ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
La conférence de presse internationale de Nicolas Maduro a été transmise à l’ambassade du Venezuela à Cuba. Photo: Ismael Batista

« NOUS avons retrouvé le chemin de la victoire », a affirmé le président du Venezuela, Nicolas Maduro, en faisant référence aux résultats des élections régionales du 15 octobre.

Lors d'une conférence de presse internationale, qui s’est tenue à Caracas et transmise dans plusieurs ambassades du Venezuela dans le monde, notamment à Cuba, le président a déclaré que le pays venait de vivre un processus important et pacifique en dépit de la campagne médiatique menée par la droite internationale.

« Nous devons assumer cette grande victoire avec humilité », a-t-il dit.

Il a également déclaré que cette victoire ouvre un nouveau cycle de victoires progressistes sur le continent.

Le 15 octobre, les Vénézuéliens sont allés voter pour les élections régionales, qui ont vu la victoire du chavisme dans 17 des 23 États du pays.

Le chavisme représente la majorité socioculturelle au Venezuela, et « c'est une forme de spiritualité, une manière d'être, un choix de vie », a déclaré le président.

À un autre moment de son intervention, Maduro a dit qu'il se sentait accompagné et soutenu par le peuple bolivarien.

« Durant mes années de mandat, j’ai lutté pour protéger le peuple », a-t-il dit et à ce propos, il a mentionné l'éducation publique, l’attribution de 1 800 000 maisons, le système de santé familiale et le faible taux de chômage (5,6%) dans le pays.

« 72% du budget est destiné au secteur social », a déclaré le chef d’État bolivarien.

Le président a également fait référence au gouvernement étasunien dirigé par Donald Trump, affirmant que « plus des attaques viennent des États-Unis, plus nous nous renforçons parce que ce peuple est anti-impérialiste ».

LE PEUPLE VÉNÉZUÉLIEN A CHOISI LE CHAVISME

Depuis l'ambassade du Venezuela à Cuba, il a été donné lecture d’une déclaration, signée par Ali Rodriguez Araque, ambassadeur de ce pays, où il est dit que « la victoire électorale du 15 octobre dernier a mis en évidence l'identification de la grande majorité du peuple vénézuélien avec l'ensemble des transformations amorcées par le commandant Hugo Chavez et poursuivies par Nicolas Maduro ».

Le document, lu par la ministre conseillère Vivian Alvarado, indique en outre que la participation populaire aux décisions de l'État bolivarien constitue un processus porteur d’une nouvelle vision dans le pays.

Par ailleurs, le communiqué fait référence à la douloureuse perte du commandant Chavez, qui provoqua un choc émotionnel et politique profond, qui ne manqua pas d’éveiller les espoirs de la réaction au Venezuela et à l’étranger.

Avant sa mort, selon le document, Chavez avait eu la clairvoyance de proposer Maduro pour qu’il assume la direction du pays en cas d’issue fatale.

Une fois de plus, le peuple eu confiance en sa parole et il a eu raison, poursuit le texte.

Maduro a su accomplir la tâche qui lui avait été confiée. Ce 15 octobre est la confirmation de la confiance que le peuple vénézuélien a placée en son président et dans le chavisme, poursuit le document.

LE BILAN DES ÉLECTIONS

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a fait le bilan de ces élections du 17 octobre, en compagnie de Jorge Rodriguez, responsable du commando de Campagne Zamora 200, face au corps diplomatique accrédité dans le pays.

Lors de son intervention, Arreaza a rappelé que les porte-parole de l'opposition nationale qui qualifient aujourd’hui « d’irrégulier » le processus électoral de dimanche dernier, avaient reconnu la transparence et la fiabilité de la plate-forme du Conseil national électoral (CNE), quelques jours avant les élections.

« Leurs signatures sont sur tous les actes de vérification. En outre, ces mêmes porte-parole de l'opposition n’ont cessé d’appeler à voter durant ces deux dernières semaines, et reconnu la validité et la fiabilité du système électoral », a expliqué Arreaza.

Durant cette conférence de presse qui a servi de bilan de la journée électorale des élections régionales, le ministre des Affaires étrangères a expliqué que le système électoral vénézuélien était totalement protégé pour garantir la volonté des électeurs, et qu’il est soumis à de multiples vérifications avant, pendant et après chaque élection. (Telesur)