ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Le président de République dominicaine a qu’une minute de silence soit observée en hommage au commandant en chef Fidel Castro. Photo: Estudio Revolución

BAVARO, République dominicaine.— La Communauté des États d’Amérique latine et de la Caraïbe a ouvert son 5e Sommet par un hommage et une minute de silence en l’honneur du leader historique de la Révolution cubaine Fidel Castro, « qui fut le précurseur de la CELAC et un ferme partisan d’une Amérique latine unie sur la voie du progrès ».

Tels ont été les propos du président de la République dominicaine, Danilo Medina, à la cérémonie d’ouverture du segment de haut niveau des chefs d’État et de gouvernement, à laquelle assistait le général d’armée Raul Castro Ruz, président du Conseil d’État et du Conseil des ministres.

« La CELAC a une grande responsabilité, celle de toujours veiller aux intérêts de nos peuples », a déclaré le président dominicain. « L’heure n’est pas à l’isolement ni au retour en arrière. Bien au contraire, nous nous devons d’approfondir nos liens pour aller de l’avant. Nous sommes face à l’urgence de trouver des solutions latino-américaines et caribéennes aux problèmes latino-américains et caribéens », a-t-il ajouté.

Le chef d’État a également évoqué le Héros national cubain José Marti, une figure indispensable lorsque l’on parle de Notre Amérique. « Les peuples que ne se connaissent pas doivent se hâter de faire connaissance, comme des futurs compagnons de combat », a-t-il dit en citant l’Illustre cubain.

« Nous allons donc faire connaissance, nous unir et lutter ensemble, fiers de nos pères fondateurs ; nous allons lutter pour cette Grande Patrie dont rêvaient nos ancêtres et que méritent nos enfants », a souligné le président Danilo Medina.

CONTINUER D’ŒUVRER EN FAVEUR DE LA CONCERTATION POLITIQUE

Le général d’armée Raul Castro a été le premier président à arriver, le 24 janvier, à l’aéroport international de Punta Cana, pour assister au 5e Sommet de la Celac qui se déroule jusqu’au 25 janvier au Centre des Conventions Barcelo Bavaro.

Devant les médias réunis pour l’occasion, Raul a adressé ses salutations au peuple dominicain, après avoir été accueilli par Hugo Rivera Fernandez, vice-ministre des Affaires étrangères, qui s’est réjoui de la visite du président cubain. « Cette visite contribue au renforcement des liens historiques et d’amitié entre tous nos pays latino-américains et caribéens », a-t-il dit.

Photo: Estudio Revolución

« Nous accordons une grande importance à votre participation à cette réunion de la CELAC, qui regroupe tous les peuples unis de l’Amérique latine et de la Caraïbe. La CELAC est une unité de dialogue entre nos peuples », a déclaré Rivera Fernandez à la presse cubaine.

La délégation cubaine était formée en outre par le ministre des Relations extérieures, Bruno Rodriguez Parrilla, ses vice-ministres Abelardo Moreno et Rogelio Sierra, et par notre ambassadeur en République dominicaine, Carlos de la Nuez.

Cuba assiste à ce Sommet avec la conviction qu’il constitue une nouvelle occasion pour continuer d’œuvrer en faveur de la concertation politique, l’unité et l’intégration latino-américaine et caribéenne dans l’intérêt de nos peuples.

La journée du 24 janvier a également été marquée par la tenue de la réunion des chefs de diplomatie, inaugurée par Miguel Vargas, ministre dominicain des Affaires étrangères, qui a exprimé sa gratitude pour le précieux soutien accordé à son pays par les États membres durant sa présidence tournante.

« Nous avons franchi un nouveau pas dans la consolidation de la CELAC en tant que voix de notre région, en tant qu’interlocuteur par excellence de l’Amérique latine et de la Caraïbe face aux plus importants acteurs de la communauté internationale », a affirmé le chef de la diplomatie dominicaine.

La dernière journée sera consacrée aux interventions des chefs de délégations, qui ont adopté la Déclaration finale, le Plan d’action de la CELAC pour 2017, ainsi que les déclarations spéciales, axées sur des sujets d’intérêt commun pour nos peuples. Finalement, les participants assisteront au passage de témoin de la présidence tournante de la République dominicaine au Salvador.

CONSOLIDER LA VOIE DU PROGRÈS

Le président de République dominicaine, Danilo Medina, a souligné le 24 janvier que l’Amérique latine et la Caraïbe doivent mettre tous leurs efforts à empêcher un retour au passé, et il a appelé à consolider la voie vers un progrès avec équité, dans son discours d’ouverture du 5e Sommet de la CELAC.

Dans son allocution, Medina a mis en garde contre le protectionnisme commercial, un phénomène qu’il a considéré comme l’un des défis à relever par la CELAC.

Plus loin, il a signalé que la Communauté des États d’Amérique latine et de la Caraïbe (CELAC), fondée en 2011, se doit de préserver les bontés d’un monde interconnecté, ainsi que les acquis en matière sociale, face aux discours protectionnistes en provenance de certaines puissances internationales.

« Il est temps de resserrer nos liens pour continuer d’aller de l’avant », a-t-il dit, avant de donner un aperçu du panorama économique mondial et de son incidence sur les peuples latino-américains et caribéens.

« La CELAC a été conçue comme un espace de concertation et, dans ce contexte, notre objectif doit être de construire un vaste espace régional de coopération », a-t-il assuré.

« Il est temps de trouver des solutions latino-américains et caribéennes aux problèmes latino-américains et caribéens. La CELAC est un espace optimal et peut constituer une réponse face à nombreuses difficultés qui se posent à nous aujourd’hui », a-t-il souligné.

Medina, dont le pays occupait la présidence tournante, a rappelé que les 33 pays qui composent la CELAC « ont le potentiel suffisant pour naviguer en ces temps de difficultés ».

« Face à ces défis, la CELAC a une grande responsabilité : celle de toujours veiller aux intérêts de nos peuples », a dit le président, avant d’ajouter que « notre objectif est de générer un vaste espace culturel, d’échanges commerciaux et de coopération ».

Medina a conclu son intervention en soulignant que « nous allons lutter avec le talent de nos gens, l’abondance de notre terre et la fierté de nos pères fondateurs ».

Au cours de cette journée, les chefs de diplomatie de la Communauté se sont réunis pour débattre les documents à soumettre aux chefs d’États et de gouvernement.

Le 21 janvier, les coordinateurs nationaux avaient procédé à l’examen d’une déclaration politique et de 20 autres déclarations spéciales axées sur plusieurs sujets, dont le rejet du blocus économique, commercial et financier exercé par les États-Unis contre Cuba.

D’autres questions examinées étaient liées notamment à l’intégration régionale, politique, économique, sociale et culturelle, au développement durable et à la coopération technique.

La CELAC, organisation qui regroupe toutes les nations du continent américain, à l’exception des États-Unis et du Canada, a tenu sa première réunion présidentielle au Chili en 2013, la deuxième à Cuba en 2014, la troisième au Costa Rica en 2015 et la quatrième en Équateur en 2016. (Rédaction internationale).