ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
À FITCuba 2016, La Havane s’est confirmée comme l’un des principaux pôles touristiques du pays. Photo: Jose M. Correa

La Foire internationale du tourisme de La Havane, le plus important rendez-vous de la dénommée industrie des loisirs dans l’île, a fermé ses portes avec une fréquentation record.

Bilan très positif pour FitCuba 2016, qui s’est déroulée du 3 au 7 mai et qui a dépassé le cap des 5 000 visiteurs en provenance d’une soixantaine de pays. Ce rendez-vous a été l’occasion de faire connaître les atouts et le potentiel du tourisme cubain, qui a conforté sa place de deuxième source de devises fraîches et constitue aujourd’hui l’un des secteurs les plus dynamiques du pays et suscite l’intérêt croissant des entreprises étrangères.

Selon les propos du ministre du Tourisme, Manuel Marrero, cet événement a confirmé que tout le monde souhaite faire des affaires avec la Grande Île des Antilles. Avec des résultats qui ont dépassé les attentes en matière d’accueil et de projets de partenariat, cette édition de FitCuba aura été marquée par la tenue parallèle de la 60e Réunion de la Commission pour les Amériques de l’Organisation mondiale du tourisme, et la présentation de la culture comme la principale attraction de la destination Cuba.

Le Salon San Ambrosio du Parc Morro-Cabaña a été

l’épicentre d’un échange d’informations actualisées, accompagné d’un descriptif détaillé du travail déployé par les principales chaînes hôtelières et agences de voyages cubaines pour répondre à l’arrivée croissante de visiteurs étrangers.

Pour sa part, Abel Acosta, vice-ministre cubain de la culture, a souligné que « toute la culture nationale es à la disposition du tourisme ».

Il a été précisé que le portefeuille d’opportunités du ministère du Tourisme (Mintur) comporte 127 nouveaux projets : 25 pour la construction d’hôtels, 97 pour la gestion hôtelière avec ou sans financement étranger, et 5 pour la gestion de marinas.

La Havane, qui était à l’honneur de la 36e édition, a été une organisatrice parfaite de cet événement, et cette ville attachante au charme colonial continue d’attirer tous ceux qui savent l’admirer, renforçant ainsi son statut de deuxième destination touristique et premier pôle touristique du pays.

Carlos A. Rivera, directeur de l’agence Cubatur dans l’ouest de l’Île, a signalé que cette édition a été rehaussée par la présence de nouveaux hommes d’affaires et de marchés asiatiques.

« Il est difficile d’expliquer le phénomène qui se déroule aujourd’hui à La Havane, mais il se trouve que tout le monde veut être présent. La capitale cubaine ne cesse d’attirer les gens, ne serait-ce que pour y passer une nuit. La ville recèle un grand potentiel de développement, c’est pourquoi nous devrons relever le défi d’améliorer les

niveaux de satisfaction de chaque visiteur », a-t-il dit.

Considérée comme l’une des destinations les plus populaires de la Caraïbe, La Havane possède le principal port d’entrée du pays. D’après la déléguée au tourisme de la capitale, Xonia Beltran, 47% du total des touristes arrivent par l’aéroport José Marti, et en 2015 leur nombre s’est élevé à plus de 1 680 000, en provenance principalement des États-Unis, de France, d’Italie, du Mexique, d’Espagne, du Royaume Uni et d’Allemagne.

Avec 11 309 chambres d’hôtel, qui représentent le cinquième de la capacité d’accueil de l’Île, et avec 2 000 logements et 4 700 chambres chez l’habitant, La Havane apparaît comme une destination essentiellement urbaine où confluent les événements, les valeurs et la culture.

Se référant aux formes non étatiques de gestion, Beltran a révélé qu’il existe actuellement environ 400 restaurants privées ou « paladars » havanais, dont beaucoup contribuent à la revalorisation de la cuisine cubaine et travaillent étroitement avec les agences de voyage.

Même si ce nombre ne permet pas encore de répondre à la demande d’un secteur en pleine expansion, les perspectives sont plutôt encourageantes.

La responsable du tourisme à La Havane a également insisté sur la priorité accordée à la relance de l’industrie hôtelière, l’accroissement du nombre de chambres chez l’habitant et à un rigoureux processus de catégorisation et de classement des installations.

L’HOTELLERIE EN CHIFFRES

L’augmentation du nombre de vols, d’associations et de marchés, ainsi que l’enchaînement efficace des activités des entreprises et le souci de la satisfaction des clients, font de l’hôtellerie une industrie majeure.

Frank Pais Oltuski, vice-président de marketing du Groupe de tourisme Gaviota S.A., a annoncé qu’à la suite de l’inauguration de quatre hôtels dans les provinces de Matanzas, Villa Clara et Ciego de Avila, environ 62 installations dotées de 26 752 chambres, soit plus d’un tiers de la capacité d’accueil à l’échelle nationale, sont actuellement en exploitation.

Avec un peu plus de 1 290 capacités à La Havane, le Groupe Gaviota S.A. entend poursuivre sa croissance entre 2018 et 2015 avec la mise en service de 7 000 chambres d’hôtel à La Havane.

Il a affirmé qu’à la fin de 2016 une nouvelle installation de 246 chambres sera inaugurée sur l’un des côtés du Parc central, qui se profile comme un véritable joyau de l’hôtellerie cubaine.

Outre la remise en valeur d’anciennes beautés hôtelières du Prado, le Centre historique, les quartiers du Vedado et de Miramar figurent parmi les zones les plus privilégiées pour un développement des capacités d’accueil appelé à donner des airs de modernité à cette industrie des loisirs.

Sur les 3 800 chambres qui seront gérées par le Groupe Gaviota en 2017, environ un millier sera situé à Cayo Guillermo et près de 1 495 à Cayo Las Brujas.

Oltusky a également fait référence au projet d’agrandissement, à Jardines del Rey, de la marina Gaviota de Cayo Coco, qui offre d’excellentes conditions pour la plongée sous-marine, la pêche sportive, ainsi que l’excursion en croisière Crucero del sol.

De même un nouvel hôtel Iberostar verra le jour dans les prochains mois dans la péninsule d’Icacos, doté de 800 chambres, et le Paradisus Varedero sera agrandi.

« Considérée parmi les plus modernes de la Caraïbe et comme le plus important pôle touristique de Cuba, la Marina Gaviota Varadero est d’ores et déjà une installation spécialisée dans le yachting », a signalé le responsable de marketing du groupe de tourisme, qui a indiqué que les capacités d’accueil seront renforcées dans cette marina qui compte plus d’un millier de postes d’amarrage et propose de nombreuses options techniques et de loisirs.

La chaîne hôtelière Cubanacan, qui s’apprête à fêter ses trente ans, a renouvelé son pari sur les tendances décoratives modernes, la personnalisation du service et un accent particulier sur la restauration et la durabilité environnementale, a annoncé sa présidente Yamily Aldama.

Pour sa part, Miguel Brugueras, spécialiste principal de promotion et des relations publiques du Groupe Cubanacan, a expliqué que son entreprise accorde beaucoup d’intérêt aux dénommés « Hôtels E » situés déjà dans huit des dix sites cubains inscrits au Patrimoine culturel de l’humanité, et se caractérisent par un environnement et un cadre de qualité raffinés et intimes, et il a relevé l’intérêt des clients pour les destinations nature comme la Vallée de Viñales, classée au Patrimoine culturel de l’humanité, les Marais de Zapata, la plus riche et vaste zone uligineuse de la Caraïbe insulaire, et le Complexe Las Terraza, dans la Sierra del Rosario, considéré comme le premier éco-musée du pays.    

« Sans perdre de vue les actions visant à améliorer les dispositifs de fidélisation des touristes, notamment en provenance du marché canadien, Cubanacan possède sept centres internationaux de plongée et d’excellentes possibilités pour les sentiers et les circuits de randonnée, le cyclotourisme et le tourisme ornithologique, ainsi que des programmes pour les mariages et les lunes de miel », a dit Brugueras.

Yamily Aldama a parlé quant à elle de la prochaine entrée en service d’installations hôtelières à Santiago de Cuba, Trinidad et Viñales, et qu’en 2016 une dizaine d’installations s‘ajouteront aux hôtels urbains de La Havane qui représenteront 160 nouvelles capacités haut de gamme.

Selon cette responsable, les projets mixtes et la construction d’hôtels, dont la gestion sera assurée par son Groupe se traduiront par la création, à court terme, de plus de

1 500 nouvelles capacités qui s’ajouteront aux 16 293 du Groupe Cubanacan, qui accorde un intérêt particulier à l’est de l’île. Il est également prévu de créer plus de 13 000 chambres avec du capital étranger et environ 4 500 dans le cadre de la modalité des contrats de gestion et de commercialisation hôtelière.

De même, Eduardo Acosta, responsable du groupe hôtelier Gran Caribe S.A. a rappelé pour sa part que cette société cubaine créée en 1994 compte aujourd’hui plus de 12 000 capacités dans plus d’une quarantaine d’installations hôtelières.

Sans négliger un seul instant l’art de l’hospitalité, « depuis une bienvenue cordiale jusqu'à un service de repas et de boissons de premier ordre, notre chaîne assure la gestion d’hôtels emblématiques de luxe et la plupart de ses infrastructures d’accueil sont concentrées à La Havane, Cienfuegos, Jardines del Rey et Cayo Largo del Sur », a-t-il indiqué.

Fervent défenseur de l’histoire et des traditions cubaines, Gran Caribe opère dans des zones d’une grande richesse culturelle et patrimoniale mais travaille aussi à la promotion des destinations soleil et plage.

À cet égard, Acosta a mentionné parmi les nouveautés de cet organisme l’ouverture de l’Hôtel Pullman Cayo Coco et l’inclusion de Paraiso Cayo Coco parmi les trois meilleures plages du monde, et il a souligné parmi les défis à relever par le groupe la diversification de l’offre pour ceux qui misent sur un tourisme spécialisé et l’amélioration du confort des installations qui sont en rénovation.

Il a rappelé que même si le groupe d’entreprises Viajes Cuba, créé il y a un peu plus d’un an, regroupe les agences Cubatur, Havanatur, Viajes Cubanacan et Ecotur, il respecte leur indépendance sans s’immiscer dans leurs activités commerciales.

« Propriétaire du plus important réseau national de vente de billets et d’actions de commercialisation dans 53 municipalités, Viajes Cuba assure la prise en charge de la moitié des visiteurs d’une soixantaine de pays, et d’une manière particulière des touristes de croisière », a expliqué son président José M. Bisbé.

Il a évoqué des opérations avec de nouvelles compagnies de croisières, l’intensification des activités avec la clientèle des méga-yachts et du tourisme de santé, ainsi que l’introduction d’une Route gastronomique et d’une Route musicale. Il a également annoncé une plus grande présence du marché nord-américain dans le cadre des autorisations délivrées par le Département du Trésor des États-Unis.

Bisbé a expliqué que Viajes Cuba compte plus de 1 500 fournisseurs du secteur étatique et assure la prise en charge du tourisme national et des missions internationales des fonctionnaires. Cependant, il a insisté sur la nécessité d’intégrer la technologie à la gestion commerciale et au travail des guides, et d’assurer la participation des personnes aveugles et malvoyantes à la prestation des services.

LA FOIRE DANS LA FOIRE

Cette édition a mis un accent particulier sur le travail des fournisseurs nationaux et étrangers du tourisme cubain.      

Avec la présence d’environ 70 entreprises inscrites, l’Exposition des fournisseurs 2016 a triplé le nombre de participants par rapport à l’édition précédente.

Les entreprises cubaines ont représenté le cinquième du total, ce qui en dit long sur l’intérêt croissant des entreprises pour l’activité d’approvisionnement en biens et en services du secteur touristique cubain. Les autorités du ministère ont qualifié cette expérience de fructueuse et augmenté l’espace d’exposition, qui s’est honoré de la présence du secteur non étatique de La Havane, des Marais de Zapata et de Santiago de Cuba, ainsi que la présence de pays comme l’Espagne, le Mexique et le Canada.

Aux dires de Sergi Illa, responsable de marketing de l'entreprise d'investissements Pucara S. A (IPSA)., « cet événement a confirmé le développement d’un tourisme qui offre tout genre de possibilités, dans un pays doté d’une culture spéciale ».

Le représentant de cette entreprise panaméenne installée à Cuba depuis près de vingt ans et chargée de la distribution de boissons, aliments et intrants, travaille pour faire en sorte que la population puisse continuer de profiter des bénéfices de l’ouverture touristique. Elle a souligné que les hôtels sont les principaux clients d’IPSA.

Pour sa part, l’entreprise espagnole Ibero Trust de Mercado S.A, (ITM) opère depuis une quinzaine d’années à Cuba. Son représentant commercial à La Havane, Diver Rodriguez, s’est félicité de la forte demande de la ligne de produits diététiques d’ITM, porteurs d’une valeur ajoutée, qui vont d’aliments sans calories jusqu’aux aliments destinés aux personnes intolérantes au lactose, au gluten ou coeliaques, et aux diabétiques.

Venue du Mexique, la chef d’Unilever Food Solutions pour le nord de l’Amérique latine et Cuba, Fabiola Fuentes, a expliqué qu’elle travaille à la mise en œuvre de projets liés à la promotion de produits pertinents pour l’entreprise, comme des ingrédients culinaires qui facilitent la cuisine au quotidien et permettent de standardiser les recettes et les coûts. Elle a cité parmi les facilités accordées les consultations gratuites et contribuer à la richesse et à la variété des plats, avec un accent particulier sur la cuisine cubaine.

Pour la partie cubaine, Pedro F. Carrasco, vice-gérant de Desoft (une entreprise qui propose des solutions informatiques) installée à Matanzas, a révélé que plusieurs entités comme les chaînes hôtelières Gran Caribe S.A., et Islazul, ainsi que le ministère du Tourisme s’intéressent aux produits et aux services informatiques associés au contrôle de la consommation de porteurs énergétiques, des ressources humaines et des registres téléphoniques.

Malgré la présence importante de Desoft dans le système des entreprises cubaines, selon Carrasco, cette entreprise fait ses premiers pas dans le tourisme dans le cadre de la FITCuba 2016, et les perspectives sont prometteuses dans ce domaine.

Lazaro Mesa, propriétaire d’une auberge dans les Marais de Zapata, participait pour la première fois à la Foire au nom des 239 maisons d’hôtes et de la vingtaine de restaurants privés actuellement en service dans cette région.

« Nous ne sommes pas ici pour défendre les intérêts particuliers de quiconque, mais la richesse du produit touristique où nous vivons. Nous ne serions rien sans la nature et sans l’histoire de notre région. Nous apportons notre hospitalité et nos services spécialisés à ces attraits inhérents à un tourisme spécialisé », a signalé ce travailleur à son compte.

TOURISME DE SANTÉ

L’attractivité du portefeuille d’affaires a été rehaussée par la présentation du dossier de l’Entreprise de commercialisation des services médicaux cubains (Comercializadora de Servicios Médicos) par le Dr Jorge A. Miranda, président de cette entité, dont les produits et les services offerts dans de nombreux pays.

Ce dossier propose sept modalités : les services et soins de santé à Cuba, les services universitaires et interuniversitaires, services de santé de frontière, événements scientifiques, services de santé pour le bien-être et la qualité de vie, les services de produits optiques, pharmaceutiques et de médecine naturelle et traditionnelle, ainsi que les services professionnels à l’étranger.

Concernant l’entité qu’il dirige, qui opère comme un « grand parapluie commercial » couvrant plusieurs institutions, il a souligné que sa principale force – comme celle la médecine cubaine en général – réside dans le professionnalisme, les compétences et les valeurs éthiques des personnels. « Les soins médicaux à Cuba constituent une opportunité suis generis pour les clients en raison du savoir-faire des professionnels de la santé en général, car les technologies modernes à elles seules ne suffisent pas », a-t-il dit.

Il a également fait référence au potentiel de cette entreprise, qui possède 14 cliniques internationales et 122 cabinets de consultation dans les hôtels, 13 universités médicales et 25 facultés, dont plusieurs à proximité des pôles touristiques en développement.

LE TOURISME NATIONAL

Osvaldo Ulises a dû se lever tôt pour arriver à temps lors de la dernière journée de FITCuba à La Cabaña. Il est venu depuis la ville de Fomento, dans le centre de l’Île, pour acheter l’un des paquets touristiques spéciaux mis à la disposition de la population, comportant une prise en charge dans un hôtel.

Ce paysan originaire de la province de Sancti Spiritus s’est félicité de cette offre à un prix abordable dans une installation de première qualité, qu’il a obtenue grâce aux conseils de Havanatur, ainsi que de l’occasion d’aller à Varadero l’été prochain avec sa famille.

Comme à l’accoutumée, chaque semaine le groupe Gaviota propose ce type d’offre au tourisme national à La Havane, Varadero, Santa Clara, Moron et Holguin. Lisbel Betancourt, directrice de promotion de ce groupe, a considéré les réductions sur les titres de transport, de juillet à septembre, comme l’un des principaux axes de cette stratégie.

D’autre part, elle a signalé que cette édition de la foire a été marquée par l’arrivée de nouveaux tour-opérateurs, notamment en provenance des États-Unis. Elle a ajouté que le Mintur devrait prochainement augmenter le nombre de récepteurs appelés à travailler avec le marché nord-américain. Gaviota se caractérise par sa vocation d’offrir un service intégral au client sur chaque destination. « Si dans un premier temps Varadero était le site le plus récurrent, aujourd’hui le tourisme national préfère un séjour plus court dans des hôtels de gamme supérieure dans les îlots du nord de Villa Clara et Ciego de Avila », a-t-elle indiqué.

Quant à Oscar Mederos, directeur de Viajes Cubanacan dans l’est du pays, il a annoncé la signature de contrats avec des nouveaux opérateurs de croisières, avant de préciser que 56% des revenus de son entreprise sont générés par des Cubains.

« Le marché national croît de jour en jour, en nombre et en importance, et aussi en rigueur. Nous travaillons chaque jour pour offrir le meilleur service et satisfaire les moindres exigences de nos visiteurs. Nous sommes le principal récepteurs de touristes nationaux dans l’ouest du pays », a-t-il dit.

Mercedes Orta, femme au foyer, s’est dite satisfaite du prix du paquet touristique proposé par Viajes Cubanacan qui lui permettra de s’héberger à l’hôtel Brisas del Caribe.

Pour sa part, accompagnée de ses deux filles, Leydis Leon a fait plusieurs séjours dans des hôtels quatre et cinq étoiles. « Même si cela implique un effort pour économiser, ce sacrifice vaut la peine. Cette année, ce sera la troisième fois que nous choisissons cette modalité, nous profitons toujours des offres du mois de mai. Nous avons pu découvrir des endroits très beaux et intéressants et recevoir un traitement de faveur ».