ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
L’Indonésie est à l’heure actuelle la plus importante économie du Sud-Est asiatique et l’une des plus prospères d’Asie. Mais ce pays de plus de 260 millions d’habitants aspire à beaucoup mieux. Photo: Reuters

D’ICI 2045, à l’occasion du centenaire de son indépendance, l’Indonésie aspire à devenir la quatrième puissance économique mondiale. Cet objectif, présenté avec optimisme par le président Joko Widodo, cherche à conforter l’intérêt croissant suscité par le potentiel de ce pays.

Après la proclamation de son indépendance des Pays-Bas en 1945, ce pays a entamé une transition qui l’a amené à devenir la principale économie du Sud-Est asiatique et l’une des plus importantes d’Asie, si bien que nombreux sont les spécialistes qui augurent une consolidation de son positionnement dans l’environnement financier mondial.

Considérée comme l’une des nations émergentes et en développement, l’Indonésie a construit son avenir sur des bases solides ces dernières années, marquées par une croissance soutenue, des taux d’inflation raisonnables et une dette extérieure réduite.

Cependant, il faut dire que cet objectif ne laisse personne indifférent, et beaucoup se demandent comment cet archipel de plus de 17 000 Îles et regroupant la plus grande population musulmane de la planète entend se tailler une place aussi importante et relever de défis aussi complexes que la réduction de la pauvreté et des inégalités, la lutte contre les effets pervers de la bureaucratie, la corruption, ainsi que la diversification économique.

Selon les études réalisées par les ministères de la Coordination des affaires économiques et des finances, et du Comité du Plan de développement national, vers le milieu du siècle l’Indonésie comptera plus de 300 millions d’habitants, la croissance économique sera de 6%, le Produit intérieur brut (PIB) atteindra les 9 000 milliards, et le revenu par habitant sera de 29 000 dollars.

COMMENT PLANIFIER LE PROGRÈS

Sa capacité de résistance aux retombées de la crise financière mondiale, qui par contre a durement frappé ses voisins du Sud-Est asiatique est, de l’avis des spécialistes, l’un des principaux mérites de l’Indonésie.

Sa dépendance relativement faible aux exportations, ainsi que l’impulsion donnée à la consommation interne et aux investissements sont apparues comme des formules efficaces que ce pays souhaite préserver.

Trois phases de développement, chacune échelonnée sur une durée de 10 ans, ont été conçues par l’actuel gouvernement pour matérialiser sa vision de progrès à l’horizon 2045.

L’accroissement des possibilités d’investissements, notamment dans les infrastructures, est considéré comme un élément important du processus d’expansion enregistré par l’Indonésie.

La prise de fonctions de Joko Widodo à la fin de 2014 à la tête du gouvernement a été accompagnée de l’entrée en vigueur d’un ambitieux programme d’infrastructures, dans le but de faire face au déficit actuel, comme l’une de ses priorités.

L’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé au monde avec 260 millions d’habitants, et il n’est donc pas étonnant que sa population soit appelée à s’affirmer comme l’un de ses moteurs économiques.

Selon les prévisions, entre 2030 et 2035, la population active sera estimée à 52%, ce qui est connu comme « phase de population dorée ». Dans cette conjoncture, les Indonésiens espèrent développement les industries manufacturières et de fabrication de biens, tant pour la consommation nationale que pour l’exportation.

Dans la troisième phase, les projets seront axés sur le développement du secteur des services, notamment du tourisme, une composante importante et peut-être la plus connue de l’économie de ce pays.

L’Indonésie possède bien d’autres atouts à faire valoir pour garantir son progrès, notamment d’importantes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que des gisements de charbon, de cuivre, de zinc et de bauxite, des secteurs essentiels pour atteindre ses objectifs.