ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
En référence aux élections présidentielles prévues pour cette année, Nicolas Maduro a accusé l'opposition du pays de vouloir se retirer. Photo: AVN

Dans une allocution prononcée le 15 janvier, le président Nicolas Maduro a souligné que 2017 a été une année marquée par des progrès sociaux significatifs et l'endiguement de la guerre non conventionnelle menée par des secteurs de la droite nationale et internationale contre le peuple vénézuélien.

Lors de la présentation de son message annuel à la nation devant l'Assemblée nationale constituante (ANC), le chef de l’État a souligné que l'esprit démocratique du peuple vénézuélien et sa vocation pour la paix ont été consolidés l'année dernière par la victoire révolutionnaire aux élections constituantes, régionales et municipales, en réponse aux violences de rues engendrées et attisées par des secteurs radicaux de l'opposition et l'agenda impérialiste contre le pays.

Au cours de son discours, Maduro a déclaré que l’installation de l'ANC, en juillet 2017, par mandat du peuple lors d’une élection populaire « est un privilège pour le pays » qui doit être protégé pour l’importance qu’elle représente pour le renouveau des institutions.

D'autre part, se référant à l'Assemblée nationale, composée par une majorité d’opposants au gouvernement national depuis les élections législatives de décembre 2015, il a déclaré qu'elle apparaît comme le plus grand échec politique de l'histoire de la République en 200 ans.

Le président a rappelé que le Parlement n’a de cesse de mépriser la Constitution et la Cour suprême de justice, soulignant que cette institution avait commis de nombreux actes illégaux et inconstitutionnels.

Se référant aux élections présidentielles prévues pour cette année, Nicolas Maduro a dénoncé le fait que l'opposition du pays envisage de s'en retirer, et il a réaffirmé sa confiance absolue dans le peuple vénézuélien pour remporter une nouvelle victoire révolutionnaire.

À propos du scandale de corruption que traverse PDVSA, le président bolivarien a affirmé l’entreprise est victime « d'une conspiration interne visant à provoquer une grève silencieuse dans notre industrie pétrolière à partir d'un réseau de mafias de la corruption. Grâce au procureur Tarek William Saab, une vaste opération de nettoyage a commencé ».

RÉCAPITULATIF ANNUEL ET PRÉVISIONS

Dans son allocution, Nicolas Maduro a dressé un bilan du travail accompli l'année dernière et a offert un aperçu des projets pour 2018.

Au cours de l'année 2017, le gouvernement bolivarien a porté le budget social à 74,1%, selon Maduro, qui a décrit l'année écoulée comme « celle de l'investissement social, du progrès social, du progrès politique, ce qui nous a permis de préparer les conditions pour la venue de temps nouveaux, pour l’avenir ».

Concernant la Grande Mission Logement Venezuela (GMVV), une initiative du Commandant Hugo Chavez, le chef de l’État a annoncé que lors de la cérémonie de remise de deux millions de logements, il prévoit de lancer un nouveau plan d'expansion qui concernera les jeunes, la classe moyenne et les travailleurs.

Pour ce qui est de l'éducation, il a déclaré qu'une assemblée générale se tiendra avec tous les enseignants du pays pour créer le Plan national d'éducation, et qu’il fera des annonces importantes dans ce secteur.

D'autre part, la Grande Mission Foyers de la Patrie concernera quatre millions de familles vénézuéliennes grâce à des bons spéciaux, un programme social qui couvre actuellement 1,5 million de foyers.

Maduro a affirmé que son gouvernement prévoit d'accorder des pensions de retraite à 100 % des personnes âgées par le biais du Carnet de la Patrie.

Par ailleurs, il a appelé à l'application de la Loi sur les prix fixés, afin de protéger les revenus des Vénézuéliens de la spéculation et de l'inflation induite, et pour ce faire, il a chargé la Grande Mission d'approvisionnement souveraine de prendre la tête de la régularisation immédiate de tous les prix et des biens dans le pays.

En ce qui concerne la monnaie virtuelle dénommée « Petro », il l’a qualifiée de réponse opportune de la Révolution bolivarienne pour affronter le nouveau monde et l'hégémonie de l'impérialisme nord-américain et de ses alliés.

Le président a réaffirmé qu'il continuera à diriger l'accès aux droits sociaux et économiques du peuple vénézuélien : « C'est ce que j'ai défendu contre les guarimbas (violences de rues), les agressions, les mensonges, les attaques personnelles, la guerre économique et la guerre des prix. Je l'ai défendu et je continuerai à le défendre, parce que je me suis déclaré protecteur du peuple vénézuélien contre l'oligarchie », a-t-il conclu.