ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Le général d’armée Raul Castro et le vice-président indien Mohammad Hamid Ansari ont réitéré leur volonté de continuer d’œuvrer au développement des relations bilatérales. Photo: Estudio Revolución

ISLA MARGARITA, Venezuela.— Parallèlement aux sessions de travail du 17e Sommet du Mouvement des pays non alignés, le général d’armée Raul Castro, président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, a mené plusieurs entretiens bilatéraux au cours desquels il était accompagné par le ministre des Relations extérieures, Bruno Rodriguez Parrilla.

Ces rencontres ont confirmé une nouvelle fois l’excellent état des relations entre notre pays et les État membres du MNA, ainsi que la coïncidence de vues sur les sujets abordés à ce Sommet, notamment sur la nécessité de renforcer les non-alignés sur la scène internationale.

Le Sommet a également félicité le Venezuela pour l’organisation de la rencontre et lui a souhaité ses meilleurs vœux de réussite à la tête du mouvement pendant les trois prochaines années.

Par ailleurs, les participants ont adressé leurs salutations affectueuses au commandant en chef Fidel Castro, dont ils ont salué la contribution au travail du Mouvement.

Durant la journée du dimanche, le général d’armée Raul Castro s’est entretenu avec le vice-président indien Mohammad Hamid Ansari, qui était accompagné par M.I. Askar, vice-ministre d’État chargé des Relations extérieures, entre autres membres de cette délégation.

Le président Raul Castro et le camarade Kim Yong Nam ont souligné les relations historiques fraternelles nouées pendant plus de 50 ans entre Cuba et la République populaire démocratique de Corée. Photo: Estudio Revolución

Ansari a évoqué avec satisfaction sa visite à Cuba, en octobre 2013, et il a réitéré la volonté de son pays de continuer d’œuvrer au développement des relations bilatérales, une proposition saluée par Raul, qui a souligné le rôle joué par l’Inde au sein du Mouvement depuis sa création.

Le président du Conseil d’État et du Conseil des ministres a également rencontré le camarade Kim Yong Nam, président du Praesidium de l’Assemblée populaire suprême et membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti du travail de la République populaire démocratique de Corée, qui était accompagné par le ministre des Affaires étrangères Ri Yong Ho.

Au cours de leur entretien, les deux parties ont souligné les relations historiques fraternelles nouées pendant plus de 50 ans entre nos deux pays.

Raul a également rencontré M. Mahmoud Abbas, président de l’État de Palestine et de l’Autorité nationale palestinienne, qui s’est félicité du soutien accordé par le Sommet à son pays.

Raul a réitéré la solidarité la plus totale de Cuba avec la cause palestinienne, rappelant que le peuple de ce pays est toujours victime de l’occupation et de la violence d’Israël, qui continue de s’opposer à la création d’un État palestinien viable et indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale.

L’entretien s’est déroulé en présence de Ziad Abuamer, vice-premier ministre de l’État palestinien, et de Riad Al Maliki, ministre des Affaires étrangères.

Raul et le président Mahmoud Abbas se sont félicités du soutien du Mouvement des non-alignés à la cause du peuple palestinien. Photo: Estudio Revolución

Pour sa part, le président cubain a exprimé sa gratitude à ses interlocuteurs pour leur soutien, tant au Sommet que sur d’autres tribunes internationales, à la cause cubaine en faveur de la levée du blocus économique, commercial et financier exercé par les États-Unis contre Cuba pendant plus de 50 ans.

Plus d’une centaine d’intervenants se sont succédés au Salon du Centre des Conventions « Hugo Chavez », où les représentants des pays membres ont adopté le Document final et la Déclaration de Margarita.

CUBA AU SOMMET

Au cours de la dernière journée, de nombreuses interventions ont mis en exergue le rôle de Cuba, et les pays présents à l’Île Margarita ont ratifié leur solidarité avec l’Île en condamnant une nouvelle fois le blocus injuste exercé contre notre pays.

L’État d’Érythrée a réaffirmé sa solidarité avec le peuple et le gouvernement cubains et d’autres peuples victimes de sanctions unilatérales et de sabotages économiques.

Pour sa part, la République de Guinée-Bissau a exigé la levée du blocus, tandis que le Timor-Leste a souligné qu’il est impossible de ne pas reconnaître les effets négatifs du blocus imposé à Cuba. Cette position a été aussi défendue par la Syrie, les Philippines, Belize, la République démocratique populaire lao et le Cambodge.