ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Les entraînements s’intensifient à l’École nationale de haut rendement. Photo : Miguel Manuel Lazo

ON affirme que c’est en 1955, après l’occupation japonaise de la Corée, que le nom de « taekwondo » a été proposé pour désigner une discipline issue d’une synthèse de plusieurs écoles d’arts martiaux coréennes qui enseignaient le karaté.

Le 9 octobre 1963, un événement officiel dans cette discipline eut lieu pour la première fois lors de la 44e Rencontre athlétique nationale de ce pays d’Asie.

Ce n'est qu'en août 1986 que les premiers pas dans cet art martial sont faits à Cuba. À cette époque, le soutien et l'approbation de la Fédération cubaine de karaté-do, dirigée par José Ramon Balaguer, jouèrent un rôle décisif.

Grâce à une invitation, Cuba signa sa première participation internationale aux Jeux panaméricains d'Indianapolis, en 1987.

Depuis l’inclusion du taekwondo dans les événements multisports, c'est l'une des disciplines ayant rapporté le plus de médailles aux délégations cubaines. Aux Jeux panaméricains, elle a fait son entrée pour la première fois dans le programme à Indianapolis 87, et depuis, Cuba a remporté 41 médailles, (16 d'or, 10 d'argent et 15 de bronze), uniquement devancée par le Mexique (17-10-14).

Aux Jeux Olympiques, le taekwondo cubain a décroché un total de cinq médailles (1-2-2), occupant la onzième place historique au classement général par pays. Sport de démonstration en 1988 et 1992, le taekwondo apparaît au programme officiel des Jeux olympiques d'été de 2000 organisés à Sydney, en Australie. En ce qui concerne Cuba, elle s’est toujours adjugé au moins un titre, à l’exception de Rio de Janeiro 2016.

PUEBLA 2013, LA MEILLEURE PRESTATION CUBAINE

Le parcours de notre pays en championnats du monde nous a réservé des surprises agréables à plusieurs éditions. Cuba occupe le 14e rang parmi plus de 65 pays ayant obtenu au moins une médaille à ces compétitions. Le 21e Championnat du monde de taekwondo tenu à Puebla, Mexique, du 14 au 21 juillet 2013, mérite un traitement à part.

Les Cubains y ont terminé deuxièmes avec cinq médailles (2-0-3). Glenhis Hernandez et Rafael Alba ont été sacrés champions, tandis que Robelis Despaigne, Yania Aguirre et Yamisel Nunez ont remporté des médailles de bronze. Seule la Corée du Sud (6-3-1) a terminé devant le Grande Île des Antilles sur le sol mexicain.

EN VUE DE LIMA 2019

2019 est une année qui s’annonce remplie de défis pour cette discipline, si l’on sait que la délégation cubaine fera le voyage à Lima avec l’ambition de rapporter plusieurs médailles d’or à ces Jeux Panaméricains.

Mais au préalable, nos taekwondokas ont prévu de participer au Championnat du monde, qui se déroulera du 15 au 19 mai à Manchester, en Grande-Bretagne, où José Angel Cobas (80 kg) et Rafael Alba (plus de 80 kg), nos plus grandes chances de médailles olympiques à Tokyo 2020, entreront en lice avec l’espoir d’aller le plus loin possible.

Pour en savoir plus sur la préparation en vue de ce rendez-vous, Granma international s'est rendu à l'École nationale d'entraînement des sportifs de haut niveau « Giraldo Cordova Cardin », dans La Havane de l’Est.

« Nous avons les yeux rivés sur les éliminatoires des Jeux panaméricains, prévues dans le courant du mois en République dominicaine. Nous y participerons avec nos meilleurs afin de grignoter des points pour assurer une bonne place dans le calendrier de Lima », a déclaré Pedro Caraballo Elizalde, entraîneur en chef de l'équipe masculine.

« Nous serons objectifs en ce qui concerne les prévisions, car nous envisageons d’évoluer dans quatre catégories aussi bien aux Jeux panaméricains qu’aux championnats du monde. Nous concentrons les ressources dont nous disposons sur les sportifs ayant le plus de chances de médailles », a-t-il ajouté.

« Nous avons déjà adapté notre préparation à l'évolution constante des règles de la compétition. À présent, nous nous entraînons dans un octogone, avec une bande de 15 centimètres qui délimite la surface de combat de la zone de passivité, mais nous ignorons toujours quelles seront les modifications par rapport à l'arbitrage. Nous estimons qu'aux Jeux panaméricains, nous pouvons obtenir deux médailles d'or chez les garçons et deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze chez les filles », a-t-il précisé.

GLENHIS TRÈS MOTIVÉE

« Je me sens très motivée et plein d’enthousiasme. Je m’astreins à un entraînement dur et progressif, car je vais me battre pour ramener la médaille d'or pour mon pays. Nous n’avons pas eu l’occasion de nous frotter à des concurrents d’envergure internationale, il est donc difficile de faire des prévisions pour les prochains Jeux panaméricains. Mais nous travaillons avec ardeur pour aller décrocher le nombre de médailles d’or que nous nous sommes fixés aux Jeux panaméricains », a déclaré Glenhis Hernandez, championne du monde en 2013.

José Angel Cobas, champion panaméricain de Toronto 2015, a lui aussi momentanément interrompu son entraînement pour répondre à la presse. « Je viens tout juste de reprendre l’entraînement après une blessure, et je tiens tout d’abord à remercier l'équipe médicale qui m'a aidé dans mon rétablissement. Je suis très concentré sur ma préparation, car je sais que les entraîneurs et les gens attendent de nous une bonne performance à Lima. Je sais que c’est un objectif difficile, mais je vais mettre tout en œuvre pour l’atteindre. »

« La préparation est intense, et nous sommes sur le point d'avoir les conditions matérielles idéales, car le gymnase où nous nous entraînons, actuellement en cours de réparation, sera bientôt prêt. Nous sommes sur le point de recevoir un nouveau matériel, dont des protections électroniques. Le manque de ces équipements nous a durement pénalisés, car en taekwondo, le matériel nécessaire à la pratique quotidienne doit être le même celui utilisé lors de la compétition. Aujourd’hui, les taekwondokas portent des protections connectées haute technologies, alors que nous en sommes encore à la technologie traditionnelle », a-t-il signalé.

M. Cobas s'est félicité des travaux de réparation et de rénovation en cours à l’École d'entraînement des sportifs de haut niveau « Giraldo Cordova Cardin ». « Nous sommes très reconnaissants, car les conditions de vie du Centre se sont beaucoup améliorées ; nous avons un accès Internet, la nourriture est excellente et nous sommes trois à quatre collègues par chambre, nous avons la climatisation et autres conforts », a-t-il dit, visiblement satisfait.

La performance des sports de combat sera donc très importante pour atteindre le principal objectif principal que la délégation cubaine s’est fixée cette année (faire mieux qu’à Toronto 2015).