Les femmes dans le tourisme › Tourisme › Granma - Official voice of the PCC
ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN
À Cuba, 47 960 femmes travaillent dans le secteur du tourisme. Photo: Jose M. Correa

« POUR la plupart des femmes, occuper un poste de direction implique de nombreux sacrifices », signale Yeny Tamayo Gonzalez, directrice de la gestion du personnel du ministère du Tourisme (Mintur), qui estime que pour elle, assumer actuellement cette fonction est son plus grand défi, car elle est en charge d’une famille nombreuse et son mari est également dirigeant.

La responsabilité dévolue aux femmes occupant des postes de direction dans un secteur comme le tourisme, le plus dynamique de l'économie du pays, confirme que pour la population féminine cubaine, il n'y a pas de limites à leurs horizons d’épanouissement professionnel.

Dans le but de réduire les écarts entre les hommes et les femmes dans le secteur touristique, et placé sous le thème « Fermeté et délicatesse, un style propre », s'est tenu à l'Hôtel Habana Libre de La Havane le 3e Atelier national des femmes évoluant dans le tourisme, dédié aux femmes de tous temps, qui ont constitué un exemple de ténacité et de dévouement.

L'événement a également servi d’espace pour rendre un hommage posthume à la journaliste Isabel Moya, qui a dirigé le magazine Mujeres et a défendu les droits des femmes tout au long de sa vie.

Dans ses déclarations à Granma International, Teresa Amarelle Boué, membre du Bureau politique du Comité central du Parti et Secrétaire générale de la Fédération des femmes cubaines (FMC), a déclaré que le soi-disant « plafond de verre » – autrement dit les « freins invisibles » à la promotion des femmes au sein des organisations – est toujours un problème dans le monde et que cette question a été largement débattu lors de l'atelier.

« Je pense que nous avons beaucoup avancé à Cuba, et comme notre chère Isabel Moya l’affirma un jour, nous avons déployé nos ailes. Dans notre pays, les femmes occupent des postes de direction à tous les niveaux. Le ministère du tourisme en est un exemple. Le Mintur organise périodiquement des réunions de femmes cadres et se penche sur les moyens d'intégrer davantage de femmes dans ce secteur. Ce qui est un signe de notre évolution. »

Cependant, Amarelle Boué a souligné qu’il nous reste encore du travail à accomplir, comme l’attestent les exposés entendus à cet atelier.

L'une des principales questions abordées reflète également la préoccupation des femmes de concilier la prise en charge de la famille avec les postes de direction.

« Je pense que le plus important est d'identifier ces vulnérabilités, et l'enjeu est que non seulement le Mintur, mais la société dans son ensemble contribuent à ce que de plus en plus de femmes puissent occuper des postes de responsabilité. Il existe une volonté politique, au plus haut niveau du ministère d'obtenir de meilleurs résultats. Et notre Fédération, la FMC, en vue de 10e Congrès, entend discuter du travail réalisé avec les secteurs stratégiques pour intensifier les actions visant la promotion et le développement de la main-d'œuvre féminine », a poursuivi la membre du Bureau politique.

La Rencontre a également mis en exergue à la volonté des femmes d'assumer des rôles importants et elle a conclu qu’en dépit des obstacles qu'elles pouvaient rencontrer, les femmes ont toujours fait preuve de volonté et de détermination pour relever les défis et assumer les lourdes responsabilités qui pèsent sur leurs épaules.

La Secrétaire de la FMC a également précisé qu'il existe des défis à relever en raison des stéréotypes qui persistent, puisqu'on n’est pas encore parvenu à concilier la vie familiale avec la vie professionnelle, mais elle a insisté sur le fait qu’il faut redoubler d’efforts dans ce domaine.

Pour sa part, Manuel Marrero Cruz, ministre du Tourisme, a évoqué le rôle exceptionnel joué par les femmes au sein de son ministère.

« À l’heure actuelle, 47 960 femmes travaillent dans le tourisme et elles représentent 44,55 % de la main-d'œuvre totale. Sur ce nombre, 1 788 sont des cadres. Ceci reflète une évolution en matière d'insertion d'un plus grand nombre de femmes, bien que nous ne soyons toujours pas satisfaits », a-t-il dit.

« Il nous faut être plus ambitieux, autrement les progrès ne seront pas à la hauteur de nos besoins, parce que nous sommes conscients du potentiel existant », a-t-il ajouté.

Marrero Cruz a signalé à titre d’exemple qu'au cours des 12 dernières années, la promotion des femmes à des postes de direction dans le tourisme est passée de 29 à 41% du nombre total de cadres.

Projections touristiques pour 2018.

Au cours de la réunion, le ministre du Tourisme a rappelé les défis auxquels le pays a dû faire face en raison des effets de l'ouragan Irma sur l'ensemble de la zone touristique de l'île. « J'appelle cela une situation exceptionnelle et pour la résoudre, des mesures exceptionnelles ont été prises. Toutes les forces se sont unies, les priorités ont été fixées, les nouveaux investissements ont été consentis, toutes les ressources humaines et matérielles ont été affectées à la tâche principale du relèvement », a-t-il indiqué.

Il a également fait référence à la Foire du tourisme, dédiée au Royaume-Uni et au tourisme « soleil et plage », prévue du 2 au 5 mai à Cayo Santa Maria, soulignant que cet événement servira à relancer cette destination touristique, qui compte déjà près de 12 000 chambres.

Parmi les principales activités prévues à ce rendez-vous figure présentation d'une autre destination touristique dans la municipalité Sagua la Grande. Plusieurs hôtels et une base nautique y sont en cours de construction, des institutions culturelles, le parc central et d'autres lieux sont en cours de revalorisation et de réparation afin d'embellir ce territoire.

Par la suite, de nouveaux hôtels seront inaugurés dans le chef-lieu de Sagua, à Remedios et un autre à Caibarien. D'autre part, le groupe touristique Gaviota s’apprête à livrer trois hôtels dans le Cayo, qui devraient être opérationnels à la date de la foire, l'un d'entre eux accueillant les principales activités.

                                                             •••••

Autres regards

— Le tourisme offre probablement de meilleures opportunités pour les femmes que d'autres secteurs de l'économie en termes de participation au marché du travail, d'esprit d'entreprise et de leadership. Toutefois, dans certaines parties du monde, l'écart reste encore important.

— Le Rapport mondial sur les femmes dans le tourisme de l'Organisation mondiale du tourisme et d'ONU Femmes révèle que les femmes sont bien représentées dans les emplois liés aux services et au travail administratif, mais pas dans des postes professionnels, et qu'elles gagnent entre 10 % et 15 % de moins que leurs homologues masculins.

— Selon la Banque mondiale, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord possède certains des sites historiques et culturels les plus importants du monde, ainsi que de beaux paysages. Mais pour ce qui est de l'autonomisation des femmes, elle est inférieure à celle d'autres régions comme le Nicaragua et le Panama, où plus de 70 % des employeurs sont des femmes.