ORGANE OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CUBAIN

LA récente Foire internationale du tourisme (FITCuba 2018) a enregistré un record de participation (3 000 participants de 62 pays), alors qu’au 18 mai, on comptabilisait déjà deux millions de visiteurs internationaux sur l'Île. Les chiffres sont prometteurs, mais ils ne sont pas le fruit du hasard. Faire de Cuba une destination attrayante, sûre et confortable pour ses visiteurs, rentabiliser le secteur du tourisme, tout en contribuant au développement du pays, implique la nécessité d’unir toutes les forces disponibles.

Nombre d'entreprises, d'institutions et de personnels travaillent ensemble pour maintenir sur les rails la dénommée locomotive de l’économie. L’intérêt collectif est parvenu à promouvoir les enchaînements productifs, l’un des objectifs du Plan de développement à l’horizon 2030. Bien qu'il soit prématuré de parler de grands résultats, nous pouvons observer aujourd'hui des exemples concrets dans le secteur, ce qui a également permis d'améliorer l'efficience, l'efficacité et la compétitivité de l'économie grâce à des standards de qualité élevés.

DES EXPÉRIENCES SUR LA DESTINATION DE VILLA CLARA

Les fournisseurs de Villa Clara se préparent depuis longtemps pour répondre à la demande du tourisme dans cette destination, affirme Regla Dayami Armenteros, déléguée du ministère du Tourisme (Mintur) dans la région.

« De nombreuses entreprises de la province sont désormais fournisseurs des chaînes hôtelières présentes dans notre région et de beaucoup d’autres hôtels du pays. La laiterie de Villa Clara, la conserverie et l'usine d'embouteillage d'Agua Amaro, ainsi que l’entreprise provinciale de confection et chaussures Calconf répondent à la demande et contribuent à la diminution des importations », ajoute la déléguée de la Mintur.

Dans la province, qui compte actuellement plus de 35 hôtels, 8 campings et 533 pensions de haute qualité, les fournisseurs et leurs clients ont établi une communication directe, ce qui assure une relation favorable et respectueuse entre les deux parties. C’est ce que confirme Fidel Rodriguez Tiel, responsable de l'équipe commerciale de Suchel Camacho S.A. à Villa Clara, chargée de fournir les produits d’hygiène personnel à toutes les chaînes hôtelières.

« Nous offrons nos produits dans différents formats. Nous avons à disposition shampooings, revitalisants, gels de bain, crèmes pour le corps, trousses dentaires, trousses de rasage, entre autres. Les clients passent leurs commandes dans nos filiales ou directement à celle de La Havane. Une fois le contrat conclu, nous garantissons également la personnalisation des produits. La livraison est effectuée à l'hôtel ou sur les lieux de la commande », explique Rodriguez Tiel.

En 2017, Suchel Camacho S.A. a réalisé un chiffre d'affaires de 6,9 millions de CUC et devrait dépasser le montant prévu pour 2018 avec un chiffre estimé à 8 millions de CUC. Sa production augmente avec la demande et ses objectifs sont de croître avec le tourisme.

« Suchel Camacho S.A. se propose de progresser proportionnellement au développement du tourisme. Nous avançons en même temps dans la production et dans l'approvisionnement et la livraison de nos produits aux hôtels. En tant qu'entreprise nationale, nous avons pour objectif de garantir la livraison de produits hôteliers, avec la qualité exigée par les clients actuels et potentiels, selon les standards établis pour les différentes catégories d'hôtels.

« Nous cherchons également à entrer dans des espaces de marché liés à des lignes professionnelles, telles que les spa et les bateaux de croisière qui accostent dans des ports cubains », ajoute le chef de l'équipe de vente de la délégation de Suchel Camacho S.A. à Villa Clara.

En tant que leader du marché, cette entreprise cubaine travaille également à la présentation de nouveaux produits qui seront bientôt lancés sur le marché et qui seront disponibles à la vente pour tous les clients.

Suchel Camacho S.A., qui s’est insérée dans les projections du secteur du tourisme à l’horizon 2030, est aujourd'hui présente dans tous les réseaux hôteliers du pays avec des produits de parfumerie, de soins et d'hygiène personnelle, à l'intérieur et à l'extérieur des chaînes hôtelières et dans les magasins appartenant à l’entreprise Caracol, à la chaîne Caribe et à Cimex.

FRUITS ENDÉMIQUES POUR LE TOURISME

Pour répondre à la demande du secteur du tourisme, il faut de la variété, de la stabilité et de grands volumes de productions. De nombreuse lignes sont indispensables à son développement, notamment le domaine de l’alimentation. L’entreprise Frutas Selectas est la principale responsable de la commercialisation des produits agricoles. À Villa Clara, son unité commerciale de base (UEB) vend environ 150 produits, principalement des fruits, des légumes et des tubercules comestibles (manioc, patates douces…) et récemment, les produits industrialisés et le miel produit par la société Apisun.

« Nous offrons principalement des produits agricoles, et nous avons maintenant des contrats avec de nouvelles formes de production. Nous vendons de la purée de tomate, de la pulpe de fruits, des confitures et des condiments. Nous fournissons les hôtels de la province et aussi les loueurs particuliers », signale Yuneidis Espinosa Manso, technicien de gestion commerciale de cette UEB.

La demande est connue, explique-t-il, un an à l'avance et, selon le cas, nous passons des contrats avec les forces productives. Comme il s'agit de produits saisonniers, les légumineuses, les pommes de terre et certains légumes sont entreposés dans des chambres frigorifiques pour les conserver toute l'année. C'est le cas, par exemple, des choux, des betteraves et des carottes.

« Certains producteurs ne plantent du chou qu’à une certaine période de l'année, ou de la goyave. Nous passons les commandes, nous nous mettons d’accord et si un producteur ne peut pas assurer l’ensemble de la commande, nous en cherchons d'autres. Si nous ne les trouvons pas dans la province, nous le faisons à l'échelle nationale. D’ici, nous transportons également les produits jusqu'à Sancti Spiritus et Holguin », précise Espinosa Manso.

En général, les visiteurs apprécient les fruits endémiques de Cuba. Selon la saison, ils peuvent trouver la goyave, la mangue, la banane, et autres fruits. Mais les habitants de Villa Clara ont la chance d’être près des montagnes de l'Escambray. Aussi envisagent-ils maintenant de produire et de commercialiser des variétés de fruits moins présentes sur les marchés.

« La carambole, la sapotille, le fruit de la passion et d'autres fruits qui ne sont généralement pas connus font maintenant partie de nos produits. Nous nous associons à des producteurs de montagne afin qu’ils se spécialisent dans la culture de ces fruits. Selon les enquêtes d'acceptation, ils ont la faveur des visiteurs, c’est pourquoi nous travaillons aussi avec des fournisseurs de Cienfuegos, Santiago de Cuba et La Havane. Dans cette province, nous sommes en contact avec des producteurs qui se spécialisent dans les fraises, un fruit qui n'est pas typique de notre pays, mais qui est bien accepté et nous aide à remplacer les importations », dit Espinosa Manso.

L'expérience de cette UEB, qui a développé une relation qui lie les produits, l’entreprise et le client, a permis d'augmenter le commerce de l'entreprise, tandis que les producteurs se sentent encouragés et les clients satisfaits par la variété des produits qu'ils peuvent découvrir lors de leur séjour dans les hôtels du pays.

CONFITURES ET RHUMS DEPUIS LE CENTRE DE L’ÎLE

Marmelades, morceaux de papaye au sirop, écorces de goyave confites ou confiture de noix de coco sont des desserts appréciés surtout des Européens. Ces desserts cubains typiques sont maintenant sur les buffets à volonté et sont aussi très demandés pour leur qualité.

Humberto Suarez Marrero, directeur commercial de l’entreprise de conserves de végétaux Los Atrevidos, dans la province de Villa Clara, affirme que les chefs, par exemple, aiment beaucoup ces produits parce qu'ils sont naturels. Cette UEB, située au centre du pays, appartient à l'Entreprise de Conserves nationales. Elle compte actuellement quatre usines de production qui approvisionnent le tourisme et les chaînes de magasins en CUP et en CUC.

« Les cinq groupes de produits commercialisés en grands et petits formats comprennent la purée de tomate, les fruits au sirop, la mayonnaise et les sauces, les légumes marinés et les épices. Les flux d'approvisionnement dépendent de la haute et de la basse saison et se font par l'intermédiaire de l’entreprise de commercialisation ITH S.A. ou A.TComercial S.A., appartenant au groupe touristique Gaviota S.A., responsable de la vente directe aux hôtels. Jusqu'à présent, nous n'avons eu aucun problème avec la demande. Certains produits varient en fonction de l'année, mais leur livraison est toujours assurée aux différentes entités », ajoute Suarez Marrero.

Les sirops pour glaces et bonbons, le sucre dans ses différents formats et quelques rhums et liqueurs typiques de Cuba sont également présents dans les hôtels grâce à l’Entreprise d’ingénierie et de Services techniques sucriers Tecnoazucar, du groupe sucrier Azcuba.

Avec une gamme de plus de 167 produits dans leurs différents formats, Tecnoazucar fournit tous les hôtels des cayos du nord du pays, le réseau hôtelier et non hôtelier de la province et s'étend à tout le pays.

« Nous présentons sur le marché les rhums Mulata et Santero, ainsi que du sucre en mini-doses, des sacs d'un kilo et de 50 kilos. Nous proposons aussi le sucre Mulata, un produit commandé par le Mintur, qui est actuellement en format d'un kilogramme, livré à toutes les installations hôtelières », explique Livan Pérez Rodriguez, directeur des ventes de Tecnoazucar Villa Clara.

En tant que distributeur de toute la production du groupe sucrier Azcuba au niveau national, Tecnoazucar connaît actuellement une croissance significative de plus de 12% par an. À cela s'ajoute la nouvelle image de certains de ses produits qui ont été très bien accueillis sur le marché. Aujourd'hui, ils ont une présence significative dans les hôtels et une demande plus élevée, qui a dépassé toutes les prévisions.

« Garantir la production et répondre à cette demande est essentiel pour la poursuite de la croissance. Notre image sur le marché était la même depuis longtemps, si bien que nous avons décidé que pour obtenir une plus grande acceptation et une plus grande présence, il était nécessaire de la renouveler. Cela concerne les rhums Santero, Mulata et d’autres rhums et liqueurs que nous produisons. Nous sommes en concurrence en termes de prix et de qualité. Désormais, ce changement de visuel renouvelle nos produits et nous aide à être mieux placés sur le marché », ajoute Pérez Rodriguez.

Répondant au principe qu'il est impératif pour le pays de diminuer les importations, le responsable commercial de Tecnoazucar à Villa Clara signale qu'il est très important d'être l'un des principaux fournisseurs au niveau national. Aujourd'hui, ajoute-t-il, l’entreprise est prête à offrir un produit de qualité qui sera efficace sur le marché et qui permettra au ministère du Tourisme de ne pas importer ces produits.

GARANTIR LA PRÉSENCE

L’uniforme et la présentation du personnel dans tout espace en dit long sur la qualité de l'entreprise. Dans le secteur du tourisme, assurer la prestance et l'apparence des employés est une question à laquelle les chaînes hôtelières prêtent beaucoup d’attention.

Dans le centre de l'île, cette responsabilité incombe à la société provinciale de confections et de chaussures Calconf, dépendant du Groupe d'entreprises des industries et de l’artisanat (Viclar) du conseil d'administration provincial de Villa Clara. Cette entité produit et vend des vêtements textiles, des chaussures et autres créations, ainsi que des services de broderie et de sérigraphie.

Ana Iris Paneque, directrice de la production et des ventes de Calconf, affirme que ses principales productions sont destinées au secteur du tourisme. Parmi les plus de 15 produits : uniformes pour tout le personnel de l'hôtel, vêtements de travail pour les cuisiniers et gardiens, draps, taies d'oreillers, couvre-lits, bonnets, gants, salopettes à manches longues et courtes, et autres vêtements pour serveuses, linge de table, tabliers, serviettes de table, le tout personnalisé.

« En général, les contrats sont passés d'une année sur l'autre. Cependant, en cas d’urgence, nous assurons la commande, selon nos possibilités, mais habituellement nous commandons le tissu dont nous avons besoin à l'avance. Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles solutions, par exemple, si nous ne disposons pas de certains modèles, nous les fabriquons également. Nous avons une grande variété de clients et nous restons en contact avec eux par courriel à tout moment », signale Ana Iris Paneque.  

L'entreprise, qui est en phase de perfectionnement, dispose actuellement de sept unités de fabrication (UEB) où quelque 3 000 uniformes peuvent être fabriqués par mois. Grâce à ce niveau de production, elles fournissent toutes les chaînes hôtelières de la province et d'autres à Cayo Coco, dans la province de Ciego de Avila. Parmi les nouveaux modèles en promotion figurent la guayabera traditionnelle, une chemise qui attire beaucoup les visiteurs de la boutique située dans la ville.

« Le tourisme est un secteur en croissance constante. Pour nous, il est important d'être reconnu comme une entreprise à caractère provincial qui produit pour d'autres régions du pays. Avec ce travail, nous montrons les progrès de Villa Clara dans le secteur de la confection, qui est peu connu. Par ailleurs, Calconf facilite l'achat de ces uniformes dans tout le pays et aide la province et le pays dans l’objectif de diminuer les importations », déclare la directrice de la production et du marketing de cette société.

PRODUIRE POUR IMPORTER MOINS

« L'enchaînement productif a été la meilleure contribution de la province. Renforcer Villa Clara avec l’installation de plusieurs destinations touristiques ne concerne pas seulement l'agriculture ou le travail de chacun des fournisseurs, mais aussi la participation de la communauté et la consolidation du développement local pour qu'il puisse ensuite se multiplier », explique Regla Dayami Armenteros, déléguée du ministère du Tourisme dans la région.

Rapprocher les économies locales des économies nationales, créer des emplois, utiliser au mieux les capacités industrielles et contribuer depuis la base à une meilleure gestion des entreprises sont quelques-uns des résultats que l'on peut observer aujourd'hui dans la province de Villa Clara. Le secteur du tourisme se développe sur ce pôle, et la ville en bénéficie.

La consolidation de ces expériences au niveau national dépendra de la synergie de toutes les parties. Les chaînes productives si nécessaires dépendent de la réalisation de ces activités à 100 %. Renforcer les valeurs au sein de l'économie cubaine signifie mieux planifier, connaître le potentiel de chacun, innover et produire, acquérir une formation intégrale et travailler pour atteindre la meilleure qualité possible.

Le tourisme, en tant que l'un des secteurs les plus dynamiques, est en progression. Ces quelques exemples indiquent comment est organisée l’activité économique. Réduire la dépendance aux importations et équilibrer progressivement l'économie cubaine avec l’utilisation de produits nationaux seront des résultats qui dépendront de la réussite des enchaînements productifs.