 431 sportifs à cette compétition régionale, qui se

déroulera du 19 juillet au 3 août.

La délégation sportive cubaine a encore grossi ses rangs après l’obtention, par les boxeurs, de huit places au tournoi de qualification qui s’est déroulé dans la ville mexicaine de Tijuana, où le mini-mouche Johannys Argilagos a fait défection et Yosvany Veitia est sorti de la liste pour cause de maladie à la dernière minute.

Ainsi, Cuba ne pourra pas récupérer ces places perdues, les épreuves de qualification étant terminées pour la boxe, si bien que ce sport phare ne pourra pas aspirer à égaler les performances enregistrées lors de la dernière édition de Veracruz 2014, où nos représentants avaient glané neuf titres.

Toutefois, les autorités sportives cubaines ont toujours la ferme ambition de conserver la première place par pays à Barranquilla, où elles peuvent également étendre à 11 leur nombre de participations aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, une série qui a démarré il y a 48 ans au Panama en 1970.

Pour atteindre cet objectif, la contribution des sports de combat sera vitale, parmi lesquels le judo et le taekwondo, qui ont déjà assuré leur présence avec des équipes complètes, auxquelles il faut ajouter la lutte et le karaté. En outre, l'athlétisme, les disciplines nautiques (aviron et canoë-kayak), le tir sportif, la gymnastique artistique et les sports collectifs devront être parfaitement performants dans la poursuite de cet objectif commun.

Notre délégation devra relever un défi majeur, car elle ne participera pas à 91 des 470 épreuves prévues, notamment la boxe féminine, certaines catégories de l'haltérophilie, la modalité de poomsae au taekwondo et cinq spécialités de tir sportif, sans oublier le bowling, le saut à cheval, le ski nautique, le golf, le rugby à 7 et le squash, des disciplines qui ne figurent pas dans le système cubain du sport de haut niveau.

LA NÉCESSITÉ D’ÊTRE PERFORMANTS

Une analyse des sportifs qualifiés de la délégation cubaine en route pour Barranquilla nous révèle un détail intéressant : 46,8% (202) des 431 athlètes assurés participeront à des disciplines collectives, de sorte que près de la moitié de la délégation devra s’efforcer de contribuer à une moisson d’au moins 16 titres.

Ces possibilités sont réparties en quatre possibilités en volley-ball (en salle et beach-volley chez les deux sexes), trois en basket-ball (masculin, féminin et 3x3), une en baseball et deux en handball, hockey sur gazon, water-polo et softball. Mais toutes ces médailles ne sont pas « dans la poche ».

Par exemple, le baseball aura une épreuve très dure à surmonter dans un tous contre tous avec une marge d'erreur minimale, tandis que le basket masculin (hors du podium depuis Ponce 1993), le water-polo (une décennie sans titres), le softball et le volley-ball (aucun titre depuis Maracaibo 1998) seront également confrontés à un scénario extrêmement exigeant.

Et pour plus de complication, Cuba n'est actuellement pas très forte dans les disciplines grosses pourvoyeuses de médailles comme la natation, le patinage de vitesse, le plongeon, la nage synchronisée ou l'escrime, qui devraient être dominés par les Mexicains, les Colombiens et les Vénézuéliens, des délégations plus nombreuses que la nôtre et, par conséquent, des rivaux directs dans la lice générale.

Ces circonstances mettront beaucoup de pression sur les disciplines individuelles, en particulier celles où l'on s'attend à une bataille directe avec les Mexicains ou les Colombiens. Par exemple, toutes les médailles remportées dans les poids et haltères, où les Colombiens sont très forts, auront une double valeur, tout comme celles de la gymnastique artistique, du cyclisme et de la lutte, ainsi que celles du taekwondo, un sport dominé par les Mexicains.

LE NOMBRE DE SPORTIFS DE NOTRE DÉLÉGATION…

Cuba a déjà assuré les billets du gros de sa délégation, mais il reste encore quelques options. En plus de la lutte, du karaté et du squash, qui vivront leurs épreuves de qualification à la fin mars, la nage synchronisée et le plongeon auront la possibilité de briguer des places à l'édition 2018 du CCCAN, tandis que la natation et l'athlétisme pourront augmenter leurs effectifs à la fin de leur classement respectif.

Une fois toutes ces épreuves achevées, on présume que la délégation cubaine dépassera les 500 sportifs, un chiffre inférieur à ceux de la Colombie et du Mexique, le premier avec plus de 700 représentants garantis et le second avec déjà près de 600 athlètes.

Les disciplines où Cuba a obtenu ses qualifications sont les suivantes: Eau libre (4 sportifs), water-polo (26), badminton (8), basket-ball (24), basket-ball 3x3 (4), handball (30), baseball (24), boxe (8), canoë (15), cyclisme (23), équitation (2), escrime (18), gymnastique artistique (10), gymnastique rythmique (8), tremplin (2), hockey (32), judo (16), poids (12), patinage (6), pentathlon moderne (4), aviron (20), softball (30), taekwondo (16), tennis (4), tennis de table (8), tir à l'arc (6), tir sportif (21), triathlon (6), voile (12), volley-ball (28) et beach-volley (4).

FOTO:-232530: Roniel Iglesias (à droite) tentera de conserver son titre de champion d'Amérique centrale et des Caraïbes, obtenu dans la ville mexicaine de Veracruz en 2014.