ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
Photo: Twitter

(Traduction de la version sténographique du Conseil d’État)

Jorge Gestoso.- Monsieur le ministre, merci d’être avec nous.

Bruno Rodriguez.- Merci à vous.

Jorge Gestoso.- Votre réaction au discours de ce matin de Donald Trump ?

Bruno Rodriguez.- C’était un discours insolite, agressif, de domination, brutalement impérialiste. J’ai été surpris par la façon dont il manipule la question de la souveraineté, sur ce que signifie la souveraineté pour les États-Unis : l’asservissement de tous les autres. Il ignore totalement le concept d’égalité souveraine dont s’inspirent les Nations Unies.

Son attaque contre le Venezuela : brutale, injustifiée, arbitraire. Il appelle à des actions supplémentaires à l’encontre du Venezuela. De quoi parle-t-il ? De l’option armée, ou de quelque chose de pire ?

J’aimerais donc, en condamnant ses propos, réaffirmer la solidarité de Cuba, notre solidarité absolue au peuple bolivarien et chaviste, à son union civique et militaire, au gouvernement du président constitutionnel Nicolas Maduro Moros.

Sa menace de destruction d’un pays de la péninsule coréenne est extraordinairement grave. Il menace d’incendier la péninsule coréenne avec une conflagration nécessairement nucléaire qui pourrait mettre en danger toute l’humanité. C’est un conflit qui ne saurait avoir, qui ne peut en aucun cas avoir une solution militaire.

Le gouvernement du président Trump est ce même gouvernement qui a perdu le vote populaire, ce même gouvernement qui, en outre, jouit d’une très faible popularité parmi les contribuables de ce pays ; un gouvernement qui n’a aucune autorité morale pour critiquer Cuba, un petit pays, une île solidaire qui entretient une vaste coopération internationale, dotée d’un gouvernement dont la propreté et la transparence sont reconnues, un peuple noble et laborieux. Et ces critiques sont émises par le chef d’un empire responsable de la plupart des guerres qui se livrent aujourd’hui sur la planète et qui constituent un facteur d’instabilité mondiale et représentent de très graves menaces à la paix et la sécurité internationale. Je rejette énergiquement les propos du président Trump.

Jorge Gestoso.- On a évoqué la possibilité d’une rupture des relations avec Cuba, ou du moins une réduction significative de ces relations. Quelle est votre réaction à ce sujet ?

Bruno Rodriguez.- Bon, le président ne l’a pas dit dans son discours. Ce sont des sujets que j’aborderai plus tard. J’interviendrai dans les prochains jours au débat général et je pourrai revenir plus en détail sur les questions relatives à l’agenda international, voire bilatéral avec les États-Unis.

Jorge Gestoso.- Pour conclure, j’aimerais connaître vos impressions sur l’horrible tremblement de terre de magnitude 7 qui vient de secouer le Mexique et qui, à ce jour, a fait des dizaines de mort. Une vraie tragédie !

Bruno Rodriguez.- À la suite du récent tremblement de terre, justement à l’occasion du terrible séisme qui frappé la ville de Mexico, j’ai exprimé nos profondes condoléances au gouvernement mexicain, au peuple mexicain, à sa délégation ici présente. Et aussi aux familles des victimes, aux sinistrés, et nous sommes à la disposition du Mexique.

Tout comme nous sommes en train de mobiliser nos efforts pour apporter notre contribution et notre aide aux îles de la Caraïbe orientale, en particulier à la Dominique, qui a été très durement frappée. Nous avons là-bas 36 coopérants cubains et nous cherchons la manière de dépêcher davantage d’aide.

Jorge Gestoso.- Merci beaucoup, Monsieur le ministre. Merci d’avoir été avec nous.

Bruno Rodriguez.- Merci à TeleSur.

Merci beaucoup.